L’art et la mort : Un enterrement à Ornans, Gustave Courbet

0
1918
obsèques
Gustave Courbet est surtout connu pour l’Origine du Monde. C’est oublier un peu vite une œuvre naturaliste, qui a en de nombreuses occasions fait scandale, comme cet Enterrement à Ornans.
L’auteur
Lorigine-du-monde-300x249 L'art et la mort : Un enterrement à Ornans, Gustave Courbet
L’origine du monde

Gustave Courbet est né le 10 juin 1819 à Ornans, près de Besançon (Doubs), et mort le 31 décembre 1877 à La Tour-de-Peilz, en Suisse. C’est un des chefs de file du courant réaliste. Il est principalement connu pour le réalisme cru de ses œuvres, notamment L’Origine du monde (1866), qui provoqua le scandale chez ses contemporains… Et encore parfois aujourd’hui.

Anticlérical, ami de Proudhon et proche des anarchistes, il fut l’un des élus de la Commune de Paris de 1871. Accusé d’avoir fait renverser la colonne Vendôme, il est condamné à la faire relever à ses propres frais. Réfugié en Suisse, il meurt avant d’avoir commencé à rembourser.

Rares sont les artistes qui ont, davantage que Courbet, construit leur carrière grâce à la stratégie du scandale. Les critiques ont interprété les œuvres du peintre de manière parfaitement antinomique, nourrissant l’image d’un peintre insoumis et frondeur. Ainsi, tandis que les détracteurs, parmi lesquels Charles Baudelaire et Théophile Gautier, stigmatisent une peinture réaliste qui corrompt l’ordre du monde et le précipite vers le déclin en promouvant la laideur et le vice, ses défenseurs, Émile Zola en tête, considèrent qu’elle est plus sincère, capable de véhiculer esprit d’indépendance, liberté et progrès.

Oeuvre et contexte

Courbet achève Un enterrement à Ornans en 1850, à une période charnière pour l’histoire de France comme pour l’histoire de l’art moderne. Louis-Philippe a été destitué en 1848, et en décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, a été élu président de la république.

En 1850, dans cette époque sensible au contexte social, les artistes ne se rangent pas forcément aux côtés de la classe ouvrière et de son combat mais ils se détachent de la bourgeoisie qui rejette les nouvelles formes d’art.

Les 27 personnages pressés en double rang sont tous des habitants d’Ornans que Courbet avait fait poser un à un dans son atelier. Comme à l’église, les hommes (à gauche) et les femmes (à droite) sont séparés. Les hommes portent des costumes noirs et plusieurs d’entre eux un chapeau haut de forme. Les femmes quant à elles portent des coiffes blanches et des capuches noires ; plusieurs d’entre elles tiennent un mouchoir blanc dans la main et pleurent le mort.

Dans Un enterrement à Ornans se mêlent conjointement les thèmes de la mort et de la religion à travers l’enterrement, un rite funéraire occupant une place fondamentale car il soude dans le chagrin la communauté villageoise. Au-delà du rite religieux en lui-même, l’univers de l’œuvre est chargé de symboles ayant des liens avec la religion et la mort :

Une tradition apocryphe indique que « lors de l’agonie du Christ, la terre trembla, se fissura et fit jaillir le crâne d’Adam enfoui depuis des millénaires ». Courbet a justement représenté un crâne dans le tableau, à droite de la fosse. On retrouve ce crâne symbolique dans Hamlet et Horatio au cimetière peint par Delacroix en 1839, seulement dix ans auparavant. Le chien, quant à lui, alimente aussi l’univers symbolique. En effet, dans de nombreuses sociétés, l’animal accompagne l’homme dans l’au-delà et est souvent présent lors des cérémonies sacrées, dans l’Égypte ancienne ou chez les Incas par exemple.

Un enterrement à Ornans fut présenté au Salon de peinture de 1850. Il fut très mal accueilli par les critiques outrés de voir une si grande œuvre, 6,68 mètres sur 3,15 mètres, traiter d’une « anecdote » populaire avec une telle gravité. Ce format panoramique était alors réservé aux grandes scènes historiques, mythologiques ou religieuses. La composition rappelle Le Sacre de Napoléon du peintre David. Cette remise en question de la hiérarchie des genres va choquer les critiques. Ce n’était, pour Courbet, qu’un début…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.