Macron fossoyeur des pompes funèbres françaises

4
2353
Emmanuel macron est content de lui. C'est généralement inquiétant.

Emmanuel Macron a une nouvelle idée, ou plutôt deux nouvelles idée qui concerne le funéraire au milieu de dizaines d’autres concernant toutes sortes de professions. Lecture et commentaire comme au bon vieux temps de l’école… Avant la réforme.

Notre article détaillé sur la proposition de loi est ici.

Macron 4, paragraphe 28

« Simplifier », voilà le mot d’ordre actuellement. Et l’objet de ces 170 propositions d’Emmanuel Macron, dont deux concernent donc directement le funéraire.

Bonne nouvelle ? Le gouvernement va-t-il simplifier les procédures administratives ? Supprimer le devis en mairie ? Simplifier le financement des obsèques par les familles en baissant la TVA ? Joie et allégresse ?

Et bien, non. Emmanuel Macron veut juste sabrer le funéraire français. Relisez bien.

Que dit Macron ?

Ce que propose Emmanuel Macron, c’est de supprimer l’obligation pour les professionnels du domaine funéraire de mentionner dans leurs publicités et leurs imprimés leur forme juridique, l’habilitation dont ils sont titulaires et le montant de leur capital, et d’ouvrir les activités funéraires et assouplir les conditions d’expérience requises pour leur exercice dans le cadre de la transposition de la directive communautaire sur les qualifications professionnelles. En rappelant au passage la directive 2013/55/UE qui permet de faciliter et accélérer les procédures nationales de reconnaissance pour les professionnels qui souhaitent s’installer ou fournir leurs services de façon occasionnelle et temporaire dans d’autres Etats membres de l’Union européenne.

Cette directive a fait parler il y a quelques années, sous le surnom de « Directive Bolkenstein ». Elle a été l’une des causes du rejet par référendum de la constitution européenne. La directive a été rebaptisée et appliquée, la constitution rebaptisée et votée par le parlement, sous la présidence précédente, parce que, comme le résumait Emmanuel Macron lui-même dans un discours « parvenir à de hautes fonctions par la voie des urnes est un cursus d’un ancien temps ». Voter ? C’est dépassé.

Concrètement, donc ?

Mais pour en revenir au sujet, cela signifie quoi ? Nous avons interprété ce texte au pire, certes, mais en tenant compte des déclarations et propositions précédents de Emmanuel Macron et de son mentor Jacques Attali.

Après le plombier polonais, voici venu le croque-morts roumain. Cela signifie tout simplement que tout professionnel du funéraire répondant aux exigences de la réglementation de son pays pourra exercer dans n’importe quel pays de l’UE.

Un professionnel du funéraire tchèque, où la législation est considérablement plus coulante qu’en France et ou le salaire moyen infiniment moins élevé pourra donc, tranquillement, ouvrir une agence en face de la votre, au tarif tchèque.

Mais il n’aura pas d’habilitation en France ? Ses employés n’auront pas les diplômes exigés en France ? Aucune importance : la directive 2013/55/UE est là pour qu’il n’ait pas à s’embêter avec quelque chose de si barbant que le droit national, et l’article 29 de Macron 4 supprime la possibilité, pour les familles, de savoir s’il s’agit d’un professionnel français répondant à des exigences strictes, ou bien d’un professionnel étranger dont la formation a duré dix minutes.

Bien entendu, ces mesures concernent tous les domaines du funéraire. Pompe funèbres, bien entendu, mais nous auront aussi des marbriers slovaques, des transporteurs de corps maltais, des thanatopracteurs grecs…

Vous comptez mettre en avant vos compétences, votre formation, le Made In France ? Bon courage quand votre concurrent proposera un convoi complet, cercueil compris, à 500 euros.

Votre soirée

Ce soir, la portée du texte n’a pas encore donné toute sa mesure. Les premiers professionnels interrogés attendent de voir ce que ça donnera dans les faits. D’autres sont sous le choc, ou stupéfaits. Certains ne mesurent pas la portée du texte.

