Nécropoles étrusques de Tarquinia et de Cerveteri

0
583
Nécropoles de Tarquinia — peintures murales

Les deux grandes nécropoles conçues comme des villes étrusques et qui comptent parmi les plus anciennes de la région constituent l’unique témoignage de la civilisation d’Étrurie.

Divers types de pratiques mortuaires entre le IXe et le Ier siècle avant J.-C caractérisent ces deux grandes nécropoles étrusques et cette civilisation urbaine du nord de la Méditerranée, classés parmi les plus beaux témoignages du monde étrusque. Surmontées d’impressionnants tumuli et taillées dans la roche, certaines tombes du site sont gigantesques. Si certaines se distinguent avec de peintures murales remarquables, bon nombre d’entre elles sont composées de bas-reliefs.

Des milliers de tombes proches de Cerveteri, de la nécropole, connue comme Banditaccia ont été conçues selon un plan quasi urbain, avec des rues, des quartiers et petites places. On y trouve différents types de tombes qui constituent l’unique témoignage, que l’on nous a fait, de l’architecture résidentielle étrusque. Certaines sont taillées dans la roche en forme de maison ou cabane avec des détails somptueux architecturaux, tandis que d’autres sont creusées et tranchées dans le roc, tumuli.

Monterozzi, appelé aussi la nécropole de Tarquinia dont les plus anciennes remontent au VIIe siècle av. J.-C., comporte 6 000 sépultures creusées dans la roche, et qui sont célèbres pour ses 200 tombes peintes.

Les nécropoles de Cerveteri et Tarquinia représentent l’œuvre du génie concepteur humain. Les peintures murales de grande taille des nécropoles de Tarquinia qui sont exceptionnelles par leur contenu et par leurs qualités, révèlent les aspects des croyances religieuses, de la mort et de la vie des anciens Étrusques, tandis que dans un contexte funéraire, Cerveteri présente les mêmes conceptions architecturales et le même urbanisme que dans une ville ancestrale.

Lire aussi :  Lyon, OGF et la FRAPNA signent une convention biodiversité sur les cimetières

Les deux cimetières constituant un indice exceptionnel et unique de la civilisation étrusque ancienne, seul type de civilisation disparue de l’Italie urbaine préromaine, à part la description de la vie quotidienne sur les fresques des tombes dont la plupart sont des répliques des maisons étrusques sont un témoignage unique de cette culture disparue.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.