Orthometals, une solution humaniste à un problème éthique

0
102
OrthoMetals charity_hand_0

Quel rapport entre les métaux récupérés à l’issue de la crémation humaine et des associations solidaires ? La réponse est apportée par Orthometals. La société spécialisée dans le recyclage des métaux propose une solution ambitieuse à un problème éthique.

De la crémation à l’altruisme

Quel rapport entre une association qui a pour but de financer des opérations du cœur pour des enfants démunis atteints de graves pathologies, une société spécialisée dans le recyclage des métaux issus de la crémation, et une société gestionnaire de crématoriums ? A priori, aucun. Pourtant, ces trois partenaires ont permis de sauver de nombreuses vies.

A l’origine du projet, Orthometals, société qui repose sur une idée simple : récupérer et recycler les métaux issus de la crémation, provenant des prothèses. Cette récupération et ce recyclage débouchent ensuite sur la revente des métaux traités, ce qui dégage un bénéfice. Très engagés au niveau humanitaire et écologique, les dirigeants d’Orthometals ont alors pris une décision totalement en accord avec leurs idées, à savoir conserver simplement l’argent nécessaire au fonctionnement de la société, et reverser la plus grande part aux crématoriums, charge à eux de les réinvestir dans l’humanitaire.

C’est, par exemple, de cette façon que les dirigeants de Crématoriums de France ont choisi d’aider Mécénat Chirurgie Cardiaque. Le gestionnaire figure aujourd’hui en bonne place dans les partenaires de l’association.

Une question éthique

Tout est parti d’une question éthique : a qui appartiennent les métaux résiduels de la crémation humaine ? Prothèses diverses, plaques, sont souvent constituées de métaux et d’alliages de grande valeur, qui ne sont pas perdus : récupérés, ils sont retraités, et revendus sur le marché spécialisé.

Lire aussi :  Syndrome de Cotard : Graham, le mort vivant déprimé

Qui dit revente, dit transaction financière, et donc profit. Profit qui, théoriquement, n’appartient à personne : ni aux familles qui ne peuvent pas venir réclamer de l’argent pour un bien financé par la Sécurité Sociale, ni par la Sécurité Sociale, parce que la législation ne le prévoit pas, ni par le crématorium, à qui ces prothèses n’appartiennent pas non plus et qui a déjà été payé pour sa prestation.

Une part de cette somme va à la société de recyclage, en règlement de son service de collecte, tri, traitement, transformation et revente.

La solution proposée par Orthometals est de reverser les fonds aux crématoriums, qui, à leur tour, les reversent à des associations. Internationales, nationales, locales, au choix, l’idée reste la même : faire en sorte que ces sommes soient utilisées pour le bien commun.

Une façon claire et simple de trancher un problème d’éthique, en y apportant une réponse humaniste et responsable.

Le site d’Orthometals : orthometals.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here