Les métiers du funéraire : une grande famille

0
490
Jeu des sept familles
Rémi Malingrëy

Tu travailles dans le funéraire ? Oui…Mais encore ? Avant la fin du monopole « pompe funèbre » cela voulait dire « croque-mort ». Mais aujourd’hui ? De conseiller(e)s funéraires, à porteurs, à maître de cérémonie en passant par la thanatopraxie, la formation ou les commerciaux, vous êtes des milliers à travailler dans le domaine. Focus sur ces métiers du funéraire qui vous vont comme un gant.

Dans la famille Funéraire je demande : la mère

Le/a conseiller(e) funéraire, est sans doute l’un des métiers qui a le plus évolué. On peut parfaitement être conseiller(e) et en même temps maître de cérémonie, porteur, voire gérant(e) d’agence de pompe funèbre. Mais il est vrai qu’au fur et à mesure des années, le métier s’est spécialisée et surtout s’est professionnalisé.

Il faut avoir son diplôme de conseiller(e) en poche si l’on veut espérer être embauché par une agence de pompe funèbre. Pourquoi c’est important ? Parce qu’il ne s’agit pas simplement de vendre une prestation, ni d’avoir « une vocation » ou je ne sais quoi pour le genre humain. Il faut faire preuve d’empathie… mais pas trop, d’abnégation… mais pas trop, de sens commercial… mais pas trop. Bref un métier d’équilibriste qui est dans la mesure.

Métier qui, en se spécialisant a fini par se féminiser, pour ses qualités d’écoute que, personnellement je retrouve tout aussi bien chez un homme. Toujours est-il que l’on en demande plus au conseiller aujourd’hui car les besoins des familles évoluent. Plus question de s’occuper uniquement des obsèques à l’instant T, mais aussi de faire de la prévoyance via les contrats obsèques et donc de tenir un rôle de conseil.

C’est aussi un métier de l’après, qu’il s’agisse de marbrerie ou de gestion du deuil. De plus en plus rares sont les conseillers funéraires qui ne revoient les familles que pour le paiement des obsèques. Ils les conseillent également pour l’administration post-obsèques ou le lourd travail du deuil. Tant de choses à apprendre qui sont dispensées dans les différents organismes de formation.

Dans la famille funéraire je demande : le père

Le ou la directrice d’agence. Comme je le disais au-dessus, il se peut que ce poste soit totalement polyvalent, mais si une agence est importante ou s’il s’agit d’un groupe ou d’un réseau le poste est unique et particulier. Il allie à la fois les compétences du conseiller mais aussi la lourde gestion administrative, financière, les rachats, les partenariats, les fournisseurs, et bien sur la gestion du personnel.

Les décisions prises ont un impact direct sur l’image que l’on souhaite donner à sa pompe funèbre : low cost ? Proche des familles ? Réactive ? etc. Des responsabilités lourdes, dispensées également en centre de formation, métier qui est certifié par le diplôme de niveau VI. Même s’il est encore très masculin, cela n’est pas dû forcément au funéraire mais au parallèle que l’on peut faire dans la société entre le grade et le genre. Chef, dirigeant, etc. Mais c’est en passe de se modifier, les entreprises de pompes funèbres sont pour certaines encore très familiales et la relève féminine n’est jamais loin.

Lire aussi :  Présidentielle : cinq ans à l’Elysée, trois millions de morts

Dans la famille funéraire je demande : le grand-père

Les porteurs, qui sont également souvent maître de cérémonie, sont principalement des hommes. Pourquoi ? tout simplement parce que la loi désigne qu’une femme dans son exercice professionnel ne peut pas porter un poids excédant 25 kilos, même si l’on en voit de temps en temps, évidemment. À quatre, à deux, le porteur a une charge physique très lourde à gérer, et est en toute première ligne pendant la cérémonie. C’est vers lui que la famille se tourne, c’est à lui qu’elle s’adresse, ou au maître de cérémonie.

C’est un véritable chef d’orchestre qui doit allier une tenue irréprochable tant physique que psychologique car la famille va se souvenir de toutes les étapes des obsèques et ces étapes sont nécessaires au travail de deuil. Même si les porteurs sont souvent  vacataires -et ont un autre métier à côté- de plus en plus d’entreprises embauchent en CDI, une manière d’avoir ses employés à soi, un peu comme une marque de fabrique, et c’est aussi grâce à la formation. Auparavant les porteurs n’étaient pas formés mais de plus en plus aiment à se perfectionner en passant leur diplôme de porteur ce qui donne un plus à l’entreprise. Une manière aussi d’évoluer au sein de l’entreprise par la suite.

Dans la famille funéraire je demande : la grand-mère

Les maîtres de cérémonie, j’avoue ce sont mes petits chouchous ! Pourquoi ? Parce qu’ils écrivent rho évidemment mais pas que, ils doivent sans cesse se renouveler pour ne pas faire d’une cérémonie particulière pour chaque famille un banal copié collé du discours précédent. Très à l’écoute des familles, ils essaient de recueillir le plus d’informations possibles sur le défunt mais aussi sur l’assemblée réunie le jour là pour créer une interaction et faire de cette cérémonie un moment très particulier. Lorsqu’on interroge une famille c’est de la cérémonie qu’elle se souvient le plus, de la douceur et du tact du maître de cérémonie. Impassible et en même temps impliqué il est le pilier central des obsèques.

Dans la famille funéraire je demande : le fils

Il a tout intérêt à être costaud ! Avec son poste polyvalent, il creuse les fosses, coule les caveaux, assemble les monuments funéraires, je vous présente : le marbrier.

Ses connaissances s’étendent de la maçonnerie aux matières qu’il travaille, des matériaux les plus fins comme la feuille d’or aux outils dangereux qu’il manipule. Il grave, sculpte parfois, taille, poli… Son métier est peu mis en valeur, et pourtant il peut être à l’origine des plus belles « dernières demeures ».

Dans la famille funéraire je demande : la fille

C’est la petite dernière finalement, la plus jeune, au sens profession telle qu’on la connaît aujourd’hui. Évidemment si on parle d’embaumement elle aurait sans doute la carte arrière-arrière-arrière grand-mère. Hommes, puis femmes, ces dernières se sont petit à petit créé une jolie place au sein de la profession à tel point qu’aujourd’hui en formation il y a plus de femmes que d’hommes.

Lire aussi :  Mise en bière anticipée : savoir impliquer la famille dans la décision

Plus physique, plus spécialisée, plus technique, elle est aussi plus longue à son apprentissage. Savoir médical, savoir rituel, savoir technique et organisationnel, la formation est lourde en théorie et en pratique où 100 soins sont à faire avant de pouvoir passer le fameux diplôme dispensé par le ministère de la santé. Protégée par un numerus clausus qui fait débat, elle est aussi, même si c’est une profession de l’ombre, sous le feu des projecteurs car elle est souvent soumise à de nouvelles règles en termes d’hygiène et de pratique.

Dans la famille funéraire je demande : le cousin

Oui parce que voyez-vous, mon jeu est issu d’une grande famille qui s’agrandit au fur des années. Le commercial, -qui n’est donc pas propre au milieu du funéraire- est pourtant une partie non négligeable. Par commercial j’entends aussi fournisseurs et distributeurs. Un métier / des métiers très complexes car le milieu du funéraire est sans cesse montré du doigt pour son aspect pécuniaire, or c’est grâce au talent de créateurs qui innovent par des urnes, ou des pierres tombales par exemple, et au savoir-faire des commerciaux que les pompes funèbres disposent aujourd’hui d’un panel de plus en plus grand et représentatif pour offrir aux familles un choix en accord avec leurs besoins.

Dans la famille funéraire je demande : la cousine

Je vous en parle depuis tout à l’heure : la formation. Aujourd’hui il est possible d’être formé dans tous les domaines du funéraire. Elle est un peu la base de l’entonnoir au bout duquel va ressortir des spécialités. Être formateur ce n’est pas seulement connaître le métier, c’est surtout connaître la pédagogie pour la transmettre. Faire de néophytes, des professionnels en devenir, leurs donner confiance en soi, et leur apporter les premières clés d’un trousseau qu’ils vont étoffer par la suite avec leur propre expérience de terrain.

Dans la famille funéraire je vous présente les copains et les copines, les voisins et les voisines : les granitiers, les dessinateurs industriels, les concepteurs de crématorium, les gestionnaires de créma, le personnel d’état civil, les agents d’amphithéâtre, les créateurs de logiciels, la prévoyance funéraire, les artistes, les chercheurs, les associations de deuil.

Je nous présente  aussi, les rédacteurs, à votre service, pour mieux mettre chaque jour en lumière les facettes multiples, colorées et variées de votre profession. La plus belle des familles, celle à laquelle je souhaite de très belles fête de Pâques.


Pour aller plus loin :

Nova Formation : http://www.formations-funeraires.com/

Effa formation : http://effa-formation.com/

Confédération professionnelle des métiers du funéraire : http://www.cpfm.fr/

Fédération française des pompes funèbres : http://www.federationpompesfunebres.com/

l’ENAMEF : http://www.federationpompesfunebres.com/presentation-enamef/siege-ecole-enamef/

ROC ECLERC ACADEMIE : http://www.roc-eclerc-academie.com/

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here