Louise de Quengo inhumée en septembre à Tonquédec

0
462
Examen de Louise de Quengo (capture Youtube - video Inrap)

Louise de Quengo reposera finalement à Tonquédec (Côte d’Armor) le 23 septembre prochain. A la faveur de fouilles archéologiques, la sépulture de cette noble bretonne (1584-1656) a été mise à jour à Rennes l’an dernier avec à la clé un trésor : un corps miraculeusement conservé, riche d’enseignements. Depuis, Rennes et Tonquédec se disputaient la dame.

Petite fille d’un président du Parlement de Bretagne, fille d’un seigneur des actuelles Côtes d’Armor, elle a épousé Toussaint, chevalier de Brefeillac, mort en 1649. Un homme qu’elle a du aimer puis que l’on a retrouvé posé sur son cercueil un reliquaire contenant le cœur de son époux. Veuve, la dame s’est réfugiée au couvent des Jacobins de Rennes, où elle désirait être inhumée. Elle y est morte à 60 ans et y a été enterrée dans un cercueil en plomb. Son frère a acheté le château de Tonquédec en 1636.

L’ancien couvent, plus tard reconverti en caserne, est aujourd’hui en travaux, voué à devenir un centre de congrès. D’où les fouilles archéologiques préalables de l’Inrap, qui ont mises au jour de nombreuses sépultures.

Louise de Quengo a été découverte à la base d’un mur de chapelle. Dans son cercueil, est était encore revêtu d’un habit de religieuse complet et bien conservé, avec cape, chasuble, robe, jambières et mules en cuir. Un suaire enveloppe son visage. Elle tient un crucifix en mains. Elle a été embaumée, ses organes retirés.

L’étude du corps, menée à Toulouse, ont confirmé la grande richesse de cette découverte. Tant en matière de techniques d’embaumement, de pratiques funéraires que de connaissance de visu des habits du XVIIe siècle. Un rêve de scientifique.

Lire aussi :  Six Feet Under, Hydrosystem, résurrection, pierre tombale...L’actualité du 15 juin 2018

Mais après ? Où allait-elle être réinhumée ? Pas dans une église, c’est certain. Interdit. L’éclat médiatique de cette découverte a poussé des édiles rennais à revendiquer Louise de Quengo. N’a-t-elle pas souhaité y reposer ? Mais ses descendants ont pris les choses en main. 80 d’entre eux (dont l’acteur Guillaume de Tonguélec de « Fais pas ci, fais pas ça » sur France 2) se sont concertés. Ils ont opté pour les Côtes d’Armor, selon le journal local Le Télégramme. Elle reposera donc en septembre au cimetière communal, près du château de famille, après une messe célébrée par l’évêque de Saint-Brieuc.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here