Les croque-morts ne savent plus pleurer

2
1211
Cassandra

On est souvent confronté aux malheurs des gens, à leurs perte, on y éprouve de l’empathie, on apporte un certain soutien, mais comment réagissons-nous envers notre propre mort ou celle qui pourrait emporter un membre de notre famille ?

Nous avons tous un sentiment différent face à la mort, face à cette absence quotidienne pourtant on se retrouve tous face à la mort car la suite est la même pour tous pourtant beaucoup diront que pour un « croque-morts » la mort est une chose facile, qu’on encaisse très bien le choc car elle est un quotidien permanent pour nous, nous qui voyons toute sortent de choses assez stupéfiante voir même terrifiante, la vue d’un cadavre est assez traumatisante pour le commun des mortels.

Si on parle sur un point de vue extérieur nous sommes considérés comme des robots, car on accepte facilement l’impensable pour beaucoup de gens. Mais, détrompez-vous sur ce sujet, les croque-morts sont bel et bien des êtres tout aussi sensible que les autres, nous avons nous aussi cette appréhension en ce qui concerne la mort, notre mort, étrangement on y pense moins quand on a l’habitude d’être confronté à celle des autres, mais on y est pas insensible.

D’après une statistique nous faisons face au deuil en moyenne tous les 15 ans. Dans le milieu funéraire nous avons pour habitude les jugements comme « le meilleur profit est le bisness de la mort« ,  » les pompes funèbres sont des voleurs« ,  » les obsèques sont souvent très cher« ,  » ils s’en mettent plein les poches« , face à ces mots nous ne pouvons que dire que le deuil concerne aussi bien les croque-morts et leurs clients, car nous sommes nous aussi confrontés à la perte d’un proche, nous organisons nous aussi des obsèques pour un membre de notre famille ou un ami, nous payons nous aussi pour notre défunt, nous pleurons , nous souffrons également, nous sommes nous aussi confrontés aux 5 étapes du deuil , comme nos « clients« .

La mort est présente à chaque instant , chaque jours, des personnes meurent, il suffit juste d’allumer la télé pour le voir, avec ces guerres, ces meurtres, ces accidents, des morts il y en a partout, face à ces infos, nous, commun des mortels, éprouvons quand même un sentiment d’empathie, tout en restant détaché, nous cherchons cependant à apporter une contribution positive face au deuil de ceux qui nous entoure par des actions, du soutien, de la parole.

Si on prend le temps de s’analyser, on peut voir que nous sommes tous des croque-morts dans l’aspect émotionnel, nous ne passons certes pas tout notre temps à pleurer, mais nous sommes là, nous sommes là avant tout parce que nous l’avons choisi de l’être, nous sommes là pour soutenir les familles en deuil, apporter une contributions positive par des gestes, des mots, par nos cérémonies, par notre disponibilité, par notre détermination. Nous sommes surtout là en gardant conscience qu’un jour nous aussi nous aurons besoin de soutien pour surmonter nos deuils personnels, tout simplement parce qu’avant d’être « croque-morts » nous sommes avant tout humain comme quiconque…

Cassandra

Les-visions-sombres-de-Cassandra-300x300 Les croque-morts ne savent plus pleurerJe m’appelle Cassandra, j’ai 21 ans , j’ai fait une formation de conseillère funéraire . J’écris depuis toujours, je suis une cartésienne qui écrit des textes purement nihiliste , mes théories sont basées sur certaines études, je suis une femme qui à soif de connaissance. Je m’intéresse plus particulière au cerveau humain ,à son mode de fonctionnement, au monde du funéraire . Ma grande source d’inspiration est basée sur la philosophie épicurienne. Je suis également très porter sur la criminologie. J’ai créé  »la parole des faignants » dans le but de vous faire partager mes théories , mes pensées , et que vous aussi puissiez vous exprimez librement sur votre philosophie.

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here