OrthoMetals, le recyclage humaniste au crématorium

0
710
Jan Gabriëls et Ruud Verberne
OrthoMetals poursuit son développement : avec 87 crématoriums en France et presque 600 dans le monde, la société est devenue un acteur incontournable.

Miriam Briss, correspondante OrthoMetals France, et Ruud Verberne, le directeur et fondateur de la société, répondent à nos questions.

« La société a été fondée en 1997 par deux personnes, Jan Gabriëls, chirurgien orthopédiste, aujourd’hui malheureusement décédé, et Ruud Verberne, qui travaillait dans le recyclage des métaux. Ils se sont lancés dans l’aventure OrthoMetals en se posant une simple question : que devenaient les métaux des prothèses après la crémation ? » Ainsi naît l’idée de les récupérer pour les recycler.

« Ca a été compliqué, au début » expliquent-ils, « parce que les métaux qui constituent les prothèses étaient dans un flou juridique, techniquement, ils n’appartenaient à personne. Aujourd’hui, les choses se sont clarifiées. »

Récupération de métaux

Ainsi, tous les métaux qui subsistent après la crémation sont récupérés, surtout, les prothèses qui contiennent des métaux rares « Quand on a lancé l’activité, nous n’avions pas réalisé que beaucoup de métaux que nous collecterions seraient précieux. Nous étions dans une optique de recyclage tout à fait classique ». Ceci explique sans doute les convoitises sur le marché « Beaucoup d’autres sociétés s’intéressent à ce créneau. Si la plupart sont des personnes tout à fait compétentes et honorables, certains sont uniquement attirés par l’appât du gain ».

Ce qui n’est pas le cas d’Orthometals, comme nous le verrons plus loin.

Un interlocuteur incontournable

Aujourd’hui, OrthoMetals est partenaire de 600 crématoriums dans le monde, en Europe, mais aussi aux États-Unis, au Canada, en Australie. 87 crématoriums en France travaillent avec Orthometals « Ce qui représente la moitié des crématoriums de France » précisent Miriam et Ruud. « Environ 5 crématoriums nous rejoignent chaque année, nous espérons conserver ce rythme. »

Lire aussi :  Le harcèlement sexuel au travail dans le funéraire

La collecte se fait environ deux fois par an, parfois plus, parfois moins, selon la taille. « On a des crématoriums qui font cent crémations par an, et d’autres, comme le Père Lachaise, qui sont gigantesques. La collecte ne doit pas être perçue comme une contrainte supplémentaire pour nos partenaires ».

Un objectif humaniste

Une fois les métaux récupérés, ils sont triés, et refondus. « Les prothèses ne sont jamais réutilisées en tant que telles » insistent-ils. « Les métaux sont transformés en paille, ou en briques, pour être revendus et réutilisés, mais toujours refondus » autre point d’importance « Nous travaillons avec des fonderies qui ont pignon sur rue, et offrent des garanties très précises. Nous ne cherchons pas le meilleur prix, mais le traitement le plus respectueux et le plus transparent possible ». Une précision importante : « les métaux que nous collectons sont traités rapidement, généralement en moins de dix jours. Nous ne faisons pas de stock pour spéculer sur les cours des métaux. » Société familiale, les employés étant les enfants des fondateurs, OrthoMetals développe un modèle économique original : une grande partie des bénéfices, moins les frais de logistique, sont redistribués aux crématoriums partenaires, pour financer des œuvres de bienfaisance. « Nous reversons 80 % de notre chiffre d’affaire aux crématoriums pour qu’ils financent des associations Par exemple », explique fièrement Miriam Briss, « en 2011, Crématoriums de France s’est associé avec Mécénat Chirurgie Cardiaque, et de nombreux enfants ont pu être opérés à cœur ouvert, transportés et hébergés, avec l’argent que nous leur avons reversés. »

Lire aussi :  Pompes Funèbes CATON, POLARIS, DEFRANCQ SARL, la Newsletter PILATO Février 2018

Ruud a décidé de prendre du recul et de laisser la main, maintenant que l’entreprise est sur les rails. Une direction en binôme s’est mise en place avec les enfants des créateurs. Quant à Ruud « Ce que j’aime, ce sont les conférences et les salons. C’est tout aussi utile de faire les choses que de les expliquer pour convaincre que c’est possible »

Propos recueillis par téléphone par Guillaume Bailly

Le site internet d’Orthometals

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here