L’Atelier Mosésu au salon du livre, le polar est dans la place

1
131

Le salon du livre a commencé hier, avec une journée dédiée aux professionnels, et s’ouvre aujourd’hui au public. Sébastien Mousse et Stanislas Petrosky, fidèles contributeurs, y seront pour dédicacer leurs œuvres.

Sébastien Mousse a déjà fini d’installer le stand de l’Atelier Mosésu « C’est l’avantage d’être matinal » s’amuse-t-il « se lever tous les jours à cinq heures, ça laisse pas mal de temps libre » enfin, du temps libre, si on veut « Le matin, c’est écriture, puis à l’heure de midi et le soir, je m’occupe de la maison d’édition » dans son emploi du temps chargé, Sébastien trouve le temps d’exercer son métier de thanatopracteur et de s’adonner à sa passion de la lecture. « Et Funéraire info qui me torture tous les quinze jours pour m’arracher un article » taquin.

Alors, et ce stand ? « C’est la région Normandie qui nous fait la gentillesse de nous accueillir et de mettre à notre disposition trois mètres. Chez l’Atelier Mosésu, de nombreux auteurs maison viendront dédicacer leurs œuvres, Anne-Laure Chanel, Sandra Martineau, Patrice Dard, Didier Fossey, Maxime Gillio, Jean Mazarin, Ludovic Miserole, Jacques Saussey et Samuel Sutra. » et Stanislas Petrosky, il viendra ? « je suis là » sourit Mousse

Sébastien n’avait pas prévu d’écrire « Et puis, à quarante ans, je me suis fait une liste de trucs à faire avant de mourir, et écrire un livre en faisait partie » il choisit donc comme pseudonyme Stanislas Petrosky « Je voulais avoir des critiques honnêtes, sur tous les réseaux polar, les blogs… On se connaît tous, et si les gars avaient su que c’était moi, ils se seraient dit  »on va pas être méchants avec Seb » c’est pour ça que j’ai inventé ce personnage ». L’excellent accueil fait au livre le surprend « ça ma ‘vraiment fait plaisir, donc j’ai récidivé. Mais à chaque livre, entre Ravensbrück mon amour, l’amante d’Etretat, et le troisième à sortir prochainement, je m’amuse à changer de style ».

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

L’accueil réservé à l’Amante d’Etretat l’a inquiété « C’est un livre sur le deuil, et le deuil, c’est redondant. Le défi, c’était que le lecteur ne se dise pas  »bon, ok, on a compris qu’elle allait pas bien » et qu’il décroche. Mais les premiers retours que j’en ai eu m’ont rassuré. C’est un livre qu’on lit jusqu’au bout. »

Et l’atelier Mosésu, après une année chargée, quelles seront les orientations en 2016 ? « on a décidé de réduire la voilure. Publier beaucoup de livres, c’est bien, mais notre objectif, désormais, c’est de mieux s’occuper des ouvrages, leur consacrer davantage de budget, augmenter les tirages, convaincre les réseaux de distribution. Tout cela demande du temps et des moyens, que nous allons moins disperser. Pour cette année, nous prévoyons six publications. Jusqu’à présent, nous avons 22 livres en catalogue. »

Et l’Embaumeur va se poursuivre « Avec une publication par an. Bon, les collectionneurs vont râler, mais ils vont changer de format. Le bleu et noir, c’est devenu à la mode dans le polar, pour se faire remarquer, on a défini une nouvelle charte graphique. Ca va être vraiment très bien. »

Bon, Sébastien, ce ne seraient pas des visiteurs que j’aperçois, là bas ? « Si, le salon ouvre dans quelques minutes, et il y a déjà des visiteurs à la porte. Ca va être un très bon week end. »

L’Atelier Mosésu vous attend sur le stand Normandie F39

Salon du livre de Paris, Porte de Versailles, pavillon 1, jusqu’au dimanche 20 mars

Sébastien-Mousse-et-Jean-Mazarin L'Atelier Mosésu au salon du livre, le polar est dans la place
Sébastien Mousse et Jean Mazarin

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.