L’aide au deuil animalier chez les enfants

0
185
Petite Gomme, deuil animalier et enfant

D’un point de vue législatif, l’animal est considéré comme un membre à part entière de la famille et non plus comme un meuble. le deuil animalier est tout aussi impactant dans la vie d’un individu que tout autre deuil. Trop longtemps relayé comme un sous-deuil, il apparaît aujourd’hui comme une douleur à part entière qu’il faut savoir traiter et écouter. C’est pourquoi la maison d’édition La Petite Gomme s’est penchée sur la création du souvenir pour les enfants qui doivent faire face à ce deuil particulier.

La maison d’édition La Petite Gomme présente son deuxième carnet « Je ne t’oublie pas », toujours ancrée sur la problématique de l’accompagnement du deuil chez l’enfant, cette fois la maison d’édition s’intéresse de près au deuil animalier.

Pourquoi ?

Le deuil animalier est souvent considéré à tort comme un sous-deuil.
Le décès de l’animal de compagnie est une épreuve douloureuse tant pour l’adulte que pour l’enfant. Compagnon de vie et créateur de bonheur, son décès bouleverse notre quotidien.
Le décès de l’animal de compagnie est souvent la première fois où un enfant est confronté à la mort. C’est aussi un souvenir impérissable dans sa mémoire et que nous gardons tous à l’âge adulte. Comment surmonter la peine ? Que dire aux enfants et de quelles manières ?
C’est à ces questions que j’ai voulu apporter des éléments de réponse.

Être confronté à la mort étant jeune, fait mourir une partie de l’enfance.

Comment ?

Sur le même principe que « Je veux te dire », le carnet « Je ne t’oublie pas » exploite la créativité de l’enfant.
C’est un carnet souple avec des pages cartonnées qui permettent à l’enfant, suivant un fil conducteur d’exprimer son ressenti.

Lire aussi :  Salon Funéraire Grand Sud, les exposants et inscription des visiteurs

Un peu comme un album de naissance ou de mariage, on peut y coller des photos, écrire ses souvenirs, ses impressions et d’une manière générale de faire la transition entre l’arrivée de l’animal chez soi, son décès, et l’« après » c’est-à-dire une potentielle ré-adoption.

La maison d’édition

Parler de la mort n’est pas simple, ni pour les adultes, ni pour les enfants en proie à de nombreuses questions.

Mettre des mots sur le silence, c’est un peu l’idée de départ. Le deuil provoque chez chacun de nous des sentiments complexes. Pour l’enfant c’est souvent un vide, une incompréhension, une période de creux où personne ne trouve les mots.

Déculpabiliser l’enfant est la première étape, celle qui pousse la porte du deuil.
Avoir du chagrin est normal.

Mon travail ? Transformer le chagrin en souvenirs.

Carnets disponibles sur l’e-shop de la maison d’édition www.lapetitegomme.fr/eshop

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here