Les associations d’aide et de soutien aux endeuillés

Quand le soutien familial n’est pas suffisant

La perte d’un proche est souvent synonyme d’une longue traversée du désert. En plus de l’entourage familier, il est donc important de trouver d’autres appuis, extérieurs à cette souffrance. Depuis quelques années, les associations d’aide aux endeuillés se sont multipliées. Formées par des bénévoles (groupes d’entraide) ou des professionnels qui font preuve d’une véritable empathie (groupes de soutien), ces associations savent apporter réconfort et compréhension et permettent de lutter contre la solitude.

 

Les groupes d’entraide

Les groupes d’entraide permettent de rencontrer d’autres personnes qui éprouvent les mêmes difficultés émotionnelles. En échangeant leur vécu, les endeuillés peuvent ainsi trouver des pistes pour continuer à vivre malgré le terrible manque, même s’il s’atténue au fil des années. Même s’il s’agit de bénévoles, l’aspect psychologique et pédagogique n’est pas pour autant négligé. Ces groupes sont souvent animés par des personnes ayant travaillé dans le domaine social. Ils s’appuient sur les témoignages, le partage mais aussi des exercices pratiques d’écoute « aidante », qui permettent de trouver la bonne distance face aux émotions de l’autre.

 

Les groupes de soutien

Les groupes de soutien sont animés par des psychologues. S’appuyant sur le même principe que les groupes d’entraides, ces soutiens sont cependant plus structurés, avec un véritable suivi après les séances, et généralement payant, à la séance ou sous forme de forfait. Si les réunions en groupe ou les méthodes de thérapie de groupe vous intimident ou vous font peur, si vous ne vous sentez pas prêts à vous dévoiler devant des inconnus, consulter en privé un psychologue ou psychothérapeute peut être plus bénéfique. Certains d’entre eux sont spécialisés dans le deuil et vous proposeront un travail plus profond sur vous-même.

 

Aucune solution miracle n’existe pour accompagner la souffrance : c’est pourquoi le rapport à autrui est indispensable. L’unique façon de se sentir entouré et compris reste le dialogue.

 

Quelques pistes :

La Fédération Vivre son deuil réunit 10 antennes régionales de groupes d’endeuillés (ainsi que la Fédération belge Vivre son deuil et l’Association Vivre son deuil Suisse).

Tél : 01 42 38 08 08.

Sur le net : http://vivresondeuil.asso.fr

La Fédération des Associations de conjoints survivants regroupe 94 associations départementales.

Tél : 01 42 85 18 30.

Sur le net : http://www.favec.asso.fr