Lecture de Funéraire Magazine, lettre à un débutant

1
565

Le sommaire de Funéraire Magazine numéro 241 de novembre décembre 2013. Olivier Géhin nous a donné l’occasion de réfléchir à partir de la page 3 dans son éditorial, « Lettre à un jeune débutant« , un beau texte à lire et à relire sur le métier, un texte représentant l’Alpha et l’Omega d’une vocation et qui devrait être lu dans le cadre des écoles de formation des métiers du funéraire. Vous trouverez aussi un retour sur le salon funéraire de Paris avec un Olivier enthousiaste.

Funéraire Magazine est la référence pour les professionnels du funéraire (pompes funèbres, marbriers funéraires, etc.), les administrations territoriales et divers milieux de recherche (universitaire, scientifique, sociologique, médicale, historique, etc.).
Son contenu éditorial traite toute l’actualité professionnelle, juridique, économique, sociale et culturelle de la filière.Sur le plan technique, Funéraire Magazine produit des dossiers thématiques (produits, techniques, cérémonial, etc.) qui répondent à des besoins d’information approfondie et objective.

funéraire-Magazine-211x300 Lecture de Funéraire Magazine, lettre à un débutant
Funéraire Magazine, la couverture

Éditorial, Lettre à un jeune débutant

La première des choses que je voudrais te dire est que ce métier m’a permis d’entrer réellement dans une dimension humaine et responsable grâce aux moments privilégiés de réflexion qu’offre la mission professionnelle de maître de cérémonie. Tu es immergé dans une communauté d’adultes qui collaborent à divers titres au se…
Lire la suite sur le site de Funéraire-Magazine

Entre larmes et Corses
Architecte parisien expérimenté dans la création d’établissements funéraires, Jacques Bertin signe la conception du crématorium réalisé pour le compte de la ville de Bastia sur le site du nouveau cimetière de l’Ondina. Le premier crématorium de la Corse s’intègre ainsi de manière exemplaire dans le maquis en flanc de montagne qui surplombe le littoral.

Le client y est Roy
Les établissements Lemarchand, aux Sables d’Olonne, ont monté lors de la Toussaint 2013 une opération de communication globale sur la marbrerie.

En misant sur la gamme Acanterra, ils ont démontré au public que le monument funéraire peut quasiment rejoindre la force évocatrice d’une œuvre d’art et sortir ainsi des sentiers battus de la marbrerie conventionnelle en y exprimant autant de sensibilité que de souci esthétique.

Parallèlement à cette démonstration, en faisant découvrir leur bâtiment commercial entièrement rénové, ils ont aussi offert l’image d’un métier où la relation au client est en pleine révolution, décomplexée face aux vieilles images qu’on retiendra des anciens magasins de pompes funèbres et de marbrerie.

Lire aussi :  Crématorium, inhumation avec son animal, cimetière…News du 31 mai 2018

Le contraire venant de cette famille reconnue dans la filière nous aurait étonnés…

La Charente ouvre le bal
Les textes existent depuis 1913. Mais personne ne les avait appliqués sauf dans des cas particuliers comme les cimetières historiques. Cent ans plus tard, probablement inspirée par les suggestions de Jean-Pierre Sueur dans sa préparation de loi en 2008, l’Architecte des Bâtiments de France en fonction dans la Charente s’est piqué de faire respecter les procédures de sauvegarde dans tous les cimetières voisinants ou visibles dans le périmètre des monuments ou sites classés. Résultat, la moitié des cimetières du département (200 sur 400) allait être soumise à la double procédure administrative préalable à la pose d’un monument et selon la prime volonté de l’architecte, il n’était plus question que de pierre calcaire ou de granit gris. Finalement, à l’issue d’une lutte sourde où les marbriers ont trouvé de l’aide auprès des élus et du préfet, un accord s’est dégagé, validé par l’Architecte des Bâtiments de France. La raison l’a emporté dans les deux sens…

