Obsèques : tous égaux devant la Mort ?

2
617

Selon que vous serez puissant ou misérable, l’égalité devant la faucheuse sera remise en cause. C’est la réalité, la triste réalité, des faits. Triste ? Triste. En ces temps ou l’égalité devient un objet de quête universelle, interrogeons nous sur l’égalité devant le deuil.

Cas de figure

egalite_web-300x218 Obsèques : tous égaux devant la Mort ? J’ai eu l’occasion de vivre « de l’intérieur » l’histoire d’un petit jeune qui avait eu un accident de la route, et que deux thanatopracteurs avaient passé la journée à rendre présentable. Ils s’en étaient sortis pour une facture à quatre chiffres. Forcément, il faut en avoir les moyens.

Et là se pose donc la question de l’égalité. Des parents dont le répondant financier n’aurait pas été à la hauteur de la tâche, soit n’auraient pas pu voir leur fils, soit auraient gardé pour dernière image celle de son corps méconnaissable, portant les stigmates de l’accident.

L’on pourra donc en conclure que la « qualité » du deuil est directement proportionnée à la talle du portefeuille de l’endeuillé.

Que faire, alors, pour remédier à cela ? Est-ce possible ?

Dans le premier cas de figure, celui dans lequel nous nous trouvons actuellement, chacun fait en fonction de ses moyens. Tous dépend donc du volume d’argent qu’on a sur son compte en banque, et le cas échéant, de la qualité de son interlocuteur funéraire. Certains, votre serviteur le premier, font ce qu’ils peuvent pour améliorer au maximum la situation, n’hésitant pas à aller jusqu’à sacrifier leur bénéfice, moitié par humanité, moitié par opportunisme. Par humanité parce que, jour après jour, l’on se rend compte qu’aucun deuil ne laisse indifférent, et qu’il est totalement impossible pour un assistant funéraire de se dégager complètement de ses sentiments, si l’on en avait depuis le début. Par opportunisme, puisque je préfère que l’on parle de moi comme d’un professionnel à l’écoute et gentil, plutôt que comme d’un bon commerçant. Cette réputation attirera plus de clients à l’avenir.

Charité cynique

Liberté_Egalité__Fraternité_ou_la_mort-201x300 Obsèques : tous égaux devant la Mort ? Cynique ? D’une certaine manière, oui. Si ça ne tenait qu’à moi, j’aiderai tout le monde. Hop ! le soin de conservation, c’est cadeau, ça me fait plaisir. Vous n’avez pas les moyens de vous payer un avis de presse ? Allez, c’est pour moi, j’y tiens. Le maître de cérémonies, c’est cher ? Je le ferai bénévolement.

Beau et généreux, certes, mais je n’en reste pas moins salarié d’une entreprise qui a des charges à payer, et nos créanciers ne font pas de cadeaux. Alors faire mon travail de la façon la plus qualitative et la plus humaine possible, d’accord, mais faire aussi en sorte de le garder, ce travail. Et « Une société d’excellente réputation en dépôt de bilan » n’a pas tendance à garder ses salariés.

Pardon pour cet aparté.

La seconde et la troisième solution, quelque part, se rejoignent dans un esprit totalitaire qui a tendance à me déranger quelque peu. Elles consisteraient respectivement à mutualiser les ressources, ou bien à interdire ces pratiques.

Imaginons un législateur qui, partant du principe que tout le monde n’a pas les moyens de se les offrir, interdirait les reconstructions faciales, par exemple, en cas d’accident ou de toute mort brutale (suicide par arme à feu, par exemple). Ce serait juste pour ceux qui n’en ont pas les moyens, mais est-ce que ce serait une consolation ?

« S je ne peu pas voir le corps de mon cher disparu, alors les autres non plus. » serait une forme de l’Option Massada.

Option Massada

massada-300x164 Obsèques : tous égaux devant la Mort ?
Le Mont Massada

L’Option Massada est une rumeur, une forme de légende urbaine, qui a pris naissance quelque part entre la guerre des Six Jours et la dotation par Israël de l‘arme nucléaire. On a prétendu qu’un général aurait proposé, si les pays Arabes semblaient devoir vaincre et envahir Israël, de tirer leur arsenal nucléaire sur leur propre pays. Brûler la Terre Promise plutôt que de s’en laisser spolier. Rumeur idiote, bien entendu. Arthur C Clarke y faisait référence dans un de ses romans de science-fiction, et il a été soupçonné d’avoir créé lui-même cette histoire, par inadvertance.

Mais cette option Massada appliquée au deuil des familles aurait un côté totalitaire et dégagerait une philosophie, paradoxalement, stigmatisante, pour employer un mot à la mode, et punitive. Cela n’équivaudrai-t-il pas à refuser au défunt des gens aisé un peu de mieux, tout simplement parce que précisément ils ont les moyens de s’offrir ce mieux ? En d’autres termes : punir la réussite parce qu’elle n’est pas universelle ?

Imaginons à présent le même législateur qui, partant du principe de la sécurité sociale, attribuerait aux obsèques une sorte de forfait universel, en réglementant les tarifs du croque-morts. « Chacun aura 2000 euros pour se faire enterrer, le choix entre deux cercueils, un pour l’inhumation, l’autre pour la crémation, et basta ! »

Oui, ce serait amusant qu’au moins une fois, dans l’arsenal des lois que notre démocratie déploie, un article puisse se terminer par « et basta ». A ceci s’ajouterait une « prime » couvrant, ou non, les « incidents », tels qu’un défunt défiguré par une mort brutale.

Uniformité pour tous

Ce principe, qui n’est pas idiot, soulèverait pourtant plus de problèmes qu’il n’en poserait. Il présupposerait, déjà, pour le consommateur, puisqu’il s’agit bien, dans tous les cas, d’un consommateur dans un modèle économique, un frein brutal dans sa liberté de choix, une limite de la personnalisation, et surtout finalement, la perte d’une possibilité, par ailleurs largement sous-utilisée (parce qu’étouffée par beaucoup de sociétés de pompes, soyons francs), la possibilité de faire jouer la concurrence.

On aurait, finalement, le choix entre inhumation ou crémation, civil ou religieux, en somme, un retour aux pompes funèbres de papa, trente ans en arrière. Non seulement cela, mais à partir du moment ou l’on mettrait le doigt dans cet engrenage, comme nous avons vu des exemples en d’autres domaines, on pourrait dériver vers une série de mesures dirigiste, systématisant par exemple la crémation ou au contraire l’interdisant, pur tout un tas de raisons religieuses, philosophiques, ou économiques.

A ce propos, mais j’y reviendrai dans des articles ultérieurs, les avantages de la crémation par rapport à l’inhumation, idées reçues : non, une crémation n’est pas systématiquement moins chère qu’une inhumation. Non, elle n’est pas moins horrible, dans l’absolu, puisque cela semble préoccuper certains : certes, les vers vous picorent, et ça peut être vomitif lorsqu’on y pense, mais si je vous racontai une crémation, vous feriez moins les malins.

La revanche du bakchich

D’autant plus que, dans le cas de figure d’un forfait obsèques unique, des milliers de cerveaux se mettraient à plancher sur les contournements et passe-droits possibles. Ou l’on se retrouverait avec des mutuelles obsèques pouvant proposer un cercueil plus haut de gamme, par exemple, à ceux qui auraient les moyens de payer leurs cotisations. Les riches, donc.

Ce qui reviendrait a créer un système légèrement plus cynique : de familles désemparées cherchant juste à faire leur deuil sans arrières pensées, l’on se retrouverait avec un système bien hiérarchisé de classes sociales jusque dans l’anticipation du trépas. Ce qu’on pardonne à des gens en deuil, serait il aussi tolérable pour des gens bien vivants assurant leur confort ?

Alors, l’égalité devant la mort ? Dans l’absolu, oui, si l’on considère que nous sommes tous mortels. Egaux devant le deuil ? Non, certes. Mais est-ce que ce système pourrait être corrigé sans changer la société, voire même les fondements de la civilisation, dans son ensemble ? Et nous posons nous les bonnes questions, en rejetant systématiquement la faute des injustices sur ceux qui ont réussi, plutôt que de se demander pourquoi d’autres échouent ?

Ou est-ce que l’injustice ne serait pas une simple forme de perception de la nature humaine, inhérente à elle ?

2 COMMENTAIRES

  1. J’avais également pensé plusieurs fois à la question. La « solution » la plus logique pour moi serait que toute personne ait un contrat obsèques, et dès le plus jeune âge.
    Sans passer par une obligation légale cependant. Malheureusement la mort restant trop occultée, qui pense à souscrire à un contrat obsèques pour son enfant? (Il parait que ça se fait un peu dans les DOM). Mais les cotisations seraient intéressantes puisque la personne est jeune, permettrait une revalorisation du contrat encore plus intéressante aussi. Conclusion: conseillers funéraires parlez-en et contrats-obséquez!

  2. De mon côté j’avais pensé à la « solution étatique », puisque naître est un droit remboursé par la sécu pourquoi pas la mort ? pas les offres diverses et variées mais au moins l’inhumation ou la crémation, se serait déjà ça se prit. Néanmoins cela susciterait une dépense considérable de l’état et une mutualisation forte des contribuables, on en reviendrait donc au même.

    Pour autant il me semble qu’une partie au moins devrait être obligatoire, une part dans les cotisations sociales qui serviraient aux obsèques.
    On paie pour les naissances, les retraites et pour les cures de certaines personnes qui n’en ont pas besoin. Alors oui, pourquoi pas la mort ? Eh bien les réponses sont simples, d’une part parce que la mort reste quelque chose dont personne ne veut parler et encore moins au plus hautes sphères de la société. Et d’autre part, parce qu’en France dès qu’on veut changer quelque chose, tout le monde râle, avant même de savoir ce qui l’en est !

    Mais oui la solidarité face à la mort, pour moi, c’est ça la solution. La mort, si elle touche de façon individuelle dans les faits, les rites n’en sont pas moins collectifs pour autant.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.