Ontario Teachers’ : des investisseurs à l’échelle mondiale

0
406

Le régime de retraite des enseignants du secteur public primaire et secondaire (Ontario Teachers’s Pension Plan, OTPP) est un organisme qui gère les rentes de 311.000 personnes, actives ou retraitées. Il a été créé en 1990 par le gouvernement de la province canadienne de l’Ontario (région des Grands Lacs, à la frontière américaine). Ce fonds est géré de façon paritaire avec les représentants de ces enseignants.

Employant un millier d’individus à Toronto, Londres, Hong Kong, l’OTPP place cet argent partout dans le monde. Au fil des années, il a ainsi notamment investi dans des centres commerciaux (1991), dans une équipe de hockey sur glace (Maple Leafs de Toronto) en 1994, dans des terrains forestiers (2001), dans l’exportation du charbon canadien, dans une société immobilière, dans la distribution d’eau au Chili (2007), dans des produits d’épargne brésiliens (2008), dans l’agriculture, le gaz et le pétrole, le traitement des eaux usées, les transports (aéroports, port, ferroviaire), les énergies renouvelables, les moteurs d’avions écoénergétiques, la loterie irlandaise…

A lire son dernier rapport d’activité, le fonds d’investissement a mis des billes dans des entreprises aussi variées que Microsoft, General Motors, Volkswagen, Danone, Amazon.com, Samsung, Disney, Google, Daimler, Hitachi, Nokia, le groupe de médias Twenty-First Century Fox ou la BNP Paribas.

« Nous investissons à long terme, nous investissons dans divers secteurs et nous investissons presque partout dans le monde », peut-on lire sur leur site internet. « Nous investissons dans le but d’aider à payer les prestations de retraite actuelles et futures. Notre actif se compose notamment d’actions, de titres de créance, de ressources naturelles et d’actifs réels (biens immobiliers et infrastructures). » En 2014, selon le bilan financier, l’OTPP était en excédent et le taux de rendement était de 11,8%. Depuis 25 ans, plus des trois-quarts de ses revenus proviennent du rendement des placements, le reste étant issu des cotisations et du gouvernement. Il a investi dans plus de 50 pays. Le conseil d’administration compte un tout récent président, Jean Turmel.

Lire aussi :  Bernier Probis vient d’acquérir F.A.M.A. en région parisienne

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.