Médecin, porteur et secouriste, une cérémonie bien fréquentée

0
229

La volonté de bien faire ne manque pas aux pompes funèbres. Courage, abnégation, dévouement, compétences sans cesse aiguisées, nul ne ménage sa peine. Pourtant, malgré tous leurs efforts, les croque-morts trouvent parfois plus fort qu’eux.

La salle de cérémonies était comble, le soleil chaud de l’été tapait directement, à cette heure-ci, dans les immenses baies vitrées, et un porteur surveillait la foule.

Le Maître de Cérémonies était agacé. Le porteur était connu pour sa propension à toujours vouloir se mettre en avant, sans aucunement cacher son mépris pour l’autorité des chefs de convoi. Devant les cadres, en revanche, sa veulerie n’avait pas d’égal. Nombreux étaient les conseillers funéraires à vouloir sa tête.

Comme toujours, il avait choisi une place bien en vue, debout devant la porte, bras croisés, et vérifiait que personne ne faisait de malaise. Ce qui eut pu passer pour une bonne initiative était malheureusement gâché par deux faits importants, le premier étant qu’il adoptait l’attitude d’un gardien de prison de film américain surveillant des détenus particulièrement dangereux, et le second que personne ne le lui avait demandé.

Les souhaits du porteur furent exaucés lorsque la veuve du défunt ne se sentit pas bien. Assise sur sa chaise, elle s’était mise à vaciller, osciller, se balancer, avant de s’effondrer sur son voisin de droite. Le Maître de cérémonies allait… il ne se rappelle plus quoi faire, puisqu’à ce moment là, un cri résonna dans la salle.

« POUSSEZ-VOUS ! » le porteur se précipita vers la dame à grandes enjambées, agitant les bras « ECARTEZ-VOUS ! LAISSEZ La RESPIRER ! POUSSEZ VOUS ! JE SUIS SECOURISTE ! »

Le Maître de Cérémonies poussa un soupir : le porteur et lui avaient fait ensemble leur « formation de secourisme », une demi-journée dans une salle glaciale au cœur de l’hiver, ou un formateur blasé leur avait dispensé des lieux communs sans aucun exemple. Il fallait peut être le prévenir que…

Et il croisa les regards des membres de l’assemblée. Après tout, pourquoi pas ?

Une dame s’était penchée sur al veuve, et le porteur… Le Maître de Cérémonies n’en crut pas ses yeux… Le porteur lui posa la main sur l’épaule et l’écarta sans ménagement. « JE VOUS AI DIT DE VOUS POUSSER ! »

L’atmosphère s’était tendue. Assistance, famille du défunt, Maître de Cérémonies, le monde semblait s’être arrêté et attendait de voir ce qui allait se passer.

Très calme, la dame commença à répondre « Mais… »

« BON SANG VOUS ETES ENCORE LA VOUS L’EMPECHEZ DE RESPIRER ! Puis le porteur se retourna vers la veuve, qui avait désormais, en plus de l’air malade, l’air terrifiée « Rhalala, je vous jure, ces gens qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas ! »

Le Maître de Cérémonies se demanda jusqu’où il devait laisser aller l’incident. L’autre avait désormais gagné son aller-simple à Pôle Emploi, c’était un certitude, mais la curiosité étant ce quelle est… il se dirigea néanmoins vers le porteur, il ne fallait pas pousser l’incident à terme, lorsque la femme qui avait été repoussée, s’adressa au porteur, d’un ton qui aurait fait chuter la température sur le Plateau de l’Est Antarctique 1.

« Très bien monsieur, je vous laisse vous en occuper. Quand vous en serez au stade de devoir appeler un médecin, on sera juste là. »

Le porteur sembla hésiter « Tous vos collègues, madame ? »

Triomphante « Oui, professeurs, médecins, infirmières, aides-soignantes… Tous ces gens qui se déplacent aux obsèques d’un chef de service estimé du CHU. Au fait, pour vous, moi, c’est pas Madame, c’est Docteur, merci, et vous, je pense que c’est dehors, non ? ».

1Point le plus froid de la planète, selon la NASA, après étude des relevés de satellites météo. La température moyenne y est de – 92°. C’était la minute de culture générale offerte par Funéraire Info.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.