Les établissements Rémory, les pompes funèbres historiques de la banlieue Lilloise

0
372
Pompes funèbres Rémory

Je me suis entretenue ce jour avec Yves Rémory, des établissements éponymes, en banlieue lilloise. Cette entreprise familiale et indépendante, dirigée aujourd’hui par Yves et son frère existe depuis 50 ans. Fort de ses huit agences, les établissements Rémory font partis de ces pompes funèbres historiques françaises.

Proximité : c’est probablement le mot le plus significatif pour qualifier les établissements Rémory. Yves m’explique que c’est la connaissance du terrain qui amène ses agences à une notoriété locale.

La relation humaine qu’il entretient avec ses familles endeuillées, lui permet de fidéliser les personnes. Soucieux de leur bien être, il n’hésite pas, à ce titre, à transmettre un questionnaire de satisfaction aux familles qui ont eu recours au service de l’agence de pompe funèbre de Yves afin d’être au plus près de leurs attentes.

À la question, « comment faites-vous pour vous faire connaître auprès des familles ? » La réponse est simple, le bouche-à-oreille. Une notoriété simple et efficace, car on le sait, une famille déçue d’une prestation aura vite fait de reléguer se déception et son désarroi autour d’elle. Tandis qu’une famille qui s’est sentie comprise et épaulée dans la démarche des obsèques ancrera la réputation noble et pérenne, ce qui se passe avec les établissements Rémory.

Par ailleurs, ces Nordistes natifs, sont très impliqués dans la vie locale et associative, renforçant leur image de personnes proches des autres.

Mais bien conscient de l’évolution du marché, Yves Rémory ne lésine pas sur les moyens, comme une présence sur Google, et un site internet ergonomique et régulièrement mis à jour, car il le sait, « les familles sont nombreuses à aller sur internet avant de se rendre en agence ».

Un secteur à maîtriser

Le marché du funéraire est surtout un secteur en évolution progressive et permanente. Et en tant que pompe funèbre historique, Yves Rémory et sa famille ont le recul professionnel et l’œil aguerri sur ces évolutions. Pour lui, la personnalisation est indéniablement une nouvelle manière de rendre hommage, c’est pourquoi les maîtres de cérémonie accordent une importance toute particulière afin de toucher au plus près, le cœur de l’assemblée réunie lors des obsèques pour en faire un dernier adieu unique.

Une nouvelle approche

Yves remarque aussi le désir de simplicité des familles, qui n’est pas « forcément dû à des raisons financières. On ne met plus de faire-part dans les boîtes aux lettres, il n’y a plus de tenture à domicile ». Pour lui, la raison se situe à un autre niveau, qui est surtout en rapport avec le besoin d’intimité des familles, de plus, les cérémonies font parties du quotidien, la mort n’en est pas exempte.

Lire aussi :  La formation des salariés en pompes funèbres et marbrerie
03-monument-Tarn-le-Roc Les établissements Rémory, les pompes funèbres historiques de la banlieue Lilloise
Pierre tombale Acanterra

La crémation au cœur des obsèques

Toujours dans cette même optique de simplicité, Yves constate que la crémation continue son essor. « Depuis deux ans maintenant nous sommes passés à près de 49-50 % de taux de crémation alors qu’il y a peu, c’était environ 10% de moins. » Simplicité des funérailles mais aussi des charges administratives et de gestion. En effet, les familles désertent de plus en plus les allées des cimetières, et la gestion due aux concessions peut être un frein par rapport à celle d’un columbarium.

Une dimension psycho-sociale

Certaines pompes funèbres que j’interroge, m’avoue leur devoir d’adapter leur profession de conseiller funéraire à celui de psychologue. En effet, les obsèques, comme je le martèle, font parties de ces clés qui permettent d’ouvrir la porte du deuil. Et il n’est pas rare de voir des familles s’épancher auprès des pompes funèbres, dont ces dernières sont une oreille attentive et précieuse pour les familles.

Yves m’apporte un éclairage, somme toute, très intéressant, car il remarque également l’importance de la fin de vie : « Les familles évoquent leur difficulté face à la lourde gestion de la fin de vie, qu’il s’agisse du maintien en maison de retraite ou des soins palliatifs ». Qu’il s’agisse de charges financières, ou de charges émotionnelles, les pompes funèbres doivent s’adapter à ce que la mort plane bien avant que la personne soit décédée.

Un métier tout compris

C’est pourquoi, découle de ces faits, une charge supplémentaire pour les pompes funèbres. « Auparavant les familles s’arrêtaient de travailler, on veillait le défunt pendant trois jours, aujourd’hui les gens continuent de travailler, ils ont donc besoin de déléguer, et que nous, pompes funèbres, nous ayons une offre tout compris, pour prendre en charge du début à la fin les obsèques ».

Un marché concurrentiel

Les bruits sourds diront que c’est la fin des pompes funèbres indépendantes. Que nenni pour Yves Rémory qui voit une force indéniable chez les indépendants du secteur qui sont encore bien ancrés dans le paysage. Par ailleurs, face aux grands groupes, les indépendants restent une force de la France locale et des endroits un peu reculés ou encore une fois, la proximité, essentielle pour Yves, ne peut être établie que par des indépendants qui connaissent sur le bout des doigts les us et coutumes de la région.

Lire aussi :  La mort d'Antoine de Saint-Exupéry, un mystère qui perdure

Un clivage ?

Loin de là, Yves le sait, le marché évolue, et parmi ces évolutions l’on retrouve les contrats obsèques. En ce sens, il n’est pas exclu pour l’entrepreneur de travailler en adéquation et en partenariat avec les grands groupes afin de proposer des offres sur ce type de marché, dont les attentes répondent à celles des familles.

Le paysage politique français

À, à peine quelques jours après les élections présidentielles, j’interroge Yves, sur le devenir du secteur funéraire et sa place sur l’échiquier politique. Présent à l’assemblée générale de la CPFM la semaine passée, Yves se réjouit de voir que les attentes sont écoutées et respectées. S’il l’on prend le cas du certificat dématérialisé – dont je vous reparle dans peu de temps -, il voit en cela une évolution et surtout un effort de la part des instances diverses de travailler ensemble.

Un bémol ?

Plutôt une demande récurrente. En tant que frontalier avec la Belgique, Yves et ses équipes, dont, comme je vous l’expliquais plus haut, le taux de crémation augmente invariablement, doit faire face à des contraintes européennes inadéquates d’un pays à l’autre. « Pour passer d’un pays à l’autre, nous devons mettre le défunt dans un cercueil hermétique zingué, sauf qu’en France il est impossible d’aller au crématorium avec ce type de cercueil, et la loi interdit la réouverture de ce dernier. Cela nous oblige à réaliser la cérémonie en Belgique puis de crématiser le défunt là-bas et de revenir en France avec l’urne. Une complexité pour les familles, comme par exemple, l’une de ces fois rocambolesques où la famille a dû assister à une cérémonie en flamand ». Des évolutions à prévoir donc, dans des cas, qui, s’ils paraissent particuliers sont pourtant l’apanage des pompes funèbres locales.

les-pompes-funèbres-Rémory-établissements Les établissements Rémory, les pompes funèbres historiques de la banlieue Lilloise

Les établissements Rémory comptent 8 agences, et 7 funérariums pour un total de 27 salariés. Une entreprise pérenne et historique de la banlieue lilloise, une de celles qui font parties de l’ADN du funéraire en France.


http://www.remory-pompes-funebres.com/  inconnu Les établissements Rémory, les pompes funèbres historiques de la banlieue Lilloise

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here