Le projet « embaumements », interview de Nicolas Delestre

1
1462

Le projet « embaumements » a pour but de donner accès aux biographies de nombreux embaumeurs et d’expliciter les différentes méthodes de conservation élaborées par ceux-ci à travers le temps. Interview de Nicolas Delestre par Claire Sarazin.

Claire sarazin : Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter pour les lecteurs de Funéraire info?
Nicolas Delestre : Je m’appelle Nicolas Delestre. A la base, je suis informaticien spécialisé en sécurité des systèmes d’information.  J’ai enseigné au sein de l’IUT de Lyon 1 et dans les sections supérieures du CNRS en sécurité informatique, avant de décider  par choix personnel de changer de vie. J’étais passionné par les rites funéraires du moyen âge et de l’antiquité et mes livres de chevet étaient depuis bien longtemps Philippe Ariès et Danièle Alexandre-Bidon, alors j’ai décidé d’entrer en formation de Thanatopraxie au sein de l’école de Lyon et en parallèle j’ai rejoint l’équipe du musée d’anatomie Testut Latarjet pour m’occuper de l’événementiel et de recherche sur les momies y étant conservées. La passion pour les différentes techniques d’embaumement n’a fait que croître au cours des années et je peux à présent m’épanouir dans la recherche d’anciennes techniques et reconstituer les biographies d’embaumeurs oubliés. Il y a maintenant plus de 10 ans que je me suis plongé dans les rites funéraires anciens et l’embaumement.
CS : Parle-nous de ton projet, comment est-il né ?
ND : Le projet embaumements.com est né tout d’abord de rencontres. Être passionné tout seul dans son coin c’est bien, mais lorsque l’on rencontre d’autres personnes prêtes à apporter leur concours à un projet commun, cela change la donne. C’est comme cela que le projet est né, de la rencontre avec Claire Desbois, Marion Péchiné, Claire Sarazin, Nicolas Le Breton et Jordan Gallois Garreignot, tous spécialistes dans leur domaines respectifs et tous intéressés par la mise en valeur du patrimoine culturel essentiel que sont les méthodes d’embaumements. Il était important à nos yeux de redonner leurs lettres de noblesse à des hommes qui passèrent leurs vies a mettre au point de nouveaux procédés et dont la plupart des Thanatopracteurs actuels ignorent jusqu’à l’existence

Lire aussi :  AdVitam, comment se faire rembourser les frais d’obsèques ?
Embaumement-Nicolas-Delestre Le projet "embaumements", interview de Nicolas Delestre
Embaumement, Nicolas Delestre

CS : C’est vrai que l’histoire de l’embaumement telle qu’elle est enseignée dans les écoles est assez succincte. Y-a-t-il d’après toi des points à développer ?
ND : Le XIXème siècle est une période charnière dans l’histoire de l’embaumement et à cette époque, les mondes aujourd’hui séparés de la médecine et de l’embaumement étaient étroitement soudés. Des médecins exceptionnels tels que les docteurs Dubois et Parcelly  à Lyon, collaborateurs du célèbre docteur Lacassagne, le docteur Sucquet à Paris et tant d’autres…L’histoire de l’embaumement est complexe et la vérité se cache souvent dans les méandres des archives des facultés de médecine.  Combien de Thanatopracteurs actuellement savent que Gannal, ce n’est pas un embaumeur mais deux : Jean Nicolas GANNAL et son fils Nicolas GANNAL. Combien de Thanatopracteurs savent que c’est un concours en 1848 sous l’égide de l’Académie Royale de médecine qui scella la fracture entre l’embaumement et la médecine…

CS : Oui, nous ne connaissons pas notre propre histoire et peut-être accordons-nous trop d’importance aux égyptiens tout en négligeant le moyen-âge ?
ND : Les momies égyptiennes sont de très beaux exemples d’adaptation de principes de conservations alimentaires, mais si l’on emprunte ce chemin alors pourquoi ne rien dire des momies siciliennes traitées par les moines Capucins qui sont tout aussi remarquables ?  Le moyen âge a vu se développer les premiers procédés de conservation. Les croisades notamment nécessitèrent  la création d’une technique permettant de rapatrier les corps de chevaliers mort en terre sainte.
CS : Finalement, toute notre histoire n’est-elle pas à réécrire ?
ND : Il ne s’agit pas de réécrire l’histoire, mais d’avoir une vision la plus objective possible, de l’évolution d’une science à part entière. Le but de cette objectivité est de redonner une part de gloire à certaines personnalités et à certaines techniques oubliées et de bousculer l’image que l’on a de cette science

CS : L’embaumement peut-il être considéré comme une science ?
ND : Une science c’est quoi? C’est un ensemble cohérent de connaissances relatives à certains phénomènes obéissant à des lois et vérifiés par les méthodes expérimentales. L’embaumement répond pleinement a tous ces critères.

Lire aussi :  FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CRÉMATION, communiqué Toussaint 2018

CS : Les Thanatopracteurs d’aujourd’hui sont-ils toujours des embaumeurs ?
ND : Actuellement, encore un certain nombre de Thanatopracteurs se battent pour que vivent un état d’esprit qui est celui de l’embaumement : Un esprit de recherche, d’expérimentation .Ces hommes et ces femmes qui se battent sont l’avenir de la Thanatopraxie et ne sont pas très éloignés des grands embaumeurs du moyen âge ou du XIXème.

CS : A ce propos, est-ce que le terme Thanatopracteur te semble correct et approprié ou lui préfères-tu celui d’embaumeur ?
ND : Je préfère celui d’embaumeur car il relie le praticien et son histoire.

CS : Pour finir, parlons un peu du site. Quand sera-t-il en ligne ?
ND : Nous avons passé du temps à rassembler des documents et à faire pratiquer des expertises pour les différentes méthodes que nous allons expliciter. Tout un travail d’archive était à faire, rien n’existait. Rassembler la biographie du docteur Parcelly a pris par exemple plus de 6 mois de recherches. Les premiers dossiers complets étant prêts, le site va ouvrir ses portes dans quelques jours. En attendant, vous pouvez retrouver certaines techniques et biographies sur le blog du projet embaumements.over-blog.com.nous n’allons pas nous contenter de fournir de la documentation et des analyses. Des documentaires sont en cours de réalisation pour permettre de diffuser le plus largement possible l’histoire de l’embaumement

CS : On peut déjà donner l’adresse ?
ND : oui www.embaumements.com Vous y retrouverez déjà le logo du projet crée par Florent Colovray et les principes et participants au projet.

CS : Et bien merci Nicolas, je te laisse le mot de la fin.
ND : Il est important de remettre en avant l’histoire de l’embaumement car trop longtemps elle fut au mieux ignorée, voire falsifiée. Quel que soit l’avenir de la Thanatopraxie. Il ne peut se faire que dans la continuité de l’esprit de découverte propre à l’embaumement.

Claire Sarazin

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.