Mauvaises pratiques dans le funéraire : la DGCCRF entre en guerre

0
1671

La DGCCRF a publié sur son site un rappel des pratiques déloyales dans le funéraire, tandis que, sur le terrain, les contrôles pleuvent. Bonne nouvelle ? Une réponse, pt’ét ben de Normand…

DGCCRF02 Mauvaises pratiques dans le funéraire : la DGCCRF entre en guerreContrôles

Plusieurs lecteurs nous en avaient déjà informés : « Sur tel département, la DGCCRF multiplie les contrôles sur les pompes funèbres et établissements funéraires ». Une fois passe, deux fois, passe encore, trois fois, cela ressemble plutôt à une opération nationale. Si un contrôle local peut encore être décidé par un préfet qui aurait eu connaissance des certains faits, un contrôle national est plus souvent dû à un Ministère qu’à un hasard…

Qu’explique la DGCCRF sur la page consacrée au problème ? Que des positions dominantes peuvent êtres constatées dans les sociétés qui possèdent ou gèrent des chambres funéraires et des crématoriums. Ne serait-ce qu’en avantageant ses propres services au détriment des confrères. Ainsi, il est facile de se réserver les meilleurs horaires de crémation, et difficile de résister à la tentation…

D’autres points sont soulevés. Nous ne pouvons que vous encourager à aller lire l’article. La DGCCRF précise sur son site que, depuis 2012, cinq affaires ont déjà été traitées et cinq autres sont en cours.

A ce stade de lecture, normalement, les lecteurs professionnels de Funéraire Info se sont exclamés tous en cœur : « Quoi, seulement ? »

Suggestions à la DGCCRF

Aussi, nous ne pouvons que nous mettre à la disposition des services de la Répression des Fraudes pour, comme l’exige de nous notre devoir de citoyens, les aider à faire toute la lumière sur les pratiques des professionnels.

Lire aussi :  OGF: Inauguration du crématorium de Beaucaire

Ainsi, nous leur suggérons d’aller au contact des familles. Nombre sont celles qui ont des histoires à raconter. Simplement, quand une famille est en période de deuil, elle a ensuite envie de tourner la page, pas de faire des courriers ou déposer plainte pour malversations.

Nous leur suggérons aussi d’aller au contact des soignants dans les établissements hospitaliers : souvent, il suffit que la pompe funèbre s’entende avec un responsable pour que ce soit tout le service qui soit obligé d’orienter les familles…

Nous leur suggérons enfin de juste faire un aller-retour dans les maisons funéraires : la porte de communication entre celle-ci et l’espace de vente est assez visible, en général, pour que les familles n’aient pas de difficultés à la trouver.

Puisqu’on en parle…

Et puisqu’on en parle, et que les pompes funèbres sont un service public, nous suggérons à la DGCCRF de poser quelques questions gênantes. Comme par exemple :

« Pardon, Monsieur le Maire, mais vous êtes à la fois officier d’état-civil, responsable de la police des cimetières, président de l’hôpital et des maisons de retraites publiques, et président du directoire de la régie municipale des pompes funèbres, en plus d’être garant de la continuité du service public, du respect du libre choix par les familles de leur entreprise de pompes funèbres et d’avoir le pouvoir de donner ou non certaines autorisations, comme un permis de construire pour une chambre funéraire, il n’y a pas conflit d’intérêt ? »

Mais alors

Mais alors, ces contrôles sont ils une bonne ou une mauvaise nouvelles ? Tout dépend, en vérité. De quoi ? De ce que la DGCCRF cherche, de ce qu’elle a envie de trouver, de ce qu’on l’autorisera à en faire.

Lire aussi :  Comparobsèques, vers une seconde augmentation de capital

Ils peuvent être une bonne nouvelle si les services de l’Etat sont disposés à mettre fin aux centaines de pratiques illégales constatées à travers le territoire, à lever certaines ambiguïtés, et à faire des exemples pour rappeler que petites ou grosses, publiques ou privées, les pompes funèbres doivent toutes jouer selon les même règles.

Par contre, si tout cela aboutit à une montagne de procès-verbaux pour des articles funéraires mal étiquetés, ce n’est pas la peine. Économisez l’argent du contribuable, nos lecteurs seront invités à se dénoncer eux-même.

Le site de la DGCCRF est ici.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here