OGF, interview exclusive de Philippe Lerouge

0
8274
Philippe Lerouge
Philippe Lerouge, Président-directeur général d'OGF. Crédit photo Carlos Ayesta

En cette veille de Toussaint, nous avons la joie d’interviewer Philippe Lerouge, Président-directeur général d’OGF. Un homme fuyant habituellement les médias, dont la parole est rare. Interview exclusive!

Funéraire-Info : M. Lerouge, bonjour et merci de nous avoir accordé quelques minutes en répondant à nos questions. L’actualité du Funéraire a été chargée cette année : modification du capital d’OGF, Rachat de Roc-Eclerc par FUNECAP, arrivée des mutuelles dans l’écosystème des pompes funèbres avec La maison des obsèques. Comment voyez-vous l’évolution du secteur dans les trois prochaines années?

Philippe Lerouge: Les mouvements que nous observons sont naturels. Ils correspondent à la fois à une concentration du marché et à une volonté d’intégration verticale d’une activité. Le domaine des services funéraires en France le permet, et l’appelle même ! Finalement, ce qui se passe sur le paysage funéraire français était prévisible et n’a rien d’une révolution. Je remarque par ailleurs que notre modèle économique, dont le succès repose en partie sur une mutualisation des moyens, et qui est possible par cette concentration, fait référence. Là aussi, être un leader copié n’est pas une exception quel que soit le secteur d’activité. L’avenir à court terme va assurément confirmer cette tendance. J’en profite pour indiquer aux entrepreneurs qui vous lisent que si la question de la cession de leur entreprise se pose, nous sommes là. Et même s’ils veulent continuer à exercer dans les services funéraires, mais tournés exclusivement vers le développement commercial, sans les soucis de gestion, c’est possible au sein de notre structure.

F.I. : OGF possède un actionnariat international, vous dirigez une entreprise nationale de quelques 5000 salariés qui a une forte implantation locale avec plus de 1000 boutiques, des chambres funéraires, des crématoriums, des usines de cercueils, comment arrivez-vous à résoudre cette équation ?

Philippe Lerouge: Mais je ne vois rien qui puisse poser un problème ! Prenez le Groupe, tout d’abord. Sa taille est le fruit d’une longue histoire et la multiplicité des sites est liée à notre activité première, car même en 2015, il faut le rappeler, les services funéraires s’exercent sur des marchés de proximité. Concernant la diversité de nos actifs, elle est le reflet d’une adaptation permanente du Groupe aux attentes de la Société. J’aime à rappeler que nous avons été les premiers à ouvrir une chambre funéraire en France, il y a plus de 50 ans de cela. Et les crématoriums sont aussi depuis très longtemps une dimension importante pour nous, stratégique et économique. Enfin, nos deux usines de fabrication de cercueils sont une fierté pour nous tous. Je suis attaché à l’emploi industriel en France et peu d’opérateurs peuvent apprécier la force qu’apporte cette activité intégrée.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Bien entendu, vu de l’extérieur cela peut sembler compliqué. Mais notre organisation rend les choses très simples, avec une chaine managériale claire. Nous avons, comme tous les opérateurs, un socle de réussite basé sur l’envie et la passion de ceux qui font ce métier. Et tous ces collaborateurs travaillent avec les mêmes méthodes et les mêmes règles. C’est ce qui rend notre réseau efficace. Il ne suffit pas d’être présents partout, l’harmonisation des pratiques et un traitement équitable sont nécessaires. Le sujet de la gouvernance d’entreprise est très présent, croyez-moi.

J’aborde volontairement la question de l’actionnariat international en dernier. Car cela ne change rien, ni pour les clients, ni pour les collaborateurs, ni pour la vie du Groupe au quotidien. Nombreuses sont les entreprises françaises qui ont un actionnariat pluriel et nous le vivons très bien.

F.I. : PFG est une vieille dame de plus de 170 ans, rescapée de la libéralisation du secteur en 93, comment expliquez-vous cette longévité et ses bons résultats?

