Columbarium ou cavurne ? Aménagement du cimetière par les mairies

0
208
columbarium ou cavurne

L’aménagement des cimetières fait partie des nombreuses missions des communes, et avec le développement de la crémation, une question se pose : columbarium ou cavurne ?

Entre columbarium ou cavurne, il faut poser le pour et le contre de chacun de ces équipements, car aucune mairie n’aura les mêmes préoccupations que sa voisine.

Columbarium ou cavurne, quelle législation ?

L’article L2223-2 stipule qu’un espace aménagé pour la dispersion des cendres est obligatoire, ainsi qu’un columbarium ou des espaces concédés pour l’inhumation des urnes. La taille de ces concessions ne fait pas l’objet d’une réglementation particulière, mais dans les faits, les monuments cinéraires mesurent 80 à 100cm de côté. La concession cinéraire, en fonction de cela mesure idéalement 100 x 100cm.

Le terrain consacré à l’inhumation des morts est cinq fois plus étendu que l’espace nécessaire pour y déposer le nombre présumé des morts qui peuvent y être enterrés chaque année.

Le site cinéraire destiné à l’accueil des cendres des personnes décédées dont le corps a donné lieu à crémation comprend un espace aménagé pour leur dispersion et doté d’un équipement mentionnant l’identité des défunts, ainsi qu’un columbarium ou des espaces concédés pour l’inhumation des urnes.

Columbarium,  gain de place

Le columbarium a l’avantage de prendre peu de place au sein du cimetière. Élaboré en colonnes, ou en « mur » de cases la plupart du temps, il va occuper l’équivalent d’une concession, de deux tout au plus, en pouvant accueillir un nombre de cases important. A condition que les tarifs de la case soient réfléchis, le columbarium permet aux familles un choix moins onéreux qu’une concession simple.

Lire aussi :  Pompes Funèbres BERTHELOT, la discrétion d’une entreprise à la progression constante

Cependant, il représente généralement un investissement important (en comparaison des concessions cinéraires avec cavurne), qui peut représenter un frein.  Le columbarium doit être étudié, tant dans le nombre de cases et leur contenance (1 urne, 2, plus ?), que dans la matière dans laquelle il sera réalisé et par qui. Certaines communes, tentées de faire des économies se sont chargées elles-mêmes de la pose de leur columbarium. Or, le personnel technique des mairies n’est pas marbrier, et le montage peut s’avérer être un véritable casse-tête, d’autant que le columbarium ne souffrira d’aucune garantie dans le futur.

Sur le long terme, le columbarium représente deux autres inconvénients. En premier lieu, il ne répond pas, dans ses formes (pour la plupart en tout cas), aux besoins actuels des familles de déposer leurs hommages (articles funéraires, vases, fleurs…). C’est donc souvent que ces hommages se retrouvent par terre, devant le columbarium, sur celui-ci, ou débordant devant la case du voisin, etc…

Le deuxième, est que le columbarium étant un équipement de la commune, c’est la commune qui doit l’entretenir : nettoyage, réfection des joints… A ce titre, est-il jamais rentabilisé ? A l’heure où la dotation de l’Etat aux communes est amené à baisser, il est probable que le personnel des services techniques diminue, et que sa charge de travail soit orientée vers des tâches plus « urgentes ».

Cavurne, liberté

Le cavurne lui, aura l’avantage de laisser les familles libres pour faire poser le monument cinéraire de leur choix, et elles sont de plus en plus demandeuses de pouvoir personnaliser leur sépulture cinéraire.

Lire aussi :  Les cadres vivent plus longtemps, l'inégalité sociale face à la mort
Columbarium-ou-cavurne-Granits-Michel-Maffre-300x144 Columbarium ou cavurne ? Aménagement du cimetière par les mairies
Monuments cinéraires Granits Michel Maffre

La pose de cavurnes est un investissement moindre, et pourra, contrairement au columbarium, envisagé d’être réalisé par les services technique, si tant est qu’ils aient de bonnes notions en maçonnerie. Rappelons cependant, que la fourniture de cavurne n’a absolument rien d’obligatoire et qu’un terrain plus petit pourra tout à fait faire office de concession cinéraire. Ici, l’investissement est égal à zéro euro.

L’inconvénient principal est qu’il prend de la place, mais il faut relativiser. En admettant que l’on accorde des concessions cinéraires de 1 mètre par 1 mètre, cela représente toujours 2 concessions sur l’emplacement d’une seule de taille standard.

Les concessions cinéraires ou avec cavurnes, ont aussi le même avantage que les concessions funéraires : ce sont les familles qui les entretiennent, aucunement la commune.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here