Médecin légiste, oui d’une certaine manière je soigne les morts

0
279
je soigne les morts

« Je suis comme tout le monde, quand je rentre chez moi, parfois je me dis « jamais je n’aurais cru faire ce travail », mais ça me va, tant mieux même !  Frédéric est médecin légiste, « il soigne les morts » comme il l’explique en toute simplicité, humanité et profondeur. il nous livre aujourd’hui son témoignage sur sa vie, son travail, son quotidien avec ceux dont il fait parler le corps.

Pourquoi je fais ça ? » c’est la question qu’on me pose le plus souvent, certains sont avocats, d’autres médecins. Moi j’aide la justice en faisant parler les morts, ils ont des choses à nous dire, et il n’y a que nous pour les aider, et pour aider leur famille à comprendre ce qu’il s’est passé. Dans 90 % des cas il n’y a rien de spécial mais ça reste des morts violentes, brutales qui arrachent quelque chose à leur famille. C’est mon devoir d’éclairer tout ça.

Donc, mon objectif premier avant toute chose, c’est de comprendre les causes du décès. L’autopsie d’une personne va permettre de réunir beaucoup d’éléments. L’idée c’est d’éviter à la fois l’erreur judicaire et à la fois qu’un coupable s’en sorte. Dans le cas d’une autopsie scientifique on découvre parfois que les patients étaient mal soignés de leur vivant, on est un peu la police des médecins finalement, forcément ça ne nous attire pas les faveurs du reste de la profession médicale. Personne n’a envie de se faire pointer du doigt.

« Il y a quelque chose chez les médecins en France qui une fois que le patient est mort, c’est fini, ça n’est plus de leur responsabilité, pourtant ça l’est, et je suis là pour le rappeler ».

 « Quand on constate le décès, on est pas seulement là pour en faire un état, on est aussi là pour poser un diagnostic. Bien sur c’est à cheval entre la médecine et la justice, des éléments seront mis sous scellés à l’issue de l’autopsie, des mèches de cheveux par exemple retrouvées sur le corps. Parfois aller chercher les causes de la mort, ça permet littéralement de sauver les vivants. Ça m’arrive régulièrement de devoir prévenir la famille parce que le décès est lié à une maladie génétique. En le sachant, ils pourront ainsi se soigner.

Moi je travaille à Lyon. Lyon et Paris sont les deux seuls instituts médico-légaux sur les huit qui existent en France, qui vont ainsi fournir les données pour les causes de décès pour les stat nationales. C’est très important. Lorsqu’il y a eu les décès suite aux pilules ou aux implants mammaires, les morts subites du nourrisson, etc. c’est nous qui alertons le Minstère de la Santé.

Parfois on me dit que mon travail ne sert pas à grand chose, que c’est trop tard, ils sont déjà morts et que ça ne les ramènera pas, pourtant pour moi c’est essentiel, et oui je peux dire que d’une certaine manière « je soigne les morts ».

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.