Merde, ce n’était pas un cauchemar…

0
242

Voilà, ça fait 4 jours, la tuerie Charlie a bien eu lieue, ils sont morts, les connus, les moins connus, les inconnus.

Tous assassinés par deux abrutis illuminés par leur idéologie.

Et ce n’était que le début, il y a eu les prises d’otages, les autres morts.

Trois jours d’horreurs, de guerre civile, si un peu quand même. Trois jours où tu t’es posé des questions.

Trois jours où tu as serré les miches, pour toi, pour tes gosses, ta famille, tes amis.

Mais maintenant que c’est (presque) fini, il ne faut pas que tu oublies.

Faut que tu gardes les yeux ouverts.

Ben oui, parce que tu as mis un badge Je suis Charlie, parce que tu as défilé, tu as partagé des statuts sur les réseaux sociaux( bouge-pas, j’y reviens à cette merde), tu as été indigné, tu as été révolté, et c’est normal.

Seulement il y a plus d’indignés que de lecteurs de Charlie Hebdo, et ça c’est bien, c’est bien parce que d’un coup la France s’est souvenue de ce droit que notre pays possède, et que plein d’autre n’ont pas : LA LIBERTÉ D’EXPRESSION, juste ici, chez nous, tu peux dire ce que tu veux, tant que tu diffames pas trop, tu peux critiquer les élus, les institutions, le vedettariat, les religions, ta belle-mère, et même moi si tu es plus grand.

Ce n’est pas les mecs de Charlie qui ont inventé ça, non, c’est la grande tradition française, on a eu des types comme Daumier par exemple, et cela ne date pas d’hier…

On n’a pas le droit de tuer pour des idées.

Je ne vais pas revenir là-dessus, je me suis déjà exprimé le jour même.

Par contre plusieurs choses me tiennent à cœur, et me foutent la gerbe[1]

Je vais commencer par les réseaux sociaux, c’est bien pour faire le con, faire de la pub, causer aux copains. Mais avoue que quand même ça permet aussi à n’importe quelle raclure de bidet d’exprimer sa haine, sa bêtise, sa fourberie, et sa mesquinerie. N’importe quel abruti peut sous un pseudo bidon polémiquer, déverser son fiel, bien planqué derrière son clavier et son écran.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Puis tu as aussi, celui ou celle que tu connais, qui t’a déjà fait part de ses idées sur « ces gens-là, les sales gauchistes de ce torche-cul » qui d’un coup se découvrent une passion pour cet hebdomadaire. Twetter, Facebook et consort sont de bonne fosse à purin parfois.

Et des tombereaux de fumier malodorant, on en avant passer en trois jours… Je ne croyais pas l’homme aussi con parfois.

Mais point de vue pourriture, il y a eu pire, suffit de jeter un coup d’œil sur eBay et de vois les gus qui ont mis en vente les derniers N° de Charlie Hebdo. Tu vas me dire, et tu n’as pas tort, le plus pourri, ce n’est pas celui qui vend, mis le connard qui surenchérie, et tu as bien raison. Si ça se trouve, dans ce troupeau de vautours[2], il un gus qui m’a dit un jour, à moi croque-mort, de l’un de mes métiers, « vous n’avez pas honte de vous enrichir sur le dos des morts ? »…

Puis il y a ce grand débat : le Front national doit-il participer au rassemblement ?

Ben d’un premier abord, là c’est le lecteur de Charlie qui te cause, celui qui partage ses idées, la réponse c’est NON !

Non tout simplement parce que dans la vie faut garder les pieds droits dans ses bottes. Je t’explique, il y a quelques années, Charlie Hebdo a lancé une pétition pour dissoudre le FN, je le sais, je l’ai signée…

Donc logiquement hein, tu me comprends… Quel que soit ton bord, tu te dois de rester clair dans tes idées.

Mais surtout, je pense profondément que quelque soit l’idéologie politique, nous sommes tous touchés et que AUCUN parti politique ne doit être présent, la liberté d’expression elle appartient au peuple, pas aux gouvernants !

S’ils désirent rejoindre les rangs du peuple en colère, qu’ils le fassent, mais sans écharpes tricolores, sans être en tête de cortège, sans signe ostentatoire d’appartenance à un quelconque parti et surtout sans causer aux journalistes, qu’ils ne le fassent que pour eux.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Les 17 victimes de ce carnage auront servies, bien malgré elle à une chose, réveiller le peuple qui s’endormait sur ces acquis, et qui d’un coup se rend compte comme c’est fragile la liberté.

Vous tous qui êtes mort en ces trois jours sous la folie meurtrières de trois hommes endoctrinés, que vous soyez journaliste, flics, dessinateurs, correcteur, badaud, vous êtes des héros, tous, vous méritez certainement plus cette légion d’honneur[3] que les guignols télévisuels qui la ramassent de temps à autre. Vous et les flics qui ont œuvré pour la libération des otages.

Et je peux vous jurer que l’on ne vous oubliera pas, vous avez réveillé l’esprit libertaire de la France. Et aussi, une forme d’unité que l’on avait pas vue depuis longtemps et qui fait chaud au cœur dans ces moments de douleurs.

PS : Je travaille avec la mort depuis pas loin de 30 piges, mais je sais toujours pas ce qu’il y a après, si comme le disent certains, on se retrouve assis le cul sur un nuage à regarder ce qui se passe en bas, j’aurai aimé voir la gueule de Charb, de Cabu, de Tignous, d’oncle Bernard et de Wolinski quand les cloches ont sonné, puis que la marseillaise a été entonné…

Promis, dans 15 jours, je reviens plus poli et je parle d’un livre.

Sébastie Mousse

Atelier-Mosésu Merde, ce n’était pas un cauchemar…

[1] Désolé aujourd’hui j’ai rangé le Bescherelle et sortie de le dictionnaire d’argot de San-Antonio, je suis en colère…

[2] Si il y a des troupeaux de vautours, puis surtout, ce n’est pas vraiment le moment de me faire chier.

[3] Note aux mecs de Charlie Hebdo, c’est pour déconner, je sais que vous, votre rosette préférée ce n’est pas la légion d’honneur, hein, m’attendez pas là-haut pour me botter le cul.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.