Le Nano pacemaker : autopsie d’un arrêté et encore des questions

0
604
Medtronic Micra

 

C’était la galère pour les familles, le casse-tête des pompes funèbres et la hantise des thanatopracteurs. Ce tout petit stimulateur qui est si important pendant la vie, cause bien des soucis une fois qu’il ne joue plus son rôle.

Vous vous souvenez tous de la malheureuse affaire de la famille à …. , qui, à cause d’un petit objet de la taille d’une pièce d’un euro a vu des obsèques retardées de …. mois. Il y avait des refus de toute part concernant l’extraction de ce nano pacemaker et son risque pour le crématorium.

Comme souvent nous faisons preuve d’innovation, mais nous nous rendons compte après coup que nous nous retrouvons en situation compliquée lorsque nous devons enlever, recycler, extraire. C’est un peu le cas également avec les batteries de téléphone.

Il y a peu un thanatopracteur courageux a décidé de contacter directement Medtronic, le fabricant du nano pacemaker pour connaître son fonctionnement mais aussi son retrait. Il a suivi tout le protocole, et à même assisté à son implantation au CHU de Clermont Ferrand. Il est le premier thanatopracteur en France a avoir extrait ce nano pacemaker. Son but était de montrer que la profession pouvait faire preuve d’évolution. Malheureusement son retour à la réalité de la vie des réseaux sociaux n’a pas été accueilli à sa juste valeur, c’est-à-dire dans un but pédagogique. Je tairais ici son nom afin de le laisser poursuivre son travail en paix.

Ça c’est pour la partie thanato, de l’autre côté, l’État a voulu pallier à ce problème, vous noterez par ailleurs l’urgence de cet arrêté qui, pour une fois, fait figure d’exception dans la rapidité de l’exécution. Cet arrêté le voici, nous vous l’avons communiqué dès la semaine dernière. Il précise que les personnes décédées qui portent un nano pacemaker de la société Medtronic – et seulement Medtronic, nous y revenons après – peuvent être inhumées ou crématisées sans avoir besoin que  ledit stimulateur soit retiré, ni par un médecin, ni par un thanatopracteur.

Lire aussi :  11 novembre, de Jules André Peugeot à Augustin Trébuchon

Ouf, soulagement, tout va bien dans le meilleur des mondes ? Mmmhhh pas sûr, les thanatopracteurs s’interrogent. Comment savoir si le ou la défunt(e) possède un stimulateur de la marque Medtronic ? Là on touche à un point sensible puisque cette info se trouve dans son dossier médical et est donc par définition strictement confidentielle. Il faudrait ainsi, pour que ça se passe sans heurt, que le médecin lors de la signature du certificat de décès précise de quel type de stimulateur il s’agit.

Mais… Mais encore faut-il que le médecin le stipule, encore faut-il que les mairies soient confiantes sur les autorisations et encore faut-il que les crémas ne soient plus frileux à cette idée d’autant que cet arrêté est en phase test de six mois, qui lance un silence perplexe sur sa raison.

Et surtout ! Le dilemme reste entier, que faire pour les nano stimulateurs d’autres marques ? Pourtant cette question n’est pas nouvelle, elle se posait déjà avant même l’implantation, comme l’on peut le lire sur le site de l’actu des CHU, CHU réseau en 2014.

nano-stimulateurs-CHU-réseau Le Nano pacemaker : autopsie d'un arrêté et encore des questionsLe nano stimulateur reste cependant une formidable évolution, 50 ans après la pose des premiers pacemakers, il est désormais possible grâce à ce tout petit objet de le poser sans opération chirurgicale, une avancée majeure pour la médecine, mais qui, encore une fois, n’a pas délivrée toutes ses réponses quant à son devenir.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here