L’ingénierie de Facultatieve Technologies à Villepinte

0
372
Le groupe de Facultatieve était présent à Villepinte sur un vaste stand très fréquenté, ou étaient exposés les savoirs-faire du groupe.
Un très bon salon

Lorsqu’on demande à Patrick De Meyer son avis sur le salon Funéraire Paris 2015, la réponse ne se fait pas attendre « C’était un grand cru. Nous étions doublement anxieux, pour ne rien vous cacher, la semaine précédent l’ouverture. Il y avait le changement de lieu, qui pouvait déstabiliser certains, puis les dramatiques événements, quelques jours auparavant, qui auraient pu décourager les visiteurs. Mais non. Dans les faits, si nous avons constaté un petit tassement de la fréquentation globale, l’aspect qualitatif le compensait largement. »

Qui visitait le stand de Facultatieve Technologies ? « Des clients et des prospects, principalement. Notre activité de fabrication d’appareils à crémation n’est pas propice à un premier contact sur les salons, les relations se nouent très en amont. C’est surtout l’occasion pour nos partenaires de découvrir la société dans son ensemble et d’avoir un aperçu de notre savoir-faire ».

Pourquoi les visiteurs se rendaient ils sur le stand de Facultatieve ? « Ce qui fait notre différences, c’est notre niveau technologique. Je ne saurais pas vous dire précisément le nombre de fours que Facultatieve a construit dans le monde, c’est énorme, mais ce très grand nombre fait que nous avons beaucoup d’expérience, nous maîtrisons parfaitement le sujet, et cela permet aussi aux clients de pouvoir observer cette maîtrise en oeuvre ».

IMG_5805-300x200 L'ingénierie de Facultatieve Technologies à Villepinte

2016, une année cruciale

Quels sont les projets et thématiques pour Facultatieve en 2016 ? « Poursuivre le développement. Nous avons de nombreux projets en cours, et d’autres qui seront à mener. »

Lire aussi :  Une nouvelle méthode de dispersion des cendres avec WAY

La mise en place de la norme 2018 semble poser problèmes à beaucoup de crématoriums. Constatez vous cela ? « Il y a deux réponses à apporter, sur ce sujet.

La première, c’est le choix de l’équipement. Nous voyons sur le terrain des sociétés qui proposent juste un système de filtration. D’accord, ça va marcher, et c’est moins cher… Sur le moment. Mais on fera un bilan dans cinq ans, quand les systèmes ne répondront plus au cahier des charges et engendreront des entretiens, voire des remplacements, très coûteux. Il faut prendre conscience du fait que la conception d’un appareil, ce n’est pas d’un côté la crémation, puis on rajoute une filtration en sortie. Un dispositif de crémation doit être conçu dans sa globalité, du moins, c’est ainsi que nous avons toujours pensé chez Facultatieve, et notre succès et la fiabilité de nos équipements nous donne raison. La mise aux normes 2018 proposée par Facultatieve tient compte de cette globalité et permet à nos clients d’être tranquilles pour les vingt ou trente prochaines années.

La seconde réponse concerne les délais de mise en place. Nous constatons, sur le terrain, que de nombreux crématoriums ont fait les démarches en temps et en heure. Les situations de blocage ne viennent pas de la mauvaise volonté des gestionnaires, mais de la politique. L’investissement pour la mise aux normes est conséquent, et nécessite soit une aide de la collectivité locale qui accorde la concession, soit une prolongation de cette dernière. Et les élus locaux en charge de ces dossiers ne comprennent pas que les délais sont serrés. C’est à leur niveau que les dossiers bloquent. »

Lire aussi :  OGF poursuit son engagement en faveur du développement durable

Monsieur De Meyer, merci d’avoir répondu à nos questions, il nous reste à vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année et à vous donner rendez-vous en 2016 dans Funéraire Info.

Le site de Facultatieve Technologies : www.facultatieve-technologies.fr

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here