Le contrat obsèques, un monument à graver dans la marbrerie

0
240
légataire universel

La prévoyance obsèques, c’est prévoir son enterrement. Ou sa crémation. D’accord, mais c’est un peu court. L’erreur du débutant, en terme de contrats obsèques, c’est d’oublier l’essentiel, à savoir ce qu’on va faire du corps. En d’autre termes, la marbrerie.

S’ouvrir aux obsèques

C’est une erreur courante chez les assistants funéraires débutants. Non pas l’oubli pur et simple de toute la marbrerie : dans l’immense majorité des cas, les contrats sont bien pensés, sous forme de parcours, et lorsque survient la question de « Ou est-ce que vous souhaitez être inhumé », la réponse « Au cimetière de… » sera suivi par « Comment ça se passe, pour avoir une concession ? » s’il n’y en a pas. Auquel cas, l’assistant s’empressera de prévoir un budget pour l’achat d’une concession, et demandera ce qu’on met dessus, le monument.

L’oubli le plus fréquent, pour une raison que je ne parviens toujours pas à m’expliquer, c’est l’ouverture/fermeture d’une concession existante, voire le creusement. Certes, il est bon de prévoir le transfert, les soins de conservation, le convoi, les tiers, par exemple l’église, le journal, et même les fleurs, mais beaucoup d’assistants funéraires débutants ne parviennent pas à se faire à l’idée que les tombes ne s’ouvrent pas toutes seules.

Pensez donc à vérifier, sur le contrat obsèques, que le parcours est complet jusqu’au bout. Représentez vous les étapes une par une, et vérifiez au fur et à mesure que vous avez prévu le nécessaire.

Trois pour deux

Comment faire dans le cas d’un couple qui viendrait souscrire un contrat obsèques chacun pour d’eux et qui voudrait prévoir la concession et le monument ? Certaines personnes rechignent à acheter le nécessaire avant leur mort, perturbés par l’idée que leur tombe, quelque part, est déjà creusée et les attends. Vous avez deux solutions, une bonne et une mauvaise.

Lire aussi :  Colonel Beltrame, je vous fais commandeur de la Légion d'honneur

La mauvaise, c’est parier sur celui ou celle qui partira en premier, inclure la marbrerie sur le contrat, et prier. Vous pouvez parier sur monsieur, dont l’espérance de vie est statistiquement plus faible que celle de madame. Mais si madame passe sous un bus le lendemain, vous avez l’air malin.

La bonne, c’est de faire trois contrats. Un contrat obsèques pour monsieur, un contrat obsèques pour madame, et un troisième contrat uniquement pour la marbrerie, avec la clause particulière d’exécution au premier décès. Certaines sociétés proposent un contrat obsèques marbrerie, si vous n’en disposez pas, un petit détournement d’un contrat classique pour en faire ce type de contrat est tout à fait valide.

Attention au détail qui tue, sans mauvais jeu de mots, avec l’ouverture et la fermeture. Prévoyez des frais d’ouverture/fermeture sur les deux contrats obsèques. Mais si le contrat marbrerie est exécuté au moment du décès, les frais d’ouverture/fermeture inclus dans le contrat obsèques du premier défunt seront inutiles, puisque le monument sera neuf et ouvert. N’oubliez donc pas d’inclure une clause de remboursement de ces frais au conjoint survivant. Ne vous faites pas une réputation d’escroc pour 300 euros…

Gravé dans le marbre

Dernier point de détail : prévoyez la gravure. C’est un minuscule détail, mais lorsque tout a est censé avoir été prévu, et que vous vous retrouvez à faire un devis pour une gravure, vous n’échapperez pas à la question « Il/Elle n’a pas pensé à la gravure ? » qu’il faudra traduire par « Vous l’avez mal conseillé(e).

Le meilleur conseil qu’on puisse vous donner, c’est de lire attentivement le contrat obsèques sur votre temps libre. Tout y est indiqué, plus ou moins clairement, et l’effort vous évitera les déconvenues et pièges qui s’ouvrent à vous lorsque vous le découvrez en même temps que la famille.

Lire aussi :  Le harcèlement sexuel au travail dans le funéraire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here