Le cimetière central de Vienne, en musique

0
700
Crematorium du cimetière de Vienne
Le cimetière central de Vienne mérite un détour pour tout passionné d’art funéraire, et tout mélomane : son carré des musiciens écrase sans conteste toute concurrence en la matière…
Une histoire du cimetière central

En 1863, le conseil municipal de Vienne décida d’établir un cimetière central pour toutes les religions et, en 1869, acquit pour cela un terrain à Simmering. L’année suivant, en 1870, l’aménagement du cimetière fut mis en adjudication et attribué aux architectes d’horticulture Karl Jonas Mylius et Alfred Friedrich Bluntschli de Francfort sur Main. Les travaux commencèrent en 1873 et le cimetière central de Vienne fut ouvert en partie le 1er novembre 1874.

Dans le plan des architectes Mylius et Bluntschli, il était déjà prévu d’édifier une église, mais la mise en adjudication n’eut lieu qu’en 1899. Le concours fut gagné par Max Hegele, âgé de 27 ans seulement, un élève de Otto Wagner. Dans le plan de Hegele, il y avait l’ensemble des bâtiments importants dont le portail de pylône (1905) avec les halls funéraires des deux côtés et l’église avec les caveaux à colonnes qui l’entourent, mais il fallut attendre un bon moment avant que la construction de l’église commence. La première pierre fut solennellement posée le 11 mai 1908 et, trois ans plus tard, l’église fut consacrée et inaugurée le 14 juin 1911.

Eglise-du-cimetière-de-Vienne-300x232 Le cimetière central de Vienne, en musique
Eglise du cimetière de Vienne
La ceinture verte

Le cimetière fait partie de la ceinture verte de Vienne, à l’est de la ville. En raison de sa taille et de la densité des arbres, il abrite une faune variée. Les écureuils sont les animaux les plus faciles à observer. Les Viennois les nomment « Hansi » et ils sont relativement peu farouches, car de nombreux visiteurs les nourrissent de noisettes. D’autres animaux moins connus des visiteurs peuplent aussi le cimetières, comme une vingtaine de biches, qui prennent leur quartier de préférence dans l’ancien cimetière juif qui leur offre une réserve de nourriture surtout l’hiver grâce aux nombreuses plantes qui poussent entre les tombes. Dans le cimetière, on trouve aussi des faucons crécerelles, des hamsters des champs, des blaireaux, des martres, des grenouilles et autres animaux de petite taille.

Jusqu’au milieu des années 1980, le cimetière était même officiellement une réserve de chasse et le peuplement en gibier était régulièrement contrôlé par des chasseurs engagés par l’administration des eaux et forêts. Actuellement, on essaye de préserver l’équilibre environnemental sans avoir recours aux armes, notamment grâce au programme Netzwerk Natur des services de protections de l’environnement de la ville de Vienne qui fait en sorte que le cimetière comprenne des espaces naturels préservés.

En musique
tombe-de-Beethoven-225x300 Le cimetière central de Vienne, en musique
tombe de Beethoven

Le cimetière central de Vienne vaut aussi pour le nombre impressionnant de musiciens prestigieux qui y reposent. Ainsi, on pourra s’y incliner devant les sépultures de Ludwig Van Beethoven, Johannes Brahms, Christoph Willibald Gluck, Joseph Lanner, Franz Schubert, Robert Stolz, la faille Strauss, Édouard Strauss, Johann Strauss père, Johann Strauss fils, et Josef Strauss.

Si Antonio Salieri y repose également, son ennemi juré, Wolfgang Amadeus Mozart, n’y a qu’un cénotaphe : le divin Mozart fut enterré, dans un autre cimetière, le St Marx, dans une fosse commune. Personne n’a jamais retrouvé avec certitude ses restes.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here