Lucy, la solution à 10 % de Besson

0
1252
Une fille, un flingue : tout le cinéma de Besson en une image

Le dernier film en date de Luc Besson propose un argument simple : nous exploitons 10 % des potentialités de notre cerveau, son héroïne est à 100 %. Tout Besson est là dedans…

photos-lucy-L-0ibKjT-300x263 Lucy, la solution à 10 % de Besson
Une fille, un flingue : tout le cinéma de Besson en une image

… Inculture crasse, ignorance totale des avancées de la science, exploitation de fausses informations mais vraies légendes urbaines, et propagation de ces dernières, le tout moulé dans une robe sexy et avec des gros flingues, Luc Besson préfère prendre son public pour un ramassis d’ignorants plutôt que de passer 90 % de temps en plus à essayer d’écrire un bon scénario.

Démontage en règle

Donc, la question est posée en ces termes : « Nous utilisons 10 % des capacités de notre cerveau, que se passerait-il si nous en utilisions 100 % ? »

Vu comme cela, ça a l’air excitant. En réalité, c’est à la fois possible et impossible. Pour utiliser 100 % des capacités de notre cerveau, il faudrait cuisiner un soufflé au fromage en même temps qu’on résoudrait une équation du second degré, se récitant simultanément des poèmes de Baudelaire tout en dansant le lac des cygnes. Et encore, le compte n’y serait pas. Essayez de chanter, en faisant tout ça, un Aria tout en retenant votre respiration, vous devriez encore augmenter votre score.

Ce que l’on découvre du cerveau, avec l’imagerie médicale moderne, c’est que nous exploitons (au maximum, d’ailleurs) 10 % de ses capacités en même temps, mais ce ne sont pas toujours les même. En réalité, tout notre cerveau est exploité, mais comme chaque zone correspond à un type d’activité précise, et qu’il est physiquement impossible de tout faire en même temps, les parties mises bout à bout de notre matière grise stimulées simultanément constituent ces fameux 10%.

A ce propos, la nature n’est pas idiote, Darwin l’a amplement prouvé : si, durant des siècles, nous nous étions promené avec une masse cérébrale inutile, l’évolution nous en aurait débarrassé. Et nos cerveaux pèseraient, à l’autopsie, 90 % moins lourd qu’aujourd’hui.

L’activation de 100 % du cerveau est donc une impossibilité, puisque chacune correspond à une tâche souvent antinomique des autres, et conduirait, selon des chercheurs d’Harvard, à la mort immédiate du sujet.

Il est par contre exact que notre encéphale reste un petit mystère : certaines zones sont parfois actives, parfois inactives, et on n’a pas encore compris ce à quoi elles servaient.

lucy Lucy, la solution à 10 % de Besson

Luc Besson, la tehon des céfran

Luc Besson a, paraît il, épaté les américains avec ce film. Tant mieux pour lui.

Mais de son argument bidon, Besson a tiré un film de Besson : le pensum scientifique est vite oublié au profit de scènes de bagarres entre l’héroïne et des trafiquants coréens. Arts martiaux, gros flingues, héroïne en robe moulante, heureusement qu’il y a Morgan Freeman. Ce dernier intervient régulièrement, dans un amphi, pour disserter sur l’évolution du vivant.

Mais au final, on obtient un film de Besson, un patchwork décousu d’un ramassis de références volées à d’autres, mémorisées et recrachées, mais pas comprises. Il paraît qu’on montre le film aux américain en leur expliquant que le cinéma français, c’est ça. Oh mon Dieu…

Puisqu’il a maint fois démontré qu’il en était incapable à 100 %, souhaitons tout de même à Luc Besson de réussir un film qui ait au moins 10 % des qualités de ceux qu’il pille allègrement en construisant sa carrière.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.