Nécrologie : Le Gorafi, c’est fini, la vérité est ailleurs

1
600
La vérité est une chose dangereuse. Un des seuls grands médias réellement indépendants et soucieux de révéler au peuple ce qu’on ne veut pas que vous sachiez, tire sa révérence. Forcé ?

C’est par une page d’accueil blanche, sur laquelle est sobrement inscrit « le Gorafi, c’est fini » que l’on apprend la disparition de ce média à succès.

La vérité est une chose dangereuse, et nos gouvernants, tous membres d’une société secrète qui se donne pour objectif de peindre des yeux dans des triangles partout, ce qu’ils cherchent, bien entendu, à cacher, ont donc eu la peau du Gorafi. Hormis ces quelques mots, plus aucun signe de vie de la rédaction. Ont ils été éliminés ? Emprisonnés dans la base secrète du nouvel ordre mondial sur la face cachée de la Lune ? Nul ne le sait.

Seules les équipes du Gorafi ont eu le courage de porter la vérité et de la jeter comme un camouflet à la face du monde. Aucun sujet ne leur avait échappé. La société, comme ce fan de tuning qui cherchait une femme assortie à sa voiture. La religion, puisque le Gorafi avait annoncé en exclusivité que le Vatican avait découvert un athée pourvu d’une âme. Les préjugés, avec cette interview exclusive de l’ami noir des racistes.

Le Gorafi avait dénoncé, sans relâche, ce type qui avait trouvé un job dans une entreprise sans piston, cet autre qui avait osé chanter juste à un karaoké. Le Gorafi, c’était aussi des bonnes nouvelles, comme l’annonce exclusive que Jo-Wilfried Tsonga avait obtenu une place pour la finale de Roland-Garros (rang D, place 23), qu’Angelina Jolie s’était offert un nouvel enfant pour la fête des mères, ou que le groupe Tragédie s’était enfin rendu aux autorités.

Ne reste plus aujourd’hui que les médias du système. Ces derniers, ils est vrai, publient des informations importantes : Manuel Valls transpire quand il fait chaud pendant ses discours, Kanye West veut être candidat à la Maison Blanche, Clara Morgane va être maman (on est content pour elle, elle a fait de nombreuses tentatives, souvent même en public, jusqu’ici restées vaines), Yann Moix fait remarquer à Emmanuel Moire une faute d’orthographe sur son CD…

Ne reste donc que Funéraire Info pour porter l’ultime vérité : les gens meurent. Et nous continuerons de le dire malgré les pressions des extraterrestres reptiliens qui nous gouvernent.

Guillaume Bailly

PS : ceux qui vous diront que c’est une blague font eux aussi certainement partie du complot. Méfiez-vous !

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.