Norme 2018 : les crématoriums jouent-ils avec le feu ?

0
780
Four de crématorium inspection
La norme 2018 pour les filtrations de crématoriums : où en est-on ? Revue de détails avec quatre grands du funéraire, aux opinions contrastées.

En effet, certains bruits courent, selon lesquels un certain nombre, pour ne pas dire un nombre certain, de crématoriums, ne seraient pas prêts lors de la date d’application de la norme. Si à Funéraire Info, nous ne publions pas de rumeurs, en revanche, nous n’hésitons pas à demander leur avis d’expert à des personnalités compétentes.

Jean-Antoine Gourinal, directeur des crématoriums et de l’environnement au sein OGF

« Au sein du groupe OGF, nous sommes prêts : soit les crématoriums dont nous avons la charge sont déjà équipés des filtres aux normes 2018, soit les travaux sont planifiés. Certains endroits peuvent prendre plus de temps que d’autres : tout dépend de la forme du contrat de gestion, des acteurs impliqués, il n’y a rien d’anormal à cela. Donc le groupe OGF sera prêt lors de l’entrée en vigueur de la norme 2018. »

Philippe Gentil, président du groupe Funecap et de l’UGCF

« Au sein de Crématoriums de France, nous seront prêts, nos crématoriums sont déjà équipés, ou en cours. Concernant l’UGCF, nos adhérents sont sensibilisés au sujet. Ils en sont à des stades différents les uns par rapport aux autres, mais tous ont conscience de l’imminence du délais. »

Philippe Gentil précise : « Je pense que l’entrée en application sera souple : si un crématorium n’est pas équipé, mais que les travaux sont planifiés, il ne sera pas fermé. Des élus locaux m’ont certifié qu’ils s’y opposeraient. Imaginez, un préfet prendrait la responsabilité de suspendre l’exploitation d’un crématorium, privant tout un territoire de ce service ? Je l’imagine mal expliquer ce genre de décisions à la population, si le gestionnaire a fait montre de bonne volonté. » et s’il a fait montre de mauvaise volonté ? « Difficile, là encore, à imaginer. Les gestionnaires de crématoriums sont des gens responsables ».

Lire aussi :  Pétition contre le crématorium de la Villette …l’actualité du 17 mai
Corinne Loiodice, présidente de l’Union du pôle funéraire public et des PFI de Grenoble

« Aujourd’hui, la moitié environ des crématoriums adhérents à l’UPFP sont équipés, et les autres sont en cours. Il y a un délai d’attente auprès des fournisseurs, confrontés à de nombreuses demandes, puis pour la réalisation de la mise aux normes elle-même ». Combien de temps ? « Impossible de répondre à cette question, il y tellement d’équipements et de situations différentes, ce sont autant de cas particuliers. Il faut compter en mois ».

Corinne Loiodice ne partage pas la confiance de ses confrères sur l’indulgence à la mise en œuvre de la norme « C’est une décision dont nous sommes au courant depuis 2010. Et même si nous avons eu le temps de nous y préparer, et d’attendre éventuellement la sortie d’un matériel plus performant pour lancer les travaux, il faut tenir compte du délai de mise en œuvre. L’écologie, l’émission de particules dans l’atmosphère, le changement climatiques, tout ces sujets sont aujourd’hui sur le devant de la scène. Et même si je ne suis pas convaincue que les crématoriums soient responsables d’une pollution très importante, l’application de cette décision sera, selon moi, stricte. Les autorités auront le désir de montrer leur fermeté en la matière. »

Corinne Loiodice ne partage donc pas la sérénité générale « Dans l’intérêt des familles, j’espère me tromper ».

Les liens :
Le groupe OGF
Les Pompes funèbres Pascal Leclerc (groupe Funecap)

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here