Londres : les belles histoires du Club cimetière

0
174

Britannique, on peut collectionner les chapeaux melons, les photos des Beatles, les bouteilles de scotch whisky. Mais pas eux. Le domaine d’intérêt des membres de ce club : les tombes et mausolées. Comme une vaste bibliothèque du souvenir, avec comme terrain d’étude les cimetières.

Ils sont pour la plupart jeunes, rapporte la presse locale, et présentent depuis deux ans le fruit de leurs pérégrinations sur un blog et sur twitter. Photos, descriptions, impressions, la riche histoire de ces lieux publics anglais y est racontée en détail. Leur ambition ? Montrer que ces lieux publics (la plupart du temps locaux, parfois étrangers) sont incroyables, riches de culture mais aussi de verdure en milieu urbain.

Ce passe-temps étonne leur entourage, inquiète parfois, explique un de ces jeunes curieux. Mais pour eux, une sépulture originale, une tombe inhabituelle est source d’anecdotes, de rêveries, de surprise. Témoin celle très contemporaine taillée en forme d’ordinateur, ou celle décorée d’étoiles et de croissants de lune gravés d’un aventurier londonien du XIXe siècle.

Au-delà même des conventions et des représentations terrestres, ces explorateurs de pierres tombales vont aussi plus loin. Ils visitent et photographient des cimetières d’objets, comme ce Hungerford bridge, à Londres, au pied duquel s’entassent de vieux skateboards. Leurs propriétaires ont le rituel de les fracasser contre un pilier du pont. Ils vont même visiter et raconter le virtuel des jeux vidéo (comme « Grand Theft Auto V »), et les mondes parallèles que des ingénieurs informaticiens ont construits. Eux aussi ont leur cimetière à parcourir. C’est là que l’imaginaire rejoint la réalité. Après tout, l’industrie du funéraire n’est-elle pas déjà arrivée à l’heure des mémoriaux internet et des QR Code.

Lire aussi :  Alerte sécurité et réglementation sur le matériel de levage

Le «Club Cimetière», un groupe de Britanniques tatophiles.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here