Des «mutants» exposaient au salon du Bourget !
Un changement profond s’opère dans les rites funéraires et touche toutes les spécialités, de la thanatopraxie à la marbrerie. Les signes de cette mutation étaient visibles sur certains stands du salon. Certains  étaient spectaculaires, tel le stand (Personnifia-Amegapub) qui n’a pas désempli pendant les trois jours du salon. D’autres furent plus modestes et méritent néanmoins toute votre attention (Parl Amore, ou Dernières Confidences). Dans le culte du souvenir s’opère aussi une forte évolution. Tous ces fournisseurs ont en commun la volonté d’offrir un service ajusté au plus près du ressenti psychologique dans le deuil. Ce qui remet en cause la compréhension des métiers dans la filière funéraire ainsi que la nature même du panier de produits et services qui sera peut-être fourni demain aux familles.

Dans ce dossier :
1ère partie : L’analyse des difficultés qui se sont opposées à la mise en place du cérémonial personnalisé depuis 30 ans.
2ème partie : Découverte dans les allées du salon des exposants qui ont pour ambition de faire bouger  la situation en faveur d’une amélioration des rites d’hommage et du souvenir.

Ce dossier illustre la capacité de formation continue que constitue la fréquentation d’un salon professionnel.

Salon des Maires : le funéraire se maintient
Passé le délai imparti pour se doter obligatoirement d’un espace cinéraire, les personnalités représentant les communes de plus de 2 000 habitants ont pu compter au sein du dernier salon des maires sur la présence constante des acteurs funéraires actifs dans cette spécialité.

Lire aussi :  France Tombale, le bilan du spécialiste du funéraire en ligne

Le Père Noël est passé en avance
Par arrêté du 10 décembre 2013, le montant maximum fixé pour le prélèvement sur compte bancaire du défunt pour payer les obsèques est fixé à 5 000 euros. C’est officiel.

Et pour l’ascension 2014, une quasi suppression des vacations de police ?

Salon Funéraire Paris : la filière a su étonner
La fréquentation étrangère a été bonne, les visiteurs ont confirmé leurs habitudes de bons acheteurs sur l’événement, les exposants ont démontré leur créativité et leur professionnalisme, avec une esthétique accrue des stands, et finalement, le volume de visiteurs français reste représentatif du marché national. Néanmoins, nous quittons progressivement les records des années passées pour aboutir probablement, dans quelques éditions supplémentaires, à un équilibre commercial nouveau.

Mes pères sous les draps verts
André chabot signe un nouveau livret dont il a le secret mais où il arrive, encore !…, à nous étonner. En s’appuyant sur sa base documentaire photographique, il imagine une nécropole où ne seraient enterrés que ses ancêtres, Chabots imaginaires de temps reculés qui nous font démarrer l’histoire à l’époque d’Adam et Eve.

Nouvelles brèves
– Carrés Musulmans : le vent dans les voiles
– Pompes funèbres en Charente : plus de paroisses en tiers
– Crémation : cérémonial et éthique
– Low Cost : cercueil en bois de palettes
– Funérailles catholiques : un bureau à Marseille
– Crémation en Chine : le bébé se réveille à temps
– Nouveautés pour cérémonies : votre sous-traitant vidéo
– Statistiques des décès : mêmes résultats qu’en 2012 ?
– Territoire de Belfort : Toussaint fatale
– Marbrerie : le fils voit son père mourir
– Lille-Roubaix-Maubeuge : opération antiterroriste
– Corbillard hippomobile : remise à neuf
– Mantes la Jolie : le cercueil s’est fait la malle
– Internet : curiosités funéraires
– agenda 2014

Législation
– Conditions d’accès au jardin du souvenir situé dans le cimetière communal
– Décès à l’étranger d’un ressortissant français, pas de réouverture possible du cercueil à l’arrivée
– Affichage des tarifs des opérateurs de pompes funèbres privées dans les mairies
– Mise en  place  des diplômes dans les métiers du funéraire. Composition du jury d’aptitude professionnelle

Le site de Funéraire-Magazine, en suivant ce lien

1 commentaire

  1.  » Lettre à un jeune débutant  »
    Un fort bel esprit et une belle image de notre métier … je partage tout à fait cette vision dès choses en qualité de jeune débutante ( 2 ans d’activité) …Merci pour ce partage

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here