Le funéraire web : le danger des réseaux sociaux

0
1591

Internet est devenu un outil central de la communication funéraire sur le web, à travers les sites marchands et les réseaux sociaux. Gare avec ces derniers aux dérapages et mélange des genres…

reseaux-sociaux-300x197 Le funéraire web : le danger des réseaux sociauxLes sites en pointe

Les sites internet sont bien entendu aujourd’hui en pointe, pourvu qu’il;s aient un référencement correct. Si l’on faisait les statistiques, il y a fort à parier que les résultats seraient les suivants : en premier, les familles qui sont venues vous voir parce qu’elles vous connaissent, ne serait-ce que de réputation ou d’habitude, ou qu’on vous a conseillés, en second, une recherche sur Google, et en troisième position, les listes mises à disposition par les hôpitaux. Ah, et en quatrième position, une recherche sur les Pages Jaunes papier.

Certes, dans beaucoup d’hôpitaux, les Pages Jaunes servent de liste.

Si rien ne remplace la proximité, puisque la famille qui passe devant votre vitrine tous les jours depuis que les enfants apprennent à marcher aura tendance à vous choisir lorsqu’un décès surviendra, il faut reconnaître qu’internet est aujourd’hui un incontournable. Quel âge a ce chanteur ? Quel temps fera-t-il demain ? Qui pour enterrer notre proche ? A toutes ces questions, une suggestion « demandez à Google ».

D’où l’intérêt de tenir à jour un site internet digne de ce nom, donc, et bien référencé. Pour faire du référencement, une activité régulière, au moins une publication par semaine, du trafic, et le tour est joué. Pour aller plus loin, on peut payer un prix modique pour augmenter sa visibilité ou faire de la publicité sur Funéraire Info (vous l’ignoriez ? C’est dommage). Un autre moyen de se faire voir ou de valoriser son site, les réseaux sociaux.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Facebook et Twitter, je vous aime, moi non plus

Twitter, comme Facebook, ont l’immense avantage de poster des liens qui permettent, si vous captez une audience suffisante, d’augmenter dans des proportions non négligeables la fréquentation, et donc la visibilité, de votre site.

Le problème vient du fait que vos statuts Facebook sont visibles par tous, ou du moins tous ceux avec qui vous êtes « amis » ou ceux qui sont abonnés à votre page, ou ce qui est republié par vos propres amis… Donc, vos clients potentiels.

L’erreur que beaucoup commettent, c’est de créer un profil professionnel. Les « Pompes Funèbres Machin » ou « Duschmol Thanatopraxie » qui se demandent en ami, pourquoi pas ? Le piège réside dans le fait qu’il est assez malaisé d’avoir deux profils sur Facebook, un professionnel, l’autre privé, et que l’on est tenté d’ouvrir un profil unique, en tant que patron, ou d’employé jouissant d’une large autonomie.

Et souvent, sur Facebook, commence le mélange des genres. Impossible de voir toute la journée défiler sur le mur de vos amis des opinions sur des sujets aussi divers que la protection animale, le statut des auto-entrepreneurs, la nouvelle coiffure de Rihanna ou la politique sans avoir envie de donner votre avis. Un avis a ceci de particulier que le nombre de personnes qui le partagent et le verront avec bienveillance sera toujours inférieur au nombre de personnes qui sont d’avis contraire.

Compartimenter pro et privé

Encore plus nécessaire est de compartimenter vie pro et vie privée.

Rien de plus inoffensif, à priori, de laisser passer sur votre statut quelques photos de vacances. Piège, encore une fois : croyez-vous que les familles ont envie de vous confier leur proche après vous avoir vu en caleçon de bain à siroter une Pina Colada au bord de la piscine ? D’autant que les vieux clichés remontent : « dites donc, piscine au soleil, Pina Colada, ça rapporte, le funéraire… ».

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Dernier point, surveillez vos employés. Certes, ils ont le droit à la vie privée. Mais à partir du moment ou ils se réclament de votre entreprise, alors vous avez un droit d eregard sur l’image qu’ils en donnent.

Le moyen le plus simple ? Créez une page, et protégez votre statut. Fuyez par dessus tout le mélange des genres, et gardez en tête que les pompes funèbres sont neutres. Dans le cadre de votre travail, vous ne pouvez pas vous permettre d’avoir une opinion, ou du moins, de l’exprimer.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.