Mécénat : Pompes funèbres Bertrand, le pari du cœur

1
305

Jean-Claude Bertrand vient encore de boucler début mars l’organisation d’un nouveau rapatriement. Le patron des pompes funèbres du même nom, installées à Paris, collabore depuis plus de dix ans avec l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque pour aider à soigner des enfants africains démunis et malades.

« Je m’occupe à prix coûtant de tous les rapatriements vers l’Afrique des enfants dont malheureusement l’opération n’a pas fonctionné, explique l’entrepreneur. Grâce à l’argent économisé, nous donnons la possibilité à l’association d’opérer d’autres enfants. Le cercueil est offert par notre fournisseur SAPI, et Air France nous fait un prix. » Le nombre de rapatriements ainsi organisés varie bien entendu dans l’année. « Trois ou quatre, parfois plus », selon le patron.

Mécénat Chirurgie Cardiaque a passé le cap l’an dernier des 2.500 enfants atteints de malformations et opérés du cœur. Hébergés en France en familles d’accueil, ils ne disposaient pas de structures sanitaires adaptées dans leur pays. La structure humanitaire est pour cela épaulée par de nombreux partenaires, dont certains sont issus du funéraire (Orthometals, Crématoriums de France). Pour Jean-Claude Bertrand, il est important aussi de mettre en avant les petites sociétés familiales comme la sienne. La générosité ne se mesure pas à la taille de l’entreprise, dit-il en substance.

Des représentants de la SAPI et de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque se trouvaient d’ailleurs présents l’an dernier quand la société Bertrand, créée en 1989, a inauguré une nouvelle agence parisienne, dans le treizième arrondissement de la capitale. Elle dispose également de deux autres boutiques, dans les cinquième et quinzième arrondissements de Paris.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.