Médias : Les contrats obsèques épinglés

0
529

Scandale, abusif, assureurs, obsèques. Voilà les quatre mots que l’on pouvait lire partout hier, des journaux télévisés à la presse papier, de la radio au webzine, revue de détails de la revue de presse.

Chronologie. L’affaire n’est pourtant pas nouvelle, d’ailleurs ça n’a pas vraiment étonné qui-que ce soit lorsque « l’affaire » est sortie. 60 Millions de consommateurs à réalisé une enquête et pointe du doigt huit secteurs de l’assurance obsèques.

Comme je le précisais l’affaire n’est pas nouvelle, Le Monde publiait en juin dernier une enquête et nous mêmes à Funéraire Info cet été, nous avions relayé sur les réseaux sociaux les dérives des contrats obsèques suite à des contrôles inopinés de la répression des fraudes.

De gauche à droite, les journaux donnent le même ton. Pour L’Obs les assureurs touchent le Jackpot et dénonce ce que 60 millions de consommateurs met en exergue c’est-à-dire le manque de revalorisation des contrats au fil des années. Il conclut sur le fait qu’à choisir son épargne pour financer réellement ses obsèques, rien ne vaut encore aujourd’hui, le livret A.

Pour Ouest-France, même discours, les chiffres parlent…Pour 4815 € déboursés 3838 € seront récupérés. Pourquoi cette décote ? Pour le journal il s’agit des frais ponctionnés par l’assureur au fil des années alors que le capital, lui, n’est pas revalorisé.

Le Parisien rappelle quant à lui qu’en 10 ans, ça n’est pas moins de  500 000 contrats obsèques qui ont été signés pour une somme qui s’élève à plus d’un milliard d’euros de cotisations annuelles. C’est un peu comme le viager plus le temps avant le décès est long et plus on perd de l’argent.

LCI est sur la même ligne et encourage ironiquement les assurés à mourir vite afin que le capital décès soit reversé en totalité et non pas amputé jusqu’à 40% de la somme initialement versée.

Marianne insiste également sur le fait que les lourdeurs administratives font parties des dérives du procédé et ne fait que rajouter ainsi du temps avant le versement de la somme.

Le Huffigton Post est quant à lui un peu résigné sur la question, en trouvant dommage que des personnes qui épargent afin de protéger leurs proches pensent bien faire alors que la réalité est tout autre. Il entame son article par cette citation de Jacques Brel « Mourir la belle affaire. Mais vieillir… ô vieillir. » …

Sur France Info, on réagit tôt et Bernard Spitz, le président de la Fédération française de l’assurance (FFSA) était l’invité de Jean Laymarie sur FranceInfo hier, jeudi 13 octobre

LIBERTÉ TRANQUILITÉ SÉRENITÉ Voilà comment titre le fameux article de 60 millions de consommateurs qui explique ce qui a été repris ensuite par les autres médias.

À Funéraire-Info nous nous sommes procurés ce Hors Série « Héritage et Succession » de 60 millions de consommateurs. Quatre pages sont spécifiquement dédiées à ce sujet avec en détail les huit assureurs pointés du doigts :

Aviva, Crédit Mutuel Assurances, La banque Postale, Crédit Agricole, Groupama, La Macif, Malakof Médérik et Mutac en ligne de mire. Le grand gagnant ? La Macif, avec son contrat « garantie obsèques » , les 4 000 versés sont reversés en intégralité avec une assistance considérée par le magazine des consommateurs comme étant fiable. En revanche, Malakoff Médéric est sur la dernière marche du podium.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.