Pro européens sabrent le champagne pour fêter ce beau succès de la construction européenne. Eurosceptiques sabrent le champagne, augurant de scores excellents aux prochaines élections lorsqu’on en constatera les effets.

Et les croque-morts de France travaillent, reçoivent des familles en déployant des trésors de psychologie, respectent strictement la loi en s’appuyant sur des compétences juridiques indéniables, s’occupent des défunts en déployant tout le respect dont ils sont capables. Leur récompense, ce soir, c’est un ministre qui les regarde de haut en considérant que tous ces efforts ne valent rien face au dogme de la libre concurrence.

4 COMMENTAIRES

  1. Encore une disposition qui démontre bien que l’on veut faire l’Europe avant d’avoir construit l’Europe.
    Au nom de la liberté de concurrence, souhaiter, à l’échelle européenne, une uniformisation des pratiques et des tarifs des professionnels funéraires pour en faire profiter les consommateurs n’est pas forcément absurde quand on réalise où mènent certains protectionnismes nationaux, tels que « les choix confraternels de lignes de conduite concertées » qui font que certains produits et services, comme par exemple les cercueils en carton recyclé pourtant agréés, ne sont jamais proposés au clients finaux…
    Mais encore faut-il que les réglementations et surtout les conditions économiques d’exercice des professions funéraires soient identiques dans tous les pays et là, comme vous le savez, nous sommes loin du compte.
    Au risque de déstabiliser totalement le marché français des pompes funèbres, la disposition de Monsieur Macron parait difficilement applicable aujourd’hui mais elle s’imposera demain dans l’Europe hyper-libérale vers laquelle nous avançons inéluctablement.
    Et qui dit économie libérale dit liberté, une liberté qui doit amener les professionnels funéraires qui aujourd’hui vont tout légitimement privilégier le mode « résistance » à se préparer au mode « réaction ».
    Pompes funèbres, libérez-vous rapidement des contraintes que l’on veut vous imposer car comme d’habitude « les conseilleurs ne sont pas les payeurs » et le jour où vous serez mis en concurrence sauvage, vous serez seuls.
    Je sais, l’exemple est sans doute simpliste et réducteur mais que direz vous à tous ceux (enseignes, fournisseurs, crématoriums, etc…) qui vous dissuadent de référencer les cercueils en carton à proposer librement à vos clients, lorsque que la pompe funèbre voisine venue de Roumanie, de Pologne ou de Slovénie (liste non exhaustive) les présentera avec insistance pour affirmer sa prétendue différence et « faire le buzz » ?

  2. […] Le gouvernement présente mercredi en fin d’après-midi, 170 mesures, 80 nouvelles mesures pour simplifier la vie des Français et 90 mesures pour les entreprises, qui devraient faciliter la vie des acteurs économiques, en invoquant la “simplification” au rang des priorités du quinquennat, 2 mesures concernent les pompes funèbres et le secteur funéraire et cela ne concerne pas une baisse de la TVA. Le détail de la loi ici. Notre analyse ici. […]

  3. Il semble que l’on oublie que les mesures concernant le funéraire doivent passer au CNOF. Or, de manière scandaleuse, les membres du CNOF n’ont pas été réunis depuis 2 ans et le mandat des anciens membres est échu depuis un an sans que les nouveaux membres soient nommés.
    Pendant ce temps, les crématoriums s’équipent actuellement de filtration dans la plus totale incertitude juridique (le décret de 94, qui est incompatible avec les filtrations, n’est toujours pas revu alors qu’un groupe de travail du CNOF a rendu ses conclusions il y a 4 ans), l’arrêté maladies contagieuses et le certificat de décès sont obsolètes, la réglementation de cercueils semble enterrée et l’on construit des crématoriums dans un grand n’importe quoi, mettant en péril l’économie des installations existantes.
    On ferait mieux de se préoccuper des dossiers en déshérence plutôt que de faire des effets d’annonce.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.