Mort de l’ancien sénateur et fidèle de Mitterrand, Claude Estier

1
214
Claude Estier

Le journaliste, ancien eurodéputé, sénateur socialiste, Claude Estier qui a aidé François Mitterrand à fonder et dirigé pendant le premier septennat de ce dernier, l’hebdomadaire du PS « L’Unité », est mort des suites d’une maladie à l’âge de 90 ans d’après plusieurs sources ce jeudi.

Claude Estier, l’ancien sénateur, ancien président du groupe socialiste au Sénat, proche de François Mitterrand, et responsable de l’hebdomadaire du PS qui a mené simultanément une carrière dans la politique et dans la presse, est décédé le 10 mars 2016 à l’âge de 90 ans.

Pendant le premier septennat de François Mitterrand, le député Claude Estier a siégé à l’Assemblée nationale de 1967 à 1968 et de 1981 à 1986 et a dirigé l’hebdomadaire « L’Unité » du PS. Il a également été député européen et a siégé au Parlement Européen de Strasbourg de 1979 à 1981, et sénateur de Paris de 1986 à 2004. De 1971 à 1989 et de 1995 à 2001, Claude Estier était conseiller de Paris. De 1986 à 2004, pendant près de vingt ans, il était au Sénat après être au Conseil régional d’Ile-de-France de 1984 à 1986.

Claude Estier s’est investi en tant que responsable des relations internationales dans la campagne de Lionel Jospin pour la présidentielle de 2002 avant de prendre sa retraite politique la même année.

Claude Hasday Ezratty, connu sous le nom de Claude Estier, fils d’un commerçant, né dans le 17e arrondissement de Paris le 8 juin 1925, est un homme politique français diplômé de Sciences-Po et journaliste. Il a rejoint à l’âge de 17 ans les résistants de la région lyonnaise. Il adhère à la SFIO (l’ancêtre du PS) après avoir découvert, grâce au philosophe Maurice Merleau-Ponty, le marxisme, à la Libération.

Lire aussi :  Lyon, OGF et la FRAPNA signent une convention biodiversité sur les cimetières

Claude Estier qui s’est lancé dans le journalisme a participé au lancement de « Nouvel Observateur » après celui de « L’Observateur ». Puis, il dirigea entre 1958 et 1964, la rédaction de « Libération » après être passé par « Le Monde » entre 1955 et 1958. Hélas, la maladie l’a tué le 10 mars 2016.

Daniel Vaillant, l’ancien ministre PS en lui rendant hommage, s’est déclaré être bouleversé par la fin d’un compagnonnage de cinquante ans, la perte d’un père en politique qui est également le père de trois filles. Dans un communiqué, le groupe PS au Sénat de son côté a noté que Claude qui a marqué le groupe socialiste de son empreinte et le Sénat, était apprécié pour son humour, sa grande humanité et son sens inné de rassemblement.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.