Marbriers et canicule, boire ne suffit pas !

0
518
Marbriers et canicule

On parle régulièrement des porteurs, des conseillers funéraires, mais on en oublie les marbriers et la canicule !

Et pourtant ! Ce n’est pas une heure qu’ils passent au cimetière comme les porteurs mais leurs journées entières. Bon, l’idée n’est pas de comparer qui a le travail le plus éprouvant (ce sont les marbriers), ni qui devrait recevoir la palme du courage (là encore, ce sont les marbriers !), mais surtout de faire en sorte que marbriers et  canicule ça ne veuille pas dire « un pied dans la tombe ».

Boire de l’eau

La législation impose que l’employeur fournisse 3 litres d’eau fraîche par jour et par personne.

Article R4534-143

L’employeur met à la disposition des travailleurs de l’eau potable et fraîche pour la boisson, à raison de trois litres au moins par jour et par travailleur.
Les conventions collectives nationales prévoient les situations de travail, notamment climatiques, pour lesquelles des boissons chaudes non alcoolisées sont mises gratuitement à la disposition des travailleurs.

Sur les chantiers, l’eau doit pouvoir rester fraîche, ce qui suppose l’investissement dans des glacières et leurs pains de glace bleus. Veillez à ce qu’ils soient bien remis au congélateur au retour des chantiers pour pouvoir être utilisés le lendemain, tout comme les bouteilles qui seront de préférence remplies ou remplacées et mises au frigo pour la nuit.

Marbriers et canicule : le cancer vous guette

Ce qu’oublient généralement de préciser les journaux et autres sources d’informations pour les travailleurs des chantiers, c’est la protection de leur peau. Celle-ci, exposée en continue au soleil doit impérativement être protégée par une crème ou spray solaire d’indice élevé renouvelé régulièrement (toutes les 2 heures).

C’est une préoccupation récente et qui pourtant est alarmante : 78,1% des travailleurs en extérieurs développent des lésions cutanées, et parmi les personnes atteintes d’un cancer de la peau, 37,7% sont des travailleurs en extérieur*. On ne lésine pas sur la crème solaire donc, un danger réel et trop peu pris en considération.

soleil Marbriers et canicule, boire ne suffit pas !Les horaires décalées et le droit de retrait

L’employeur est en droit, et il lui est même conseillé, d’instaurer des horaires de travail décalées. Bien que ce ne soit pas toujours évident car les cimetières, gérés par la commune, ne sont pas toujours ouverts aux aurores, on espère que les maires se montreront compréhensifs. Instaurer des horaires de travail dès 6 ou 7h du matin, avec des températures plus fraîches, permettra non seulement de garantir un meilleur confort et une meilleure sécurité des salariés, mais aussi de réaliser des chantiers plus rentables. Des températures de 35°, ça n’aide pas à se motiver.

Enfin si vraiment le salarié s’estime en danger, il lui est possible de se servir de son droit de retrait, il devra en informer son employeur.


Article L4131-1

Le travailleur alerte immédiatement l’employeur de toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection.

Il peut se retirer d’une telle situation.

L’employeur ne peut demander au travailleur qui a fait usage de son droit de retrait de reprendre son activité dans une situation de travail où persiste un danger grave et imminent résultant notamment d’une défectuosité du système de protection.

Les risques, les conseils

Le travail physique par des températures au delà de 30 degrés est considéré comme dangereux pour la santé. Marbriers et canicule ne font pas donc pas  bon ménage.

Les risques les plus encourus sont :

– coups de soleil, brûlures

– épuisement (pouls faible, pâleur, transpiration importante…)

– coup de chaleur (agitation, confusion, désorientation, pouls rapide…) pouvant conduire à une perte de connaissance et jusqu’au décès.

Pour éviter ce genre de situation : boire régulièrement, protection solaire, pauses régulières.

Habillement : se couvrir la tête, porter des vêtements légers et de couleur claire.

Les repas seront plus légers et beaucoup moins arrosés, de préférence pas arrosés du tout. L’alcool déshydrate.

Et enfin ne jamais trop forcer, connaître ses limites : les morts vous attendent pour creuser leur tombe, pas pour prendre place à côté d’eux !


*Etude européenne publiée le 17 mars 2016 dans le Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.