Maisons de retraites, paradis des improductifs actifs ?

0
723

La canicule semble une issue probable à ces premiers jours d’été, sur des critères objectifs. Encore une fois, on va parler des maisons de retraite, et, encore une fois, on va mettre à côté. Polémique ? Oui, mais pas gratuite.

maisons-de-retraite-300x148 Maisons de retraites, paradis des improductifs actifs ? La canicule demain ?

Une canicule semble se dessiner, au moins dans certaines régions. Rappelons qu’une canicule se caractérise par un faible écart entre la température du jour et celle de la nuit, ce qui la distingue de la forte chaleur, dont la période nocturne permet de se reposer un peu.

Pour ce que ça vaut, votre serviteur s’est amusé à mesurer la température sous abri dans son coin de Bretagne, jour et nuit. De près de seize degrés d’écart au début de la mesure, nous sommes passés à dix degrés d’écart en moins de quatre jours. Lorsqu’il y aura moins de cinq degrés d’écart, si la température moyenne augmente, ce sera une canicule.

La canicule va donc frapper les plus faibles et les plus démunis. Les bébés et les jeunes enfants, bien entendu, et les parents seront appelés à une vigilance de chaque instant. Les SDF aussi, puisqu’on en parle peu, mais la mortalité chez les SDF est souvent supérieure l’été que l’hiver, simplement, elle est moins spectaculaire. Trouvez un SDF gelé au pied de votre immeuble, vous pouvez convoquer la presse, ils viendront. Trouvez en un mort dans un parc au mois de juin, personne ne bougera un poil de moustaches. Pourtant, ce milieu est connu pour sa consommation d’alcool, seul passe-temps accessible, en oubliant trop vite que les boissons alcoolisées contiennent de l’alcool éthylique, qui déshydrate.

Au rayon des plus faibles, bien entendu, les personnes âgées isolées, puisque celles qui sont en maison de retraite, n’est-ce pas, elles sont à l’abri. Grossière erreur.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

MDR : Maison De Retraite ou Mort De Rire ?

J’ai assisté récemment à une réunion dans une maison de retraite, réunion à destination des familles, et ça tombe bien, j’y ais de la famille. Il y était question des problèmes, nombreux, qui y régnaient. En cette occasion, trois choses m’ont frappé.

La première chose qui m’a frappée m’est apparue lorsqu’on parlait du manque de moyens. Deux aides-soignantes la nuit, pour une maison de retraite qui compte 80 résidents sur trois étages, c’est un peu peu. Bien entendu, la direction a expliqué qu’il n’y avait plus le budget pour recruter du personnel.

Avec ceci d’assez fascinant qu’entre Directrice, directrice adjointe, cadre de santé, DRH, coordinatrice (je n’ai jamais su ce qu’elle coordonnait), responsable des cuisines, économat, chargé de communication, et quelques autres qui n’ouvrirent pas la bouche et dont personne ne sut jamais ce qu’ils faisaient, il y avait devant nous une quinzaine d’administratifs dont le plus mal payé devait percevoir un salaire à peu prés deux fois supérieurs à celui des aides-soignantes dont ils nous expliquaient qu’ils n’avaient pas les moyens de les recruter. Les familles seront certainement soulagées d’apprendre que, certes, leur parent est mort faute de personnel pour lui venir à temps en aide, mais qu’au moins, les paperasses seront bien remplies.

La seconde chose qui m’a frappé, c’est l’insupportable mépris dont cet étalage d’apparatchiks faisaient preuve face à la « valetaille ». La coordinatrice de santé particulièrement. Un monsieur retrouvé perdu, à moitié nu, dans les couloirs par sa famille ? Pas un instant la responsable n’a envisagé que les personnels en sous-effectifs étaient peut être déjà occupés ailleurs. Non, mot à mot « C’est la preuve qu’il y a des fainéants et des incapables et des sanctions seront prises ». Le reste, vomitif, est à l’avenant.

Le troisième point frappant est que, justement, à aucun moment, ni la cadre de santé, ni la directrice qui s’est présentée en leggings et pull-over n’ont semblé remarquer que la foule leur était hostile. Le fait que les familles étaient clairement du côté du personnel, qu’elles côtoient et dont elles voient chaque jour le désarroi, le fait aussi que l’administration, puisque c’est bien cela dont il s’agit, réponde à chaque problème soit par une solution totalement inefficace parce que généralement absurde, soit par l’excuse du manque de moyens. Moyens qui pourraient être gagnés sur des postes inutiles, comme le médecin responsable, qui n’a le droit ni d’ausculter les résidents, ni de faire les ordonnances, ni même de signer les certificats de décès…

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Manque de moyens des maisons de retraite, une escroquerie ?

Et si finalement les manques de moyens des maisons de retraite, EHPAD et autres établissement n’étaient qu’un vaste pare-feu pour cacher les vrais problèmes, la multiplication de postes d’improductifs pour pallier aux normes toujours plus exigeantes et injustifiées, voire, dans certains cas, des emplois créés par cooptation juste pour que les copains puissent un peu profiter de la manne ?

Une simple question permettra d’avoir déjà une réponse édifiante : la prochaines fois que vous allez visiter une maison de retraite, demandez, en journée, combien de cadres sont présents dans les bureaux, et combien de soignants sont présents dans les services. Les rations devraient vous donner à réfléchir.

La question de l’accompagnement de la vieillesse en France ne semble finalement pas être « Ou va-t-on trouver l’argent ? » mais plutôt « Mais ou se trouve tout l’argent ? », ce qui est très différent.

Un point important à signaler, la réunion et les problèmes constatés l’ont été dans une maison de retraite publique, administrée par un conseil général.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.