Madame, monsieur : vous n’êtes pas fait pour le funéraire !

0
1242
vous n'êtes pas fait pour ce métier

Aïe, parfois ça fait mal, c’est même très violent quand vous considérez que c’est votre vocation. Un jour comme ça on vous dit « vous n’êtes pas fait pour le funéraire « . Certains trouveront la remarque totalement justifiée, et d’autres que c’est un peu raide. On vous explique pourquoi, avec le plus de tact et de diplomatie possible ( et je mettrais des cœurs si il faut ) pourquoi vous n’êtes pas (forcément) fait pour ce métier.

Orthogrpapjozhrioezhriùeh

Eh oui l’orthographe arrive en tête des refus. Si votre potentiel employeur fait la grimace et a des torticolis en vous lisant c’est mauvais signe. On vous l’a déjà dit souvent ici, ici ou encore ici, par exemple. Ce qui est vrai pour le funéraire l’est aussi pour d’autres secteurs. Vous ne pouvez pas rédiger des documents pour les familles si vous ne savez pas correctement orthographier le mot concession. Pour pallier à cela, une seule chose à faire, lire, lire lire et lire. Même les ingrédients sur le paquet de céréales. Lire reste aujourd’hui en tant qu’adulte le meilleur moyen pour parfaire votre écriture.

Le langage et le comportement

Même topo, si l’on ne comprend pas votre phrasé, il y a peu de chance que la famille vous comprenne. Oubliez aussi le poste de maître de cérémonie. Si vous êtes du genre à vous énerver facilement ou à ne pas être tolérant c’est que le métier n’est pas fait pour vous. Préférez un secteur où le contact humain n’est pas la priorité. Dans les annonces que je vois passer, ceux qui disent « chui motivée hein mais j’ai pas de caisse ». Bon … comment vous dire. Là on n’a ni l’orthographe, ni le langage, ni le permis, ça devient vraiment compliqué. Impossibilité de faire les démarches, d’aller en convoi, c’est un handicap pour l’entreprise, soyez en conscient.

Petit cœur de guimauve en forme d’artichaut.

Alors vous le savez je suis du genre chamallow, et je connais tout un tas de personnes qui font ce métier, qui voient des corps tous les jours et qui sont aussi mou du cœur que moi. En revanche si vous vous mettez à pleurer à chaque fois qu’une famille entre dans l’agence ça n’est pas la peine. Je ne vous demande pas de votre endurcir. Sensible oui, fragile non. L’empathie c’est aussi prendre de la distance. Vous n’avez pas à faire le deuil à la place des personnes, vous devez les soutenir, et si vous êtes thanatopracteurs vous devez faire en sorte que la famille puisse faire le sien, point. Bien sûr il y a des histoires qui nous marquent tous. Faites vous aider, amis, famille, psychologue, ils sont là pour ça, mais pas devant la famille, jamais.

Ceux qui reportent tout sur les autres

« C’est pas moi, c’est la faute de mon tuteur », « ça n’est pas moi c’est la famille qui a mal compris », « c’est pas ma faute si à l’état civil il ne comprennent rien ». Oui enfin parfois c’est vrai, mais la mauvaise foi, ça n’est pas terrible quand même. Remettez-vous en question nom de diou. Le mea culpa ça sauve parfois.

La vocation par la mort

« J’ai perdu ma grand-mère » « c’est depuis le décès » vous êtes nombreux à vous êtes lancés dans ce métier suite aux décès d’un proche. Et pour certains ça a été le déclic, pour certains, ça fonctionne. Pour d’autres non. Les évènements de la vie ne sont pas tous liés à votre carrière, vous adorez l’odeur du pain mais vous n’êtes pas boulanger, vous avez été bouleversé par la naissance de votre nièce mais vous n’êtes pas sage-femme. Une fois le deuil entamé, il faut prendre du recul pour savoir si c’est exactement ça que vous souhaitez faire, mais seul votre vécu ne suffit pas.

Connais ton concurrent mais ne le critique pas

Il n’y a rien de pire que d’insulter la concurrence, surtout en présence de la famille, du gardien de cimetière ou du responsable du crématorium… N’oubliez pas qu’un jour ce « sale concurrent » pourrait bien être votre employeur. Et hormis la vision très égoïste de votre carrière c’est aussi un manque évident de respect et de savoir vivre.

Les impatients et les arrogants

Vous n’êtes pas le Pape/chirurgien/en mission en Irak, vous n’êtes pas non plus le trader qui doit manger son collègue, vous faites votre travail alors exit ce que je peux voir (bien trop régulièrement) « je suis doué, vous ne pourrez pas vous passer de moi », et les « j’ai besoin de personne ». Si on peut se passer de vous, on peut se passer de moi, on peut se passer de tout le monde. C’est comme ça, un peu d’humilité, non seulement fera du bien à votre carrière, mais aussi profondément à vous et à votre manière de travailler. Idem pour ceux qui arrivent dans la profession et qui pensent la révolutionner de A à Z, l’ambition c’est bien, le respect aussi, je parle surtout pour les thanatopracteurs. On se rend compte assez facilement que ceux qui critiquent le plus, sont ceux qui tiennent le moins, coïncidence ? pas vraiment.

Et courage, ça n’est pas parce qu’on vous a dit une fois « vous n’êtes pas fait pour le funéraire » que c’est forcément vrai. Persévérez si vraiment c’est ce que vous souhaitez et soyez à l’écoute des refus, des conseils à prendre, et de ceux à mettre de côté.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.