Le cimetière, phytosanitaire et gastronomie bio

0
428
Le bio est partout : mode ou nécessité, le débat existe, mais force est de constater que ceci a parfois des conséquences inattendues. En voici une.

L’après midi débutait à peine, et l’on se serait cru une matinée d’hiver tant les lourds nuages noirs chargés de menaces la veille avaient déversés de pluie, le vent y ajoutant un froid glacial. Nul, en cet instant, n’aurait pu deviner la chaleur caniculaire qui s’abattrait le surlendemain.

L’homme était intrigué. Depuis quelques temps, il observait le manège de deux femmes d’un certain âge, qui erraient entre les tombes. Elles scrutaient chaque pot de fleurs, chaque buisson, et, de temps à autre, se penchaient et ramassaient quelque chose qu’elles fourraient vivement dans le sac en plastique dont chacune était munie.

L’homme les suivait de loin. Au début, il avait pensé avoir affaire à des voleuses : un avis était placardé à l’entrée du cimetière mettant en garde les usagers. Il voulait s ‘assurer du bien fondé de ses soupçons avant d’alerter le gardien, et s’épargna ainsi un peu de ridicule. Rien ne semblait avoir disparu des tombes sur lesquelles les femmes avaient fait mine de saisir quelque chose.

Il était resté assez éloigné jusqu’à présent, afin de ne pas se faire repérer lors de sa filature, mais opta pour une approche plus franche. Après tout, les deux femmes semblaient se désintéresser de lui, et il supposa, à juste titre, qu’elles ne prêteraient aucune attention à l’homme qui passerait à côté d’elles, l’air innocent.

Il fit plusieurs passages, avant qu’enfin, il ne réussisse à voir l’objet de leur manège : sur une plante, une des deux femmes saisit un escargot, qu’elle s’empressa de fourrer dans son sac. Était-ce pour éviter que les gastéropodes ne dévorassent la végétation du lieu ? Après quelques autres passages, il saisit assez de bribes de conversations pour comprendre que les pauvres bêtes finiraient dans du beurre et du persil. Le débat, entre les deux femmes, tournait autour de l’ajout, ou non, d’ail dans la préparation.

—-

Un peu plus tard, l’homme, alors qu’il prenait une petite collation dans un bistrot de sa connaissance, croisa l’un de ses amis, qui se trouvait travailler aux espaces verts de la ville. Il s’ouvrit à lui de sa surprise.

« Oh, faut pas t’inquiéter », dit son collègue, qui, après avoir passé commande d’une nouvelle tournée, expliqua « L’entretien des cimetières est entièrement passé au naturel. On n’utilise plus de produits chimiques, d’herbicides, etc… Alors, les escargots, ça pullule, ça prospère. On autorise les gens que ça intéresse à les ramasser pour leur compte, à condition qu’ils se fassent discret vis à vis des familles. » il but une gorgé, et conclut « Hé, tu devrais être content, c’est autant d’économisé sur tes impôts, et eux, en plus, ils sont certains d’avoir des produits bio ! ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.