La mort cancre : au fond, près du radiateur

0
390

Les gens, à l’église, qui viennent assister à des obsèques, on peut pas les tuer, quand même, si ? Ne me tentez pas.

vieille-malfaisante-300x300 La mort cancre : au fond, près du radiateurJe vous explique mon, enfin notre, à nous les croque-morts, je me fait l’avocat de la profession, problème. Si l’on prend la disposition de l’assemblée dans une église, on a : la famille, assise aux premiers rangs, juste derrière elle, parfois à côté, les ami(e)s proches, les intimes, puis derrière, les mais plus éloignés, les voisins, les relations, etc…

Non. Faux, vous n’y êtes pas.

On a effectivement sur les premiers rangs la famille, puis les amis intimes, proches, etc… Puis on a une dizaine de bancs vides, et ensuite les voisins, relations, etc… Etc…

Il n’y a rien de plus inesthétique qu’une large rangée de bancs vides dans une cérémonie. Même les jours de grande foule, on dirait qu’il n’y a personne. Quel intérêt alors de venir à des obsèques ? Pour le mort ? Il s’en fout, lui. Soit il n’y a rien, et il n’est pas au courant que vous êtes la, soit le paradis existe, et il est sûrement occupé à prendre ses quartiers. Entourer la famille et les proches ? Il serait préférable, dans ce cas, de ne pas se comporter avec eux comme s’ils agitaient les crécelles des lépreux.

Mais alors, que faire ? Des signes frénétiques, accompagnés de cris terrifiants venus du plus profond de la partie animale du croque-morts, vont enjoindre à l’assistance ainsi éloignée à s’approcher, en vain. Ou presque.

Timidement, quelques uns vont se lever pour venir s’asseoir cinq rangées devant, laissant encore cinq autres bancs entre eux et les pestiférés, pardon, la famille.

Syndrome du cancre dans toutes sa splendeur. On s’assied au fond près du radiateur. Sauf que dans l’église, il n’y a pas de radiateur.

Bref. Le pékin moyen va rester assis la, au fond d’une église qu’il emplit de vide, en ignorant aussi ostensiblement que possible le croque-morts qui lui fait des signes véhéments. Imbu de lui-même, il va ainsi, imbu de sa petite personne, contribuer à faire une cérémonie laide, montrant ainsi son manque de respect du défunt, son mépris de la famille en deuil de celui-ci, et sa crétinerie puisqu’il n’a aucune bonne raison de créer ainsi un groupe compact de moutons antisociaux. Oui, parce qu’il ne va pas seul, au fond de l’église. Il y va en groupes compacts de quelques individus.

Une fois, j’ai failli frapper.

C’était une petite cérémonie, il n’y avait pas beaucoup de famille, mais, disséminés de ci, de la, il y avait des voisins, des gens qui étaient venus, on ne sait trop pourquoi, puisqu’ils se tenaient à une distance, certes respectable, mais fortement irrespectueuse du centre des opérations.

Comme d’habitude, je leur enjoignis d’approcher, et personne ne bougeait. Je leur expliquait qu’ils étaient venus entourer le défunt et sa famille de toute leur affection, et que la cérémonie serait plus belle si ils se groupaient tous ensemble. Émus, du moins je l’espère, par mon petit discours, certains commençaient timidement à se lever. C’est alors que je vis les trois petites vieilles. Des harpies, le genre qui venait commérer à tous les enterrements pour cancaner sur le choix du cercueil, la jupe trop courte de la petite fille, etc… etc… L’une d’elle, qui semblait être la chef, leva ses petits yeux malfaisants vers moi, et dit d’une forte et intelligible voix « Non, on est bien, ici ».

Tout le monde, soudain soumis à la voix de ce démon gériatrique, là, au sein même de la Maison de Dieu, se rassis, et c’en fut fini de mes efforts.

C’est pour ça que j’aime les cérémonies civiles. La, devant tout le monde, au micro, je ne demande pas aux gens de se rapprocher. Non. Je leur dit de le faire, puis je les fixe jusqu’à ce qu’ils se lèvent et se rapprochent. La cérémonie ne commence pas tant que tout le monde ne s’est pas mis exactement ou je leur dit de se mettre. Le pied.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.