Philippe Lerouge: La longévité de l’entreprise tient assurément à l’intemporalité qui entoure les besoins fondamentaux de nos clients, d’une part, et à la capacité de l’entreprise à s’adapter aux contextes changeants, comme les attentes secondaires, d’autre part. Le Groupe s’est développé fortement au XXème siècle, dans un contexte législatif qui favorisait, à priori, l’émergence des structures publiques. Mais nous revendiquons pleinement notre statut d’entreprise privée, qui ne sollicite en rien les deniers du contribuable, tout en ayant parfaitement conscience de la mission de service public qui est la notre. Il n’est donc pas anormal que dans un contexte rendu plus libéral, une entreprise de notre taille tire son épingle du jeu, même si, notre empreinte sur le marché nous place logiquement comme une cible pour les nouveaux entrants. Quant à la rentabilité, ce n’est pas le volume d’opérations qui fait le succès. Il y a quinze ans, quand j’ai pris les commandes du Groupe, il perdait de l’argent. Il n’avait pas fini sa mutation postérieure à la libéralisation du marché. J’ai pris des décisions et favorisé l’investissement, ce que je fais toujours. L’avenir m’a donné raison.

F.I. : Dynamic 2018, et maintenant Dynamic 2020, pouvez-vous nous en dire plus?

Philippe Lerouge: Pour une entreprise de notre taille, établir un plan à moyen terme est un exercice obligé. Le plan Dynamic 2018 projetait le Groupe à 5 ans. Mais ce plan a été conçu en 2012 et il était important de remettre les choses à plat à mi-parcours. Le contexte a changé, et il fallait aussi repartir de la réalité des chiffres des deux premiers exercices complets du plan. Ceci dit, les fondamentaux de Dynamic 2018 n’ont pas changé. J’estime notre stratégie appropriée, d’où le nom de notre nouveau plan d’entreprise, Dynamic 2020, qui traduit bien cette volonté de prolonger nos succès des années passées.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

F.I. : Envisagez-vous à terme un développement à l’international?

Philippe Lerouge: Joker ! … En fait, le Groupe a déjà eu des implantations à l’étranger. Aujourd’hui nous sommes concentrés sur le marché national où le développement d’OGF et des synergies sont encore possibles. Ces synergies sont moins évidentes au niveau international. Mais sait-on jamais…

F.I. : Passerez-vous sur Funéraire Paris 2015 malgré votre agenda sans doute bien rempli ?

Philippe Lerouge: Personnellement, je ne peux pas me libérer pour cette édition. Souvent, je dois vivre les choses les plus agréables par procuration. Mais je sais combien l’évènement est important pour la profession. J’en aurai des échos car des collaborateurs de la Direction des Achats et de la Direction du Marketing et de la Communication ont bien prévu de s’y rendre. Contrairement à ce que l’on peut penser, le Groupe est très ouvert à son environnement, et c’est ce que témoigneront les collaborateurs d’OGF qui fréquenteront le salon.

A propos d’OGF
OGF est le leader français des services funéraires, et fort d’un savoir-faire de plus de 170 ans. Le Groupe affirme son expertise sur l’ensemble des activités liées au funéraire, des services de pompes funèbres à la gestion de crématoriums, de la production de cercueils à la pose de monuments funéraires, des contrats de prévoyance à l’accompagnement après obsèques.
■ 540 millions d’euros de chiffre d’affaires sur le dernier exercice
■ Plus de 114 000 obsèques organisées sur le dernier exercice
■ Plus de 1 000 agences partout en France (sous les enseignes PFG, Roblot, Henri de Borniol ou des marques locales principalement sous le label Dignité Funéraire)
■ 5 500 collaborateurs
■ 468 maisons funéraires
■ 55 crématoriums en exploitation ou en construction (soit la moitié du parc privé français)
■ Plus de 400 000 contrats de prévoyance en portefeuille
■ 30 000 nouveaux contrats de prévoyance sur le dernier exercice
■ Près de 136 000 cercueils produits sur le dernier exercice
■ Près de 13 000 monuments posés l’an dernier dans les cimetières français
■ 50 000 familles qui répondent aux enquêtes de satisfaction du Groupe avec un taux global de recommandation de 97%.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.