Momie des mers : le skipper allemand était déjà mort en janvier

1
441
(capture site Clipperroundtheorld.com)

Deux versions. Dix jours après la découverte en mer du corps momifié d’un navigateur allemand, décédé selon l’autopsie une semaine avant d’une crise cardiaque sur son voilier, on apprend qu’un équipage d’une course au large avait déjà découvert le cadavre, avant de poursuivre leur traversée. C’était le 31 janvier.

Celui que l’on a identifié comme étant Manfred Fritz Bajorat (59 ans) a été trouvé face à la radio, couché sur une table à cartes de la cabine de son yacht à la dérive dans le Pacifique, non loin des Philippines. Le cadavre était momifié. Il aurait succombé à une crise cardiaque. Dans cet espace réduit, prenant l’eau, se trouvaient encore des vêtements, des vivres, des albums photos.

Ce sont deux pêcheurs qui ont accosté. Le bateau était démâté. Veuf après le décès de son épouse, le défunt s’était lancé dans un tour du monde à la voile l’an dernier. Il l’avait annoncé alors à un ami.

Donc, à en croire l’enquête de la police philippine, la mort remonterait à la mi-février. Et de fait, une momification dans un délai aussi brève est tout à fait possible, compte tenu des conditions climatiques et de la position du corps. Mais un communiqué publié mardi dernier relance l’enquête, et vient contredire les conclusions de l’enquête de police. Il émane des organisateurs de la « Clipper Round the World Race », une course autour du monde par étapes et en équipages.

Selon ce texte, qui est accompagné de photos, un des concurrents engagés est tombé sur l’épave de 13 mètres à la dérive le 31 janvier à 6h24, soit presque un mois avant sa « découverte ». C’était à près de 870 kilomètres à l’ouest de Guam, territoire américain. Un membre d’équipage a nagé et est parvenu à monter à bord, pour trouver le corps déjà en « décomposition avancée ». Les gardes-côtes américains ont été alertés, de même que l’ambassade allemande à Londres qui s’est mise (selon les organisateurs) en relation avec la police.

Lire aussi :  Crématorium, inhumation avec son animal, cimetière…News du 31 mai 2018

Expliquant qu’ils prenaient le relais, les gardes-côtes américains de Guam ont autorisé le voilier en course à reprendre son trajet. Et puis rien. Les organisateurs expliquent ne pas avoir communiqué de leur côté « par respect » et ne pas « alarmer inutilement » la communauté nautique. L’épave et son occupant ont donc dérivé encore pendant 25 jours, parcourant plus de 1.000 kilomètres, emportant avec eux leur lot de mystères.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here