Orthometals, les réponses au recyclage dans les crématoriums

0
221
Jan Gabriëls et Ruud Verberne

Orthometals : le nom est connu de tous les visiteurs des salons funéraires, de Paris et Lyon, mais leur activité reste peu connue en dehors des crématoriums. Quelques réponses aux questions que l’on se pose sur Orthometals et le devenir des prothèses après la crémation.

Orthometals, c’est qui ?

La société a été fondée en 1997 par deux personnes, Jan Gabriëls, chirurgien orthopédiste, aujourd’hui décédé, et Ruud Verberne, qui travaillait dans le recyclage des métaux. Ils se sont lancés dans l’aventure OrthoMetals en se posant une simple question : que devenaient les métaux des prothèses après la crémation ? Ainsi naît l’idée de les récupérer pour les recycler.

Ruud a décidé de prendre du recul et de laisser la main, maintenant que l’entreprise est sur les rails. Une direction en binôme s’est mise en place avec les enfants des créateurs. Quant à Ruud « Ce que j’aime, ce sont les conférences et les salons. C’est tout aussi utile de faire les choses que de les expliquer pour convaincre que c’est possible » explique cet infatigable défenseur du développement durable.

Orthometals, ils font quoi ?

Tous les métaux qui subsistent après la crémation sont récupérés, surtout, les prothèses qui contiennent des métaux rares. Beaucoup des métaux récupérés sont précieux, et suscitent des convoitises. Ortometals les récupère, les trie, les recycles et les revend. La collecte de métaux est faite en moyenne deux fois par an, plus pour les crématoriums de grande taille.

Une fois les métaux récupérés, ils sont triés, et refondus. Les prothèses ne sont jamais réutilisées en tant que telles, les métaux sont transformés en paille, ou en briques, pour être revendus et réutilisés, mais toujours refondus. Orthometals ne travaille qu’avec des fonderies qui ont pignon sur rue, et offrent des garanties très précises.

Orthometals ne cherche pas le meilleur prix, mais les sociétés qui offrent le plus de garantie de transparence. Les métaux sont traités dans les dix jours, aucune spéculation n’est faite sur leurs cours.

Où va l’argent ?

Société familiale, les employés étant les enfants des fondateurs, OrthoMetals développe un modèle économique original : une grande partie des bénéfices, moins les frais de logistique, sont redistribués aux crématoriums partenaires, pour financer des œuvres de bienfaisance.

Ainsi, ce sont 80 % des bénéfices qui sont reversés aux crématoriums partenaires, qui les utilisent ensuite pour aider des associations humanitaires locales, nationales ou internationales. Plusieurs crématoriums se sont, par exemple, associés à Mécénat Chirurgie Cardiaque, et de nombreux enfants ont pu être transportés, hébergés et opérés.

Orthometals s’est construite autour d’un modèle de développement durable. Un modèle qui devrait inspirer, on l’espère, d’autres sociétés dans le futur.

Le site internet d’Orthometals : orthometals.com/fr

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.