Les enfants et la mort d’un des leurs : réfléchir au cérémonial

0
606

La mort d’un jeune enfant est toujours un traumatisme qui a donné lieu à une abondante littérature. Mais l’hommage auprès de ses camarades d’école doit aussi faire l’objet d’une attention particulières. Quelques pistes.

mort-ange-300x164 Les enfants et la mort d'un des leurs : réfléchir au cérémonialIl s’agit, dans cet article, du cas d’un enfant scolarisé à un âge ou la mort n’est pas encore un concept intelligible. Ses petits camarades seront certainement conviés à la cérémonie civile, avec l’accord du corps enseignant et des parents. Une cérémonie si particulière se prépare – et pas seulement avec al famille.

Ce type de cérémonie prend du temps à organiser, et il en faudra beaucoup au Maître de cérémonies pour s’assurer que tout se déroulera bien. Ce temps passé peut sembler excessif, mais il est important, pour le deuil des proches en des circonstances si douloureuses, et, plus prosaïquement, pour l’image de l’entreprise.

Réunions en amont

La première chose que le Maître de Cérémonies doit faire est de se mettre en contact avec l’école. Ceci pour de multiples raisons : primo, pouvoir échanger avec les enseignants qui côtoient les élèves et pouvoir évaluer le niveau de perception du groupe à l’événement. Ensuite, pouvoir accéder aux parents.

Il serait en effet désastreux que les parents sortent de la cérémonie scandalisés de la façon dont on parle de la mort à leurs enfants. L’idéal serait (c’est parfois le cas dans ces circonstances) que l’école organise une réunion à laquelle le maître de Cérémonies serait convié, mais dont il ne serait pas l’objet.

Plus clairement : l’école organise une réunion sur le décès de cet enfant et l’éventuel soutiens mis en place par le corps enseignant, durant laquelle le Maître de Cérémonies intervient pour exposer le déroulé de la cérémonie. Vous avez fait votre travail en amont, vous êtes un professionnel, vous annoncez ce qui va se passer et l’angle sous lequel vous allez aborder cet hommage, en accord avec la famille du défunt. Puis vous prenez congé : le reste, la vie scolaire, ne vous regarde pas.

Lire aussi :  Une nouvelle méthode de dispersion des cendres avec WAY

Parce que si vous organisez, par l’intermédiaire de l’école, une réunion sur la cérémonie en elle-même, vous offrez une occasion aux parents de vous questionner, donc de vous remettre en question, donc de vous contester. Au début, ce sera anodin : des parents qui voudront parler du cas particulier de leur enfant – sur une classe de trente, ça va. Quelques minutes plus tard, vous réaliserez votre erreur : vous vous retrouverez face à une foule en délire constituée des parents de trente cas particuliers persuadés que vous allez traumatiser leur chérubin.

Ne tendez pas le bâton pour vous faire battre.

Psychologie des foules

La cérémonie doit être avant tout l’hommage à un enfant par ses proches, à commencer par ses parents, qui les aidera à matérialiser leur deuil. C’est la base du métier, le fil rouge dont il ne faut jamais dévier. Oui, l’assistance sera différente, et vous devrez en tenir compte, mais gardez à l’esprit que seul les proches décident, et que tout ce que vous ferez se fera avec leur accord.

Ne laissez donc ni la peur, légitime, des parents pour leurs enfants, ni la peur, presque aussi légitime, des enseignants qui n’ont pas envie de donner leur feu vert à une entreprise traumatisante vous dicter votre cérémonie. Le discours que vous devez avoir est, pour résumer (et en d’autre termes, plus diplomatiques) « Nous avons décidé avec la famille de la teneur de la cérémonie parce que c’est leur deuil, j’ai adapté mon texte à des jeunes enfants parce que c’est mon métier, et nous n’en changerons pas une ligne. Si vous contestez cela, restez chez vous ».

Bien entendu, votre métier sera avant tout de rassurer. D’où l’intervention courte d’un professionnel en réunion, qui sait ce qu’il fait et l’explique brièvement, plutôt que la longue d’un Maître de Cérémonies qui doute et qui attend l’approbation. Autant s’ouvrir les veines dans le bassin des requins.

Lire aussi :  Comparobsèques, vers une seconde augmentation de capital

Vous verrez qu’à l’issue de la cérémonie, si celle-ci se déroule bien, et nulle raison que ce ne soit pas le cas, vous êtes un(e) professionnel(e), les parents seront surpris des réactions de leurs enfants. Les parents voient leur progéniture beaucoup plus fragile qu’elle ne l’est en réalité.

mere-enfant-mort-Munch-300x171 Les enfants et la mort d'un des leurs : réfléchir au cérémonialLa cérémonie

Sur le contenu de la cérémonie en elle-même, il est impossible de le traiter dans cet article, ou du moins, dans un seul et unique article. Nous reviendrons prochainement sur des idées concrètes.

Globalement, les enfants comprennent par comparaison, et prennent les choses au sens littéral. Une méthode d’apprentissage « douce » de la mort, qui passe très bien auprès des jeunes enfants sans heurter leurs parents, est la métaphore.

C’est là que la culture du maître de Cérémonie va devoir être mise au jour, ou, si besoin est, mise à jour : la technique à employer est exactement la même que celle utilisée dans les contes de fée. Pas les versions édulcorées et expurgées de Walt Disney, mais celle des contes d’Andersen ou Grimm.

En somme, user de métaphores imagées suffisamment fortes pour faire tourner l’imagination des jeunes enfants et les marquer suffisamment longtemps pour qu’ils continuent d’y réfléchir et de parvenir à leurs propres conclusions. Un mélange de narration et de maïeutique.

Gardez à l’esprit que les enfants ne sont ni des petits choses fragiles promptes à se traumatiser (et le traumatisme, de toute manière, est la mort de leur petit camarade) ni des imbéciles, mais que leurs parents, et c’est le paradoxe, quoique sincèrement aimants, le croient.

Les enfants, eux, n’ont qu’une seule attente : ils se rendent compte que quelque chose de grave se passe, et ils veulent savoir quoi, et ce que cela implique. Votre travail est de leur fournir une explication qui puisse les satisfaire et qu’ils puissent comprendre.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here