Le retour du rock progressif

0
1777

Hélas, mille fois hélas, le bon vieux temps du rock progressif semble bien révolu. Mais une nouvelle et une rumeur pourraient bien donner à ce genre père de toute la musique actuelle un baroud d’honneur digne de son rang…

1Selling_England_by_the_pound-300x300 Le retour du rock progressifLe grand ancien

Appelé parois à tort rock psychédélique, le rock progressif est sans doute le genre musical qui a ouvert la voie la plus grande à l’expérimentation et la créativité dans les années 70. Musique complexe instrumentalement, textes soignés et cryptiques, des pochettes d’albums élaborées avec le plus grand soin et surtout, des morceaux longs, prenant la peine de s’installer, de se développer, d’explorer, dépassant souvent les dix, voire les vingt minutes, à l’époque ou la plupart des chansons s’écrivaient sur trois accords, le rock progressif s’est d’emblée fait remarquer.

Et a influencé les plus grands avant même de connaître le succès public. Si les Beatles n’avaient pas, en allant boire un verre dans un pub, assisté à un concert de rock progressif, peut être n’auraient ils pas produits les albums de leur période psychédélique, Sergent Pepper en tête. Le petit groupe qui allait marquer les Beatles se fit remarquer un peu plus tard, Pink Floyd, vous avez peut être entendu parler ? Si Peter Gabriel, à l’époque ou il était chanteur de Génésis, n’avait pas scénographié ses prestations, certains concerts seraient sans doute moins spectaculaires. Génésis qui, au passage, n’a pas révélé que son chanteur, puisque son batteur a fait aussi une carrière intéressante, un certain Phil Collins…

Jugé trop intello et trop snob par les punks, le rock prog’ allait perdre de sa superbe dans les années 80, la new wave le suplantant… New wave qui vit le jour grâce aux synthétiseurs, nouveauté que le rock prog’ avait défriché. Ce n’était pas le seul apport : samples, utilisation des bruitages, à peu près tout ce que vous écoutez aujourd’hui vient du rock prog’ des années 70. Jusque y compris la techno, que Pink Floyd inventa lors d’un passage mémorable de Dark Side of the Moon.

Pink-Floyd-Reunion-Wall-Live-DVD-2011-18-300x168 Le retour du rock progressif
David Gilmour et Roger Waters de Pink Floyd réunis en 2011 pour l’anniversaire de The Wall

Le retour du Floyd

Et pink Floyd revient. Pas vraiment, puisque les survivants approchent les 70 ans et que Roger Waters continue de tourner seul avec The Wall, mais n’empêche, la nouvelle a surpris et ravi : Pink Floyd sortira bien un album, intitulé The Endless River, en octobre prochain.

L’album sera en fait constitué de bandes inédites provenant des sessions d’enregistrement de Division Bell, combinées à des sessions d’enregistrement récentes. L’occasion d’entendre pour la dernière fois sans doute Richard Wright aux claviers, puisqu’il est mort en 2008.

Originellement conçu comme un album instrumental, le projet a bien évolué, puisque la chanteuse Durga McBroom-Hudson a révélé avoir enregistré des parties vocales… Avec David Gilmour, le guitariste, et seul chanteur depuis le départ de Roger Waters en 1985.

Si The Division Bell, comme le précédent A Momentary Lapse of Reason, étaient loin d’atteindre le niveau des Dark Side of the Moon et autres Ummaguma, il n’empêche : un nouvel album de Pink Floyd est sans conteste la nouvelle musicale la plus excitante de 2014.

Genesis-300x187 Le retour du rock progressif
Genesis en 1970, avec Phil Collins et Peter Gabriel

Le retour de Génésis ?

Une autre rumeur circule, diffusée par le guitariste Steve Hackett : une réunion de Génésis, avec lui, Peter Gabriel, Phil Collins, Mike Rutherford, Tony Banks.

Une rumeur confirmée, puis infirmée, noyée sous des torrents d’information contradictoires, Phil Collins aurait dit oui, Peter Gabriel aurait affirmé ne jamais en avoir entendu parler…

Si une réunion devait avoir lieu, elle pourrait donner lieu à une session d’enregistrements. La date de sortie est toute trouvée : 2017, pour fêter les 50 ans d’existence de Genesis.

On peut toujours rêver…

Un medley de vieux morceaux de Genesis en live :

« Shine on you crazy diamonds », Pink Floyd en 1992 :

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.