Les origines du protestantisme

0
1318

Catholiques et protestants vivent aujourd’hui paisiblement après s’être massacrés pendant des siècles. Mais au fait, quelles sont les origines de cette mésalliance ?

martin-luther-298x300 Les origines du protestantisme
Martin Luther

Le protestantisme, des débuts difficiles

Les débuts du protestantisme sont généralement datés du 31 octobre 1517, le moine augustin allemand et docteur en théologie Martin Luther publie les 95 Thèses dénonçant les travers de l’Église catholique romaine comme la vente des indulgences, et affirme que la Bible doit être la seule autorité sur laquelle repose la foi. Protégé par le duc Jean-Frédéric de Saxe (1503-1554), Luther brûle la bulle Exsurge Domine le menaçant d’excommunication en 1520.

L’année 1521 est également considérée comme déterminante : en janvier, Martin Luther, devant la diète de Worms, refuse de se rétracter, s’estimant soumis à l’autorité de la Bible et de sa conscience plutôt qu’à celle de la hiérarchie ecclésiastique et est excommunié. Invoqués ici pour la première fois, l’appel direct à Dieu et à la conscience individuelle sont des marqueurs du protestantisme.

Parmi les idées de Luther, l’accès de tous à la Bible sans discrimination sociale et l’égalité entre les hommes ont un fort écho dans la population majoritairement paysanne, à tel point qu’elles provoquent au printemps 1525 le Bauernkrieg (guerre des paysans) dans le Saint-Empire romain germanique.

Afin de mettre un terme rapide à cette explosion de violence contre la classe dirigeante, les princes se réunissent lors de la première diète de Spire, en 1526. Ils conviennent du décret de l’état d’urgence et décident que chaque prince choisit le culte à pratiquer dans son État, les opposants étant contraints de fuir vers un autre État favorable à leur foi. Cette confessionnalisation est déjà initiée à la fin de 1526 par Jean Ier de Saxe qui institutionnalisa le luthéranisme.

Cependant, absent de cette assemblée formée par ses électeurs, Charles Quint demeure hostile à ces dispositions. Accusé par le Saint-Siège de soutenir Luther, Charles Quint décide d’endiguer la propagation des thèses luthériennes. Il convoque donc en 1529, avec son frère Ferdinand Ier, une seconde diète de Spire lors de laquelle il révoque toutes les concessions faites par les princes aux paysans. Ainsi, il réinstaure le culte catholique et la messe en latin. Ces derniers réagissent immédiatement sous la conduite de Jean de Saxe en émettant une protestation. Les princes signataires sont appelés « protestants », origine du mot protestant (voir supra).

temple-protestant-150x150 Les origines du protestantisme

Propagation pragmatique

Le Luthéranisme se répand dans toute l’Europe le long des voies de communication commerciales. De nombreux princes allemands l’adoptent, ce qui va dans le sens de leur quête d’indépendance par rapport aux pouvoirs extérieurs qui régissent le Saint-Empire romain germanique : le Pape et l’empereur. L’empereur Charles Quint, justement, est aux prises avec les Turcs qui conquièrent de plus en plus de territoire européen depuis la chute de Constantinople et menacent à présent l’est de son empire ; il ne peut donc intervenir à l’encontre des princes qui deviennent protestants. Le Luthéranisme devient religion d’État en Suède en 1529, puis au Danemark en 1536. En 1536, Jean Calvin publie en latin l’Institution de la religion chrétienne. En 1545, le concile de Trente réaffirme les dogmes et la discipline de l’Église catholique. Il se termine en 1563.

Aux XVIe et XVIIe siècles, la France bascule dans les guerres de religion (1562-98) puis après une période de tolérance sous l’Édit de Nantes, dans une proscription croissante du protestantisme associé à des violences : destruction de temples, enlèvement d’enfants, logement de troupes, interdiction d’exercice de certains métiers et charges, ce qui conduit, malgré l’interdiction faite également d’émigrer, à l’exode de quelque deux cent cinquante à trois cent mille personnes vers l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas et l’Angleterre.

Les guerres de religion, ouvertes ou larvées, ont perduré assez tard, remplacées par des discriminations sourdes jusqu’au début du XXéme siècle. Les protestants sont aujourd’hui une communauté discrète mais bien implantée, forte de ses 120 courants.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.