Le bilan carbone bientôt sur les devis obsèques ?

3
224

L’incendie géant au Canada, attribué au réchauffement climatique, souligne l’urgence de prendre des mesures. Et on en prend : contre le gaz de schiste, contre la voiture, contre les feux de cheminées… Pendant ce temps là, les pompes funèbres vaquent, guillerettes, à leurs occupations. Mais leur tour viendra, sans doute d’internet.

Les Canadiens, tabernacle !

Hasard malencontreux, c’est un article canadien qui nous a fait nous interroger sur ce sujet : l’empreinte carbone émise en fonction des obsèques choisies. Malencontreux, parce que l’empreinte carbone, c’est le réchauffement climatique, et le réchauffement climatique, c’est l’incendie géant qui ravage actuellement le Canada.

Dans cet article, l’auteure s’interroge sur l’empreinte carbone laissée par les obsèques de sa mère, à l’occasion d’un prix de l’Empreinte Carbone décerné à la Coopérative des Deux Rives. Raconté comme cela, c’est surprenant : les familles endeuillées sont généralement plus préoccupées par le fait de donner des obsèques dignes à leur proche plutôt que par l’écologie. C’est humain. Et c’est précisément ce qu’explique l’auteure.

Pourtant, l’empreinte CO2 est partout, s’impose partout, et il va bien falloir se résoudre à cet axiome : un jour, elle va nous tomber dessus par surprise, peut être par une belle après midi d’été, alors que vous serez paisiblement à votre dépôt en train de fixer un capiton de satin bleu à un cercueil de chêne miel. Autant vous y préparer.

L’arnaque carbone

Une empreinte écologique pour les pompes funèbres ? La question finira par se poser. Pour être précis, quelqu’un trouvera un intérêt à la poser pour vous. A juste titre ? Rien n’est moins sûr : l’empreinte carbone est un chiffre fictif.

L’empreinte carbone est l’émission globale de carbone émise en accomplissant une action. Elle est généralement estimée. Prenez l’exemple de la SNCF : lorsque, sur votre billet de train, on vous donne l’empreinte carbone que votre voyage va laisser, on calcule tout simplement la consommation énergétique du train, l’émission de carbone donnée pour fabriquer cette énergie, que l’on divise par le nombre de sièges du train. Le chiffre est donc faux, puisque la SNCF ne sait pas, au moment ou vos achetez votre billet, combien il y aura de passagers dans le train : selon qu’il soit plein à craquer ou à demi vide, votre empreinte ne sera pas la même ; Et que dire des fraudeurs ? Leur empreinte carbone n’est pas comptabilisée sur leur titre de transport absent. Oui, c’est injuste : une partie de votre culpabilité devrait reposer sur leurs épaules.

Enfin, si l’on voulait calculer précisément l’empreinte carbone de ce train que vous prenez, il faudrait y ajouter l’empreint carbone que tous les employés de la SNCF dont le travail aura permis à ce train de rouler émettent en se rendant à leur travail, et même l’empreinte émise par chaque café servi au wagon-bar… On ne s’en sort pas.

Une empreint pour le funéraire ?

Alors, un jour, vous aussi aurez sans doute besoin de calculer l’empreinte carbone du convoi que vous viendrez de régler pour une famille.

Il y aurait deux pistes à explorer : l’empreinte énergétique globale de la société, allant de l’isolation thermique du funérarium à la prise en charge de transports en communs pour les employés, et l’empreinte énergétique de chaque convoi. C’est à partir de là que ça devient drôle : pour chaque famille, vous devrez calculer le bilan carbone du cercueil, depuis le moment ou il était un arbre, celui du capiton, selon qu’il vienne du Vaucluse ou de Chine, etc…

Encore une fois, ce sont les thanatopracteurs qui font leurs intéressants : le formol n’émet pas de carbone. Qu’ils utilisent un produit conservateur bio ou un fluide ultra chimique capable d’empoisonner le sol le plus fertile, leur bilan carbone, résumé à l’émission de CO2 de leur utilitaire, sera identique.

D’ou le coup peut il venir ?

Et ce ne sera pas le gouvernement qui vous le demandera, du moins, pas dans un premier temps. Vous verrez qu’un jour, l’empreinte carbone des obsèques sera mis en évidence sur un comparateur en ligne. Si ses dirigeants sont cynique,s ils vous laisseront le choix, soit entre les laisser donner un chiffre qu’ils auront estimé, soit de donner vos propres chiffres, calculés au plus près et donc sans doute largement plus faible, après vous être acquittés d’un modeste écot…

On parie ? Nous, on le voit venir gros comme une maison mal isolée : l’empreinte carbone, soyons clair, les pompes funèbres ont autre chose à faire. Et les familles s’en moquent généralement. Mais un comparatif de devis de pompes funèbres qui mettrait cet argument en avant s’en servirait surtout comme un moyen de faire parler de lui, donc de se faire connaître, donc de s’attirer une clientèle. Tant pis si d’autres en assument les conséquences.

Mettons les choses au clair : ce n’est pas un plaidoyer climato-sceptique. Plus une interrogation. L’empreinte carbone, c’est sûrement très bien, mais un site écologique me signale que, pour écrire cet article, j’ai émis 15 grammes de carbone, et que vous-même, pour le lire, en avez émis quatre. C’est beaucoup ? Pas beaucoup ? Quel serait le bon chiffre ? Aux pompes funèbres comme ailleurs, donner le chiffre de l’empreinte carbone, c’est comme donner un iPhone à un chimpanzé. Il trouvera certainement ça fascinant, mais il ne saura pas trop quoi en faire.

3 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.