Les soeurs de Sainte Catherine, l’invention de la morgue

0
1298

Les religieuses de l’hôpital Sainte Catherine, au Châtelet, furent très populaires parmi les parisiens du XIIème au XVIIIème siècle, et gagnèrent leur place dans le funéraire en inventant un mot bien connu…

sainte_catherine_d_Alexandrie-225x300 Les soeurs de Sainte Catherine, l'invention de la morgue
Sainte Catherine

L’an mil

A l’approche de l’an 1000, l’église développa un réseau d’œuvres pieuses pour pallier à l’appréhension d’une fin du monde annoncée comme imminente. Parmi ces œuvres, l’hôpital Sainte Opportune, au Châtelet, alors gros faubourg de Paris à l’origine géré par des frères de la congrégation de Saint Augustin. Petit à petit, l’intérêt pour Sainte Opportune décrut, tarissant le flot de pèlerins, en même temps que des sœurs remplaçaient les moines, qui finirent pas laisser la gestion de l’hospitalité aux nonnes.

La mission de l’établissement changea alors, l’hôpital se consacrant à deux tâches, l’accueil et les soins dispensés à des jeunes filles arrivées de la campagne dans ce quartier plutôt mal fréquenté, et l’ensevelissement en terre consacrée des défunts morts en prison, noyés dans la rivière proche ou abandonnés dans les rues.

La construction d’une chapelle en 1221 consacra son changement de nom : désormais, ce serait l’hôpital Sainte Catherine.

Les sœurs de choc

En échange de leur mission d’ensevelissement des défunts, les sœurs se virent donner une partie du cimetière des Innocents au Châtelet.

Plus particulièrement, les sœurs avaient la charge de l’inhumation des défunts provenant du Grand Châtelet, à la fois prison du tribunal et maison d’arrêt, et s’occupaient de l’inhumation respectueuse, en terre consacrée, des prisonniers morts en détention.

Étaient également conduits là les corps de noyés, ou les corps envoyés par la justice, déposés à fin d’enquête ou d’identification.

Lire aussi :  FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CRÉMATION, communiqué Toussaint 2018

Les sœurs vivaient grâce à un droit de préemption de ce qu’elles retrouvaient sur les morts, y compris les vêtements, qui étaient vendus. Problème : la police de l’époque avait tendance à se servir d’abord, livrant les corps nus aux sœurs spoliées de la seule source de revenus que leur procurait cette activité…

Déjà tendu pour cette raison entre la police et les sœurs, la situation explosa en 1494. Les nonnes refusaient une chose : inhumer les corps des suicidés en terre consacrée. Elles refusèrent à un commissaire de police l’inhumation d’un pendu. Le gradé, vexé, fit une descente avec ses hommes, enfoncèrent les portes, molestèrent les sœurs et les obligèrent à pratiquer l’inhumation.

Les nonnes de choc firent tant de raffut auprès de la justice, que celle-ci, sur ordre direct du roi, interdirent sous peine de sanctions graves de prélever quoi que ce fut sur les défunts, les possessions devant revenir aux sœurs, et renvoyèrent le commissaire à la vie civile après l’avoir obligé à s’excuser et faire une offrande substantielle à la communauté pour implorer son pardon.

Un nouveau mot

La basse-geole, une cellule en sous-sol à la congrégation Sainte Catherine, servait donc à déposer les corps, en attendant qu’un médecin désigné par le tribunal vienne l’examiner, ou que quelqu’un vienne le reconnaître.

Petit à petit, un mot fit son apparition dans le langage courant, puis dans les documents administratifs, pour désigner spécifiquement cette pièce de l’hôpital Sainte Catherine : la morgue.

Dérivé d’un mot signifiant regarder avec dédain, le verbe morguer désigna d’abord l’exposition des nouveaux arrivants dans une prison afin que les gardiens puissent mémoriser leurs traits. Le séances d’identification des corps ressemblant à ces « morguages », la sémantique trouva sa voie.

Lire aussi :  AdVitam, comment se faire rembourser les frais d’obsèques ?

Le mot morgue remporta un certain succès pour désigner ensuite les dépositoires à défunt. De surnom propre, il devint nom commun, y compris à l’étranger. Le Coroner en chef de la Morgue de New York, affectueusement surnommée Necropolis, doit ignorer que le nom officiel de son lieu de travail vient de nonnes parisiennes du XIIème siècle…

L’hôpital dura jusqu’en 1790, ou les ordres religieux furent dissous par la révolution française. Les bâtiments changèrent d’affectation, furent vendus, et la dernière trace disparut lorsque la rue Saint Denis fut élargie et le boulevard Sébastopol créé en 1851.

Outre le mot morgue, les sœurs de Sainte Catherine inventèrent l’hôpital de jour, l’asile de nuit aux femmes sans-abri, le premier centre de réinsertion et de placement des anciennes prostituées, des œuvres sociales qui se perpétuent encore aujourd’hui sans que l’on se souvienne de leur origine.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.