L’agent funéraire et la gestion émotionnelle – 2ème partie

0
1289

Qu’il soit porteur de cercueils, chauffeur de corbillard, maître de cérémonies ou conseiller funéraire, l’agent des pompes funèbres a au moins une fois été en proie à une peur résiduelle dans le cadre de son travail.

La première partie se trouve ici

 

Intelligence-émotionnelle-300x300 L'agent funéraire et la gestion émotionnelle - 2ème partieLa Peur

Le quotidien de ce travail n’est pas un long et perpétuel recommencement car la vie des morts n’est pas figée. Les décès sont banals ou tragiques et les défunts changent de visage, des imprévus peuvent surgir à tout moment.

Parmi ces perturbations, certaines peuvent éventuellement briser la « carapace » naturelle que chaque agent funéraire s’est forgée afin de surmonter les situations tragiquement difficiles à appréhender. Certains éléments sont nécessaires et permettent à un agent funéraire de devenir aguerri. La force de caractère, l’expérience du métier, la carapace défensive, le déni des émotions ne constituent pas toujours des remparts suffisants face à des décès injustes, ou des corps répugnants.

Selon les raisons du décès, les situations violentes ou non anticipées sont prétextes à voir resurgir la peur et l’angoisse des agents qui sont les premiers à y faire face. Les affronter et les surmonter participe du développement de leurs compétences et de l’élaboration de l’expérience professionnelle.

Partir à la rencontre d’un défunt est toujours une tâche envahie d’incertitudes, surtout lors d’un appel de police ou de gendarmerie. Réquisitionnés ou simplement mobilisés pour aller chercher un corps à l’hôpital ou dans un domicile, les agents qui partent ont pour seule information un nom et une adresse. Les soignants, les pompiers, la police et même la famille sont généralement peu loquaces et ne donnent quasiment aucun détail sur les circonstances de la mort.

L’angoisse est omniprésente et les agents funéraires se posent souvent les mêmes questions : Est-ce une personne âgée ou un jeune décédé brutalement ? Dans quel état va-t-on trouver le corps ? Y aura-t-il de la famille et si oui, sera-t-elle disposée à collaborer avec nos services ?

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Le peu d’informations préalables à un transport de corps dont disposent les agents funéraires rend l’évaluation du travail difficile, sinon impossible.

Si l’incertitude est omniprésente suite à un appel téléphonique, quel que soit le décès, les « réquisitions » constituent un genre d’intervention où elle pèse encore plus lourdement.

Ces situations traumatisantes restent gravées dans les mémoires de chaque agent funéraire. Il suffit d’interroger n’importe lequel pour qu’il nous raconte la pire anecdote qu’il a en tête, au point de ne pouvoir être évoquée sans émotions et sans souvenirs.

Ce travail nécessite impérativement un bon équilibre psychologique et une grande force mentale, parce que l’exercice d’un tel métier n’est pas tous les jours évident. Si l’on ne se canalise pas sérieusement, à la longue une déprime ou une addictologie peut s’installer, ou quelque chose qui se vivra très mal.

Là encore, l’épreuve professionnelle peut se métamorphoser en apprentissage, où l’on s’efforce de négocier avec soi-même, face à ses propres peurs, avec son propre vécu.

Ensuite une autre type de peur aurait tendance à venir perturber l’agent funéraire, c’est celle de « La Peur du rejet ».

L’agent funéraire aurait raison de se sentir mis à l’écart par ses proches ou son entourage, car l’exercice de cette profession est fort peu reconnu à sa juste valeur dans notre société moderne, surtout en France, où la Mort reste un sujet tabou.

Dans ce métier, il ne faut pas avoir « peur de ses émotions ». C’est un travail très technique mais réellement passionnant. Quand on est extérieur à cette corporation, on a l’impression de s’adresser à des professionnels dissimulés derrière une façade d’indifférence. Or, l’agent funéraire idéal doit s’investir généreusement afin de surmonter ses angoisses. La banalisation de la Mort n’est pas une « défense naturelle », c’est une conquête quotidienne.

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Le stress

Le stress est également partie prenante de la profession des agents funéraires. Stress et Peur sont liés dans ce domaine.

L’agent funéraire qui stressé en permanence vit mal son métier peut se retrouver face à l’accentuation d’une certaine forme de pénibilité au travail : il a un manque de confiance en soi, manque de reconnaissance de ses proches, son patron ne prend pas forcément en compte ses demandes, l’ambiance de travail est mauvaise et la vision, l’odeur et la manipulation des corps le traumatisent de plus en plus…Dans cette profession, le stress amène très vite les agents funéraires dans une spirale infernale qui les conduit tout droit au suicide.

D’une manière générale, le stress traumatique se manifeste sur des agents novices et inexpérimentés sur des tâches vraiment pénibles à supporter (rassembler les morceaux épars de corps sur la voie ferrée, etc…). Le stress des agents funéraires s’apprivoise petit à petit avec la pratique et l’expérience.

Un autre fait scientifique intervient également, et cela peut aussi concerner les individus confrontés aux situations difficiles, tels que les pompiers, les policiers, les gendarmes, les thanatopracteurs, certains psychiatres et médecins, etc…c’est le phénomène stressant de l’auto-identification au défunt.

Ce phénomène agit sur les personnels novices ou peu habitués aux situations difficiles, c’est-à-dire que l’œil n’étant pas habitué à voir certaines choses les plus violentes qui lui sont inconnues, va donner un ordre au cerveau pour l’interprétation de la représentation, c’est-à-dire que l’œil et le cerveau vont assimiler la scène pénible à quelque chose de connu qui fait partie de l’imaginaire de l’individu confronté à cela.

Comme nous l’avons vu dans l’article sur le suivi psychologique des intervenants lors de grosses interventions, il n’existe pas de suivi psychologique pour les agents des pompes funèbres en France à l’heure actuelle.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.