Les philosophes face à la mort par Christina Ermiki

0
503

Nos amis de l’Association Crématiste du Maine, membre de la Fédération Française de Crémation, avaient invité une philosophe, Christina Ermiki, pour une intervention lors de leur Assemblée générale 2014. Nous publions ici le texte de cette intervention que vous pourrez relire dans le prochain numéro de Transition.

La mort et le bonheur

Comme il existait chez les grecs trois mots pour parler de l’amour, il existait aussi trois mots pour parler du temps. Le plus connu est Chronos qui définit la continuité : le passé, le présent, les jours, les nuits, les semaines, les mois les années. Ce temps linéaire nous permet de mesurer à peu près ce qui nous attend, et plus particulièrement celui prochain de notre mort. Puis vient l’Aïon, temps des cycles : le sommeil, les saisons, la respiration. Il se rapporte à la notion de destinée, de génération. Et puis il y a le Kaïros, temps du basculement décisif avec une notion d’avant et d’après où quelque chose de spécial arrive. Un temps furtif que seules l’expérience et l’intuition permettent de mieux saisir. Si l’on parle moins de l’Aïon, il y a un lien étroit, quasi intime entre Chronos et Kairos. Cet infime instant de rupture dans la continuité du temps est aussi l’instant du bonheur. Celui où tout juste l’on oubliera notre finitude et à peine saisi, Chronos reprend ses droits et plus douloureuse encore est notre conscience de notre mortalité. La mort s’invite dans chacune de ces représentations, et quelque soit le temps, elle est toujours une surprise, il est toujours trop tôt pour quelqu’un.

C’est avec cette approche que nous ouvrons notre propos pour établir le plus improbable des liens, celui de la mort et du bonheur. Car avec l’appui des philosophes auquel nous feront appel, il s’agit bien de raconter que c’est la mort qui est la source de notre réflexion sur le bonheur, sur le sens de la vie et celui de notre existence.

Le temps de la philosophie ne propose pas toujours les mêmes approches mais s’il est trois choses qui restent une constante dans la réflexion philosophique, ce sont bien celles de l’amour, du bonheur et de la mort. Probablement parce que ce sont celles que l’Homme ne peut maîtriser. Si nous ne parlerons pas d’amour aujourd’hui, parlons de la mort et du bonheur qui s’y rattache en explorant ce que les philosophes en ont dit à travers le temps.

  1. L’antiquité :

 

La philosophie classique : Socrate, philosophe de la Grèce antique, père de la réflexion philosophique est mort. Condamné par les athéniens, il écrira telle une véritable doctrine que la mort n’est pas un mal : De deux choses l’une : ou bien dans l’état de mort, la conscience disparaît et dans ce cas, dit Socrate, l’ensemble du temps (chronologique) passe comme une seule nuit- on serait même tenté de dire un seul instant (comme pour le malheureux qui, dans le coma depuis dix ans, se réveille sans aucune notion du temps écoulé) ; ou bien la mort n’est qu’un passage vers un autre monde, où nous retrouverons les personnages du temps passé – hypothèse qui réjouit Socrate, car quelles discussions passionnantes il va mener avec les héros, les poètes et les sages anciens !

Il y emploie son argument désormais classique : « tout ce que je sais, c’est que je ne sais pas » et entendons le comme le fait que ce soit déjà beaucoup. Tout ce que nous savons de la mort c’est que nous ne savons rien.

Platon : élève de Socrate, n’aura de cesse de se demander pourquoi Socrate n’avait pas peur de mourir, et pourquoi il jugeait même la mort préférable. Il admettra que  la mort est la séparation de l’âme d’avec le corps. Qu’elle offre un raccourci vers la vérité car le corps sensible est une entrave à la connaissance des intelligibles ou Idées. Mourir, c’est s’arracher à l’erreur, à l’illusion et accéder à une vérité supérieure. Mourir, c’est renaître à l’essentiel.

Lire aussi :  AdVitam, comment se faire rembourser les frais d’obsèques ?

Epicure : Selon l’élève de l’école platonicienne, Épicure, la mort n’est rien puisque « tant que nous existons la mort n’est pas, et quand la mort est là nous ne sommes plus. La mort n’a, par conséquent, aucun rapport ni avec les vivants ni avec les morts, étant donnée qu’elle n’est plus rien pour les premiers et que les derniers ne sont plus. » (Lettre à Ménécée).

 

Les stoïciens : Epictète, Marc-Aurèle.

La vie n’a pas de valeur en soi pour les stoïciens. C’est un destin déterminé à l’avance, ils vivent dans la circularité du temps (qui diffère de la vision linéaire des chrétiens).

Sénèque : La mort me tâtera-t-elle sans cesse ? Eh bien soit ! Moi aussi j’ai longtemps tâté d’elle avant de naître. La mort, c’est le non être : ne l’ai-je pas déjà connu ? Il en sera après moi ce qu’il en était avant. Si la mort est un état de souffrance, on a dû souffrir avant de venir à la lumière ; et pourtant alors nous ne sentions nul déplaisir. Dis-moi, ne serait-il pas bien insensé celui qui croirait que la lampe éteinte est dans un état pire que celle qui n’est point encore allumée ? Nous aussi on nous allume, et puis l’on nous éteint : dans l’intervalle nous souffrons bien quelque chose ; mais après comme devant, l’impassibilité est complète.

Notre erreur, ce me semble vient de croire que la mort n’est qu’après la vie, tandis qu’elle l’a précédée, de même qu’elle la suivra. Tout le temps qui fut avant nous fut une mort. Qu’importe de ne pas commencer ou de finir ? Dans l’un comme dans l’autre cas c’est le néant.

Ce qui n’est pas sans me faire penser à ce célèbre stoïcien moderne, Coluche, rendant cette philosophie beaucoup plus intelligible par son slogan : « avec la capote Nestor, j’suis pas né, j’suis pas mort ! ».

Il existe une résignation chez le Stoïcien. Sa philosophie dicte de ne pas faire dépendre son bonheur de ce qui ne dépend pas de soi. La mort ne dépend pas de nous, nous ne devrions pas alors pleurer ceux qui nous sont chers.

Christianisme : St Augustin

Bien plus tard, le christianisme relèguera pour longtemps ces courants philosophiques au second plan en proposant une lecture différente de la notion de finitude, moins inquiétante peut-être puisqu’elle offre l’espoir d’une vie éternelle. La mort n’est plus qu’un passage pour accéder à une autre forme de bonheur, mais sous conditions cette fois : il est nécessaire d’être vertueux et repentant pour accéder à une vie éternellement paisible. La morale devient le guide et c’est comme si déjà il était possible que l’Homme maîtrise quelque chose de sa mort. La mort n’est rien, seule la vie après la mort est l’objectif. La vie ne vaut d’être vécue que si elle est vertueuse. On retrouve dans la mort chrétienne la recherche du bonheur.

« Vivez bien, pour ne pas mourir mal, ne considérez pas ces hommes qui ont pu vivre mal et mourir dans leurs lits ; à qui on a fait des funérailles pompeuses, qui ont été mis dans de précieux sarcophages, dans des sépulcres dont la richesse le disputait à la beauté ; et si chacun de vous souhaite une telle mort, ne croyez point que j’ai parlé sans motif grave en vous recommandant de bien vivre pour ne pas mourir mal ».

  1. Philosophie des lumières (XVIIème siècle).
Lire aussi :  Bernier Probis vient d’acquérir F.A.M.A. en région parisienne

Ce temps réconciliera les conceptions religieuses avec la réflexion philosophique et la réflexion cartésienne marquera cette époque en introduisant la science comme nouvelle manière d’aborder la mort. Jusqu’alors l’être était indivisible. Son âme et son corps ne faisaient qu’un et il était même aberrant de penser que l’âme puisse se détacher du corps. Qu’est-ce qui l’aurait empêché alors de s’introduire dans une autre enveloppe, et même celle d’un animal. On appelle cela le monisme.

René Descartes est philosophe, mais aussi médecin. Il a soif de connaissance et cherche à repousser les limites de la mort. Pour cela il doit en savoir plus et développera la recherche anatomique humaine. Comment découper un corps pour mieux savoir comment il fonctionne s’il est indissociable de son âme ? Ne risquerait-on pas de la meurtrir gravement ? Aussi le temps du dualisme est proclamé : le corps et l’esprit ne sont pas consubstantiels, il faut dépouiller le corps de son âme pour l’explorer.

Les avancées médicales sont alors fulgurantes et les thérapeutiques qui en découlent repoussent les limites de la mort pour le plus grand bonheur de tous. On meurt moins, on vit plus vieux.

L’Homme se voudra « comme maître de la nature », jusqu’alors cette volonté ne l’aura pas quitté, elle le conduira inévitablement la démesure.

  1. Philosophie contemporaine

La philosophie contemporaine, celle d’aujourd’hui, porte un regard encore différent des temps anciens avec les grandes catastrophes humaines du 20ème siècle.

La grande guerre, Hiroshima, les dictatures et les guerres totalitaires (la Shoa, les goulags) sont les exemples horribles et absurdes d’exercices de mort automatisés qui donneront lieu ensuite aux premières lois de nature éthique protégeant la vie humaine. Hanna Arendt, Paul Ricœur, Emmanuel Levinas pour ne citer que ceux-là auront exploré la question de la mort industrialisée. Les expériences de meurtres de masse auront révélé le Mal dans la nature humaine et loin de la conception du bonheur paisible de mourir de la philosophie classique, la philosophie moderne cherche à savoir si la mort doit être vécue tel un mal.

Peut-être que la philosophie nous aide à être plus courageux face à la mort

Pour Levinas, la mort sonne le glas de la virilité, de la puissance du philosophe pour nous ramener à la secousse enfantine du sanglot. « Ni la mort ni le soleil ne peuvent se regarder en face » dit encore La Rochefoucauld.

Les larmes sont un filtre pour regarder la mort.

Conclusion

La mort est une énigme. Est-ce volonté de Dieu ? Est-ce le Néant ? Est-ce un bonheur ou un mal ? La mort place l’Homme face au sens de son existence, pose la question de sa vie et justifie la recherche du bonheur. Prenez votre temps, celui de Chronos. Saisissez l’instant opportun que le Kaïros vous propose pour rehausser votre vie d’autant de joies et de surprises avant qu’il ne vous saisisse le premier. Laissez s’exprimer le cycle des générations car à chacun son tour la mort viendra. Lâchez prise ou battez-vous, ce sera selon, vous n’aurez de toute façon pas le dernier mot.

Sauf peut-être Madeleine, 1920-2009, coiffeuse, division 4, allée du repos, qui de son tombeau obscur nous lance : « moi, ce qui va me manquer, c’est une bonne gigue de canard confit aux raisins ! ».

Christina Ermiki

Pour en savoir plus:

Fédération Française de Crémation

50 rue Rodier
B.P 411-09
75423 PARIS CEDEX 09
FRANCE

Tél : 01 45 26 33 07
Fax : 01 48 74 07 40

Pour vous abonnez ou acheter des anciens numéros de Transition, suivre ce lien

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.