OGF et Ontario Teachers, réaction de Jean Ruellan

0
1044
Jean Ruellan
Un nouvel investisseur est entré dans le capital d’OGF : Ontario Teachers, qui détient désormais 30 pour cent des parts du numéro un français. Jean Ruellan, Directeur du Marketing et de la Communication du groupe, répond à nos questions.
De la rumeur à la réalité

De quelle opération s’agit-il ? « C’est une opération d’entrée au capital d’un actionnaire minoritaire. Ontario Teachers détient désormais 30 % du capital, avec la volonté , de monter jusqu’à 40 %, et Pamplona reste l’actionnaire majoritaire ». Jean Ruellan précise « Ontario a choisi OGF pour faire un placement sécurisé et devenir un partenaire sur le long terme. C’est une société qui a fait montre dans son histoire de prudence et de discernement, leur entrée au capital d’OGF est un signe manifeste de la bonne santé de l’entreprise ».

La rumeur courait depuis le début de l’été à la rédaction de Funéraire Info « Et nulle part ailleurs » précise Jean Ruellan, qui, gentleman et fair play, ne cherche pas une seconde à connaître le secret de nos sources « L’opération a été menée par une équipe réduite, menée par Philippe Lerouge».

Cet été, Funecap a racheté Roc-Eclerc, la concomitance des deux opérations est-elle un hasard ? « Oui » répond sans hésitation Jean Ruellan « Lorsque les discussions ont commencé avec Ontario Teachers, d’ailleurs, nous ignorions alors tout du rapprochement de ces deux sociétés. Et OGF a de toutes façons toujours été gouverné par sa stratégie propre, et non en fonction de nos concurrents, même si nous tenons bien entendu compte de la réalité du marché ».

La grande continuité

L’arrivée d’Ontario Teachers au capital d’OGF ne sonnera pas l’heure de la révolution. « Il n’y aura aucun bouleversement » explique Jean Ruellan, « Ontario est entré au capital d’OGF justement parce qu’ils sont convaincus, comme nous, que la stratégie mise en place est la bonne. Le résultat de l’exercice 2015 montre d’ailleurs qu’elle porte ses fruits ».

La stratégie est donc maintenue. « Nous avions mis en place, je vous en ai d’ailleurs entretenu lors d’une précédente interview, un plan quinquennal de 200 millions d’euros appelé Dynamic 2018. A ce jour, il s’est mis en œuvre plus vite que prévu, puisque nous avons déjà investi 90 millions, et nous remettons en place un plan sur cinq ans, d’un montant qui pourrait atteindre également 200 millions. Nous l’avons appelé Dynamic 2020, pour souligner que Dynamic 2018 était une réussite et que le nouveau en constitue la continuité ».

La stratégie à venir du groupe OGF est en partie basée sur les acquisitions « Le funéraire est un marché atypique, très morcelé, et il est appelé, dans les années à venir, à se concentrer. Une part importante des investissements sera basée sur le développement externe ».

Philippe Lerouge à la barre

Ce qui frappe, c’est que Philippe Lerouge est, après 16 ans et de nombreux mouvements dans le capital d’OGF, toujours bien là, et semble indiscuté. Quel est son secret ? « Si je voulais faire simple et direct, je dirais qu’il reste en place parce qu’il est bon. Mais vous trouveriez sans doute ma réponse un peu courte » précise Jean Ruellan avec une pointe d’humour « Philippe Lerouge a pris la direction du groupe lors d’une période très agitée dans le funéraire, il a su le mettre sur les rails de l’après-monopole, et le conduire de succès en succès. De plus, il a une capacité à s’adapter qui lui a permis de travailler avec chaque actionnaire. Et surtout, ce n’est pas juste un financier, Philippe Lerouge connaît les métiers du funéraire, et ça fait toute la différence ».

Pour être un peu provocateur, on peut demander à Jean Ruellan si les morts français paieront les retraites des professeurs canadiens. Question qui provoque un franc éclat de rire « Non, on ne peut pas dire ça. On peut en revanche dire qu’OGF, c’est 5500 salariés en France, des emplois, y compris industriels, puisque nous avons deux usines, sur le territoire, et donc, 5500 familles qui vivent grâce au groupe. Partant de là, qu’un investisseur qui apporte un capital pour rendre cela possible en récupère les fruits, ça n’a rien d’anormal. »

Message au salariés

Quel message Jean Ruellan souhaiterait-il faire passer aux salariés du groupe, justement « Que tout va bien, et que l’arrivée de Ontario Teachers’ est une excellente nouvelle. C’est un investisseur qui cherche un partenariat sur du long terme, qui est entièrement tourné vers un développement et une pérennisation de la société, et en aucun cas un spécialiste du coup financier. Il y a donc tout lieu de se réjouir, notre entreprise séduit, et il y a de quoi en être fier ».

[quote_box_center]

Lire aussi :  AdVitam, comment se faire rembourser les frais d’obsèques ?
Le site internet d’OGF est ici
Le site internet d’Ontario Teachers est ici

[/quote_box_center]

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.