L’assassinat de John Lennon

0
2179

8 décembre 1980 : dix ans après la séparation des Beatles, cinq ans après sa dernière prestation musicale publique, John Lennon vient de faire son come-back. Après une soirée de travail en studio, il rentre chez lui, au Dakota Building…

Lennon-McCartney-300x197 L'assassinat de John Lennon
John Lennon et Paul McCartney

Une journée chargée

Ce 8 décembre, John Lennon se prépare à une journée chargée. Dès huit heures du matin, lui et sa femme Yoko Ono reçoivent une photographe de Rolling Stones Magazine, qui souhaite prendre plusieurs clichés, dont un pour la couverture.

Puis John Lennon accorde une interview à un DJ, Dave Sholin. Durant cet entretien, Lennon parle de son album Double Fantasy, sorti quelques mois auparavant après presque cinq ans de silence, composé aux Bermudes, et de ses projets à venir. Il faut dire que Double Fantasy, si il se vend bien, ne rencontre pas le succès attendu pour le come-back de l’ex Beatles. Le disque est présenté comme un opus de John Lennon et Yoko Ono, et les fans veulent du Lennon pur et dur. Pire, beaucoup considèrent, sans doute à raison, l’épouse du chanteur comme responsable de la séparation des Beatles.

Et justement, Madame Ono a une séance d’enregistrement prévue ensuite en studio. Pour cette chanson, elle s’est offert les services d’un musicien de luxe, John Lennon lui-même, promu guitariste solo.

Dakota_Apartments_Entryway-300x225 L'assassinat de John Lennon
Le porche de l’entrée du Dakota Building

Autographes

Le couple descend donc de son appartement du luxueux Dakota Building à 17 H 00. Une limousine les attend pour les conduire au Record Plant Studios. Plusieurs fans s’approchent de Lennon sur le trottoir. Rien d’inhabituel : tout le monde sait ou vit Lennon, et son prestige, dix ans après les Beatles, est encore immense.

Un jeune homme s’approche de lui, et lui tend un exemplaire de Double Fantasy, sans dire un mot. Lennon prend le disque, le signe, et le rend au jeune homme silencieux, surpris par ce mutisme. La star lui demande « C’est tout ce que vous désirez ? » et ne reçoit qu’un signe de tête en guise de réponse.

Enfin, John Lennon et Yoko Ono montent dans la limousine et s’éloignent, ayant déjà oublié le jeune homme mutique.

Lire aussi :  Cendrine Chapel, Directrice Générale des Services Funéraires - Ville de Paris
Beatles-300x300 L'assassinat de John Lennon
Les Beatles

22 H 50

Après la séance de studio, John Lennon a insisté pour rentrer chez lui. Il veut embrasser son fils avant que celui-ci ne s’endorme trop profondément, et surtout, il sait que des fans attendent son retour en bas de son immeuble, comme à chacune de ses sorties : il veut les rencontrer et leur signer des autographes, pour éviter qu’ils l’attendent trop longtemps. Le britannique est resté Gentleman.

Arrivés à destination, Yoko Ono s’engage sous l’arche du building, suivi de John Lennon. Une silhouette sort de l’ombre : le jeune homme mutique qui avait reçu un autographe. Ce dernier interpelle le chanteur. « Monsieur Lennon », sort une arme et tire à cinq reprises.

Quatre balles atteignent Lennon. Celui-ci titube jusqu’à la loge du concierge, Jay Hastings, lui dit placidement « Je me suis fait descendre » et s’effondre. Hastings couvre Lennon de sa veste et court appeler la police.

A l’extérieur, le portier, José Perdomo, n’a fait ni une, ni deux : voyant le tireur s’enfuir après avoir tiré des coups de feu, il se jette sur lui et le neutralise. Il demande au tireur « Tu sais ce que tu as fait ? » et s’entend répondre, d’un ton parfaitement calme « Oui, je viens de tuer John Lennon ».

La mort de John Lennon

Une première voiture de patrouille arrive sur place et se consacre à Chapman. Celui-ci ne s’est pas débattu, il est assis sur le trottoir, son arme posée près de lui, un livre de poche à la main, « L’attrape-coeur » de JD Salinger.

Une deuxième équipe arrive sur place quelques secondes après. Voyant Lennon, ils décident qu’ils n’ont pas le temps d’attendre une ambulance, et le chargent sur la banquette arrière de leur voiture. Les deux policiers, Bill Gamble et James Moran, foncent à travers la ville, toutes sirènes hurlantes. Moran se retourne vers Lennon pour le maintenir conscient. « Vous savez comment vous vous appelez ? » Lennon fait un signe affirmatif de la tête et essaie de parler, mais n’y arrive pas et finit par s’évanouir.

Lire aussi :  Devenir franchisé Philae service funéraire !

Le docteur Stephan Lynn attend John Lennon en salle d’urgences. A l’arrivée du chanteur, il constate que celui-ci n’a plus de pouls. Il ne lésine pas sur ses efforts, mais constate que les dégâts sont vraiment très importants. Trop importants.

A 23 H 15, John Lennon est déclaré mort.

markchapman2-300x234 L'assassinat de John Lennon
Mark Chapman

Après Lennon

L’histoire retiendra que c’est durant un match de foot en direct qu’a été annoncée la mort de John Lennon. Les deux présentateurs avaient interviewé le chanteur et étaient devenus ses amis : Frank Gifford et Howard Cosell. Le dialogue qui s’ensuivit est resté dans l’histoire.

Gifford : « John Smith est sur la ligne. Et je me fiche de ce qui est sur la ligne, Howard. Vous devez dire ce que nous savons, nous dans la cabine. »

Cosell : « Oui, nous devons le dire. Souvenez vous que ce n’est qu’un match de football, peu importe qui gagne ou qui perd. Une tragédie indescriptible, qui nous a été confirmée par nos collègues d’ABC News à New York : John Lennon, devant son immeuble dans les quartiers ouest de New York, probablement le plus célèbre de tous les Beatles, a reçu deux balles dans le dos, a été conduit en urgence au Roosevelt Hospital, et était mort à son arrivée. »

John Lennon a été crématisé, et ses cendres remises à Yoko Ono. Aucune cérémonie n’a été faite en sa mémoire par sa veuve. Leur album commun, Double Fantasy, s’est vendu à sept millions d’exemplaires après la mort de Lennon.

Son assassin, Mark Chapman, a écopé d’une peine de prison à perpétuité, assortie d’une peine de sécurité de quinze ans. Il a fait huit demandes de remises en liberté, toutes refusées, au motif qu’il ne semblait pas assez repenti et surtout, qu’il n’a jamais expliqué de façon claire pourquoi il avait tué John Lennon.

De nombreux fans de John Lennon, encore aujourd’hui, sont impatients de voir Mark Chapman libéré, pour enfin pouvoir le lyncher.

Here Today, hommage de Paul McCartney à John lennon